AAARGH

| Accueil général | Accueil Rassinier |

***************

Déconstruction d'un raté

 

***************

 

 

NADINE FRESCO, FABRICATION D'UN ANTISÉMITE, La Librairie du XXe siècle, Le Seuil éd., 792 p., 180 F

 

Il arrive que l'on puisse se mettre à regretter que le destin de telle personne se soit trouvé si contrarié. Parfois, les réalisations d'une vie ont été en dessous des attentes légitimes de contemporains et des potentialités que les historiens, rétrospectivement, évaluent. Parfois, également, la puissance de nuisance de tel individu s'est révélée incomparablement plus grande dans l'échec qu'elle ne l'aurait sans doute été dans la réussite. Hitler entré dans l'histoire comme un maître de l'aquarelle, et non comme le Führer d'un Reich sanguinaire, ou, à une moindre échelle, Rassinier resté dans les annales comme le député de Belfort au cours de la IVe République, et non comme le père fondateur du négationnisme...

Car c'est bien de Paul Rassinier qu'il s'agit dans la biographie de Nadine Fresco, Fabrication d'un antisémite. Une biographie précautionneuse, fruit de longues années de recherche, qui porte principalement sur la première et méconnue partie de la vie de Rassinier, jusqu'en 1947. A cette date, Rassinier quitte son pays natal, le territoire de Belfort, dont il avait rêvé avec tant de force être durablement le représentant. La réussite n'avait pas été au rendez-vous des ambitions. Rassinier avait tout raté, toujours, ou jamais réussi. Les élections (sauf une) avaient été perdues, les revirements, les reniements n'avaient pas payé, les expérimentations politiques avaient tourné court, l'influence était faible. Rassinier n'était pas aimé. Trop sûr de lui, trop dogmatique, trop malhabile. Toujours un sentiment d'illégitimité (l'élection gagnée, en 1946, ne l'avait pas été sur son nom, mais sur celui de NaegeIen qui avait ensuite démissionné pour laisser la place, pour quelques semaines, à son second, Rassinier, qui perdit la consultation suivante), chaque fois des arrangements avec la réalité, un soupçon de malhonnêteté.

La trajectoire de cet instituteur, journaliste et activiste politique - communiste, puis socialiste (mais pas pivertiste), pacifiste toujours - du Territoire de Belfort au fil de l'entre-deux guerres, Nadine Fresco parvient parfaitement à nous faire ressentir ce qu'elle a d'étriqué.

Même sa résistance ne semble pas éclatante : pas de fait d'armes, puisque Rassinier refusait l'action violente. Et même sa déportation à Buchenwald et Dora ne réussit pas à lui conférer le respect. Il n'est en somme que le rejeton non glorieux d'une époque tourmentée, dont il avait emprunté bien des travers, y compris l'antisémitisme.

 

Un antisémitisme spécifique

 

Cette question, que Nadine Fresco met au centre de son ouvrage, paradoxalement le fragilise. Car les traces écrites de l'antisémitisme de ce graphomane, que l'historienne soumet à l'analyse et au lecteur, sont rares, souvent ténues et circonstancielles. Difficile donc d'apprécier la continuité ou la spécificité de l'antisémitisme de Rassinier, qui se fond dans celui de ses contemporains. Or si Rassinier est tristement célèbre, c'est pour avoir, le premier, mis en doute l'existence des chambres à gaz, d'avoir essayé ensuite de prouver l'inexistence du génocide, en sombrant dans un antisémitisme virulent, qui, lui, était spécifique. En choisissant de se concentrer sur les années belfortaines de son personnage, Nadine Fresco échoue dans l'articulation entre cet antisémitisme, détestable mais ordinaire, du premier Rassinier et celui, spécifique, du second. Pour dire les choses autrement, l'aversion de Rassinier envers les Juifs constituait, dans la première partie de la vie de Rassinier, un élément annexe de sa personnalité, quand elle devint, progressivement, dans la seconde, l'élément crucial, le moteur, de bien de ses actions.

Entre les deux, il avait bien dû se passer quelque ou quelques choses. L'historienne se contente cependant, par postulat, de découle naturellement de l'autre, et que le ressentiment de n'être pa député a fait le reste.

Ce qui demeure à démontrer. Il est dommage que, par cet artifice, Nadine Fresco ait, à mi-course, contraint ou interrompu une réflexion par ailleurs souvent éclairante.

FLORENT BRAYARD

(il a publié en 1996 Comment l'idée vint à M. Rassinier. Naissance du révisionnisme, Fayard). (Compte rendu dans La Quinzaine littéraire N' 689).


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <[email protected]>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


[email protected]

| Accueil général | Accueil Rassinier |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/archRassi/depr/ql990316.html