AAARGH

Notes


1. Pourtant, le World Almanac de 1945 n'en note que 240.000 (p. 494).


2. C'est encore un des machiavélismes de Nuremberg que, chaque fois que les accusateurs produisaient une accusation dont ils ne voulaient pas ou ne pouvaient pas divulguer la source, ils employaient l'expression «en toute connaissance de cause» ou «de source certaine» - c'était généralement le cas quand la source était juive - à charge pour les accusés de prouver leur innocence. Car, à Nuremberg, ce n'était pas l'accusation qui devait faire la preuve de la culpabilité, mais l'accusé qui devait faire celle de son innocence. A l'exception près, s'entend.


3. Les juifs tchécoslovaques passés en Hongrie y ont été arrêtés péle-mêle avec leurs coreligionnaires polonais et yougoslaves sans distinction de nationalité. Les survivants et les déportés qui résulteront des calculs au chapitre de la Hongrie ne pourront non plus être distingués les uns des autres puisqu'aucune donnée ne le permet. Ceci qui peut avoir son importance au plan des pertes par nationalité, n'en a aucune au plan des pertes européennes et c'est ce que nous recherchons.