AAARGH

Notes du texte Le Professeur Kremer...

 

1 Encore ces magistrats pourraient-ils faire valoir qu'un peu plus loin, à la date du 6 septembre ils font bien dire au Dr Kremer que, dans la soirée, il assiste à une action spéciale "dehors", mais le mal n'en est pas réparé pour autant. Quant à Me Klarsfeld il pourrait plaider qu'à côté de sa "traduction", il a donné le texte allemand; il n'y a qu un malheur: c'est que ce texte est une très mauvaise photographie d'une page entière du manuscrit et que, pour y discerner le mot de "draussen", il faut être en quelque sorte prévenu de sa présence dans le texte. M. G. Wellers, lui, ne peut invoquer aucune excuse, ni même aucune mauvaise excuse: il trompe son lecteur, et ce lecteur ne dispose d'aucun élément, même dissimulé dans un recoin, qui lui permette de connaître le véritable texte, et donc... la vérité .


2 Le tract avait été adressé au cordonnier. Cette dernière précision tend à prouver: 1. que le destinataire pouvait être un opposant du régime en place; 2. que le Dr Kremer ne craint pas de confier à son journal des renseignements très délicats. Si une "chambre à gaz" avait existé à Auschwitz il l'aurait écrit en toutes lettres .


3 Cette traduction édulcore l'expression latine. "Anus mundi" décrit parfaitement dysenterie, diarrhées, etc. et ne se justifierait pas s'il s'agissait de meurtres en masse! La bonne traduction pourrait être "cloaque du monde", ce qui, on nous l'accordera sans doute, ne peut avoir de rapport avec une activité de "gazage" homicide. Précisons ici que l'idée selon laquelle des gazés se souilleraient après la mort semble n'être qu'une idée reçue. Tout cadavre peut éventuellement se souiller; le gaz n'y est pour rien. Telle est du moins l'affirmation de M. Forestier, ancien directeur au Laboratoire central de la préfecture de police de Paris, que j'ai consulté sur la question des empoisonnements par le gaz. [Note de Faurisson]


[email protected]

| Accueil général | Aller à l'archive Faurisson |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/archFaur/1980-1985/RF8011xx1.html