AAARGH

Notes des Annexes d'Ulysse trahi par les siens, de P. Rassinier, 1964

*Note de l'AAARGH: on se demande vraiment ce que les malheureux Russes ont fait à Rassinier: Alexandre Nevskij a vaincu les chevaliers Porte-Glaive, est-ce un crime contre l'humanité ? Personnellement je trouve que le russe est beaucoup plus beau que l'allemand et que Dostoïevski est plus grand que Goethe ou Schiller. Est-ce une raison pour maudire les Allemands ? Rassinier manifeste envers les Russes la haine a priori que manifestent ses ennemis contre les Allemands. C'est dommage.

**Note de l'AAARGH: Est-ce en versant les mêmes torrents d'insanités sur la Russie qu'on fera avancer l'Europe ? Et, au fait, l'Europe dont rêvait Rassinier, avec l'Allemagne, ne vient-elle pas de se jeter sur les Serbes pour les priver de leur territoire incontesté ? N'est-ce pas la présence des Russes à Pristina qui va sauver la situation et protéger la Serbie de l'Europe unifiée derrière l'Allemagne ? La morale de cette histoire, c'est qu'on a le droit d'aimer qui on veut mais qu'il ne faut pas en faire un programme politique... Les historiens pensent le passé et ne peuvent qu'imaginer l'avenir. Qu'ils ne le prédisent pas, c'est le voeu de l'historien qui écrit ces lignes.

*** Note de l'AAARGH: existe-t-il une loi sioniste antirévisionniste en Russie, ou bien est-ce l'Europe unie, la grande Allemagne et sa soeur jumelle la France, alliées objectives des sionistes, qui balancent les gestionnaires de sites révisionnistes en prison sans jugement . Rassinier, d'ailleurs nous le verrons dans les lignes suivantes, est lui-même victime de cette censure !

**** Note de l'AAARGH: la pièce de Hochhut, Le Vicaire, aamené Rassinier à écrire un livre, L'Opération Vicaire. Le rôle de Pie  XII devant l'Histoire, Paris, L'ordre du jour/La Table ronde, 1965, qui n'a jamais, à notre connaissance, été réédité. Nous avons la joie d'annoncer que ce livre sera disponible sur le site de l'AAARGH dansla deuxième quinzaine de juin 1999.

***** Note de l'AAARGH : le tribunal étant allemand, on ne comprend pas très bien comment Rassinier en arrive à trouver naturel qu'il ait choisi cette ligne. Les Allemands sont-ils heureux de payer de fausses réparations à de fausses victimes ? Pour notre part, nous sommes toujours perplexe devant cette attitude officielle de l'Allemagne (que nous déplorons comme Rassinier) et nous ne comprenons pas pourquoi les Allemands ne se révoltent pas. Sont-ils victimes d'une propagande qui veut leur faire croire qu'ils sont impuissants et n'existent que par la bienveillance américaine ? Est-ce le même mythe de la toute-puissance de l'Autre que Speer notait très finement dans ses Mémoires, lorsqu'il explique que si les Anglo-Américains n'ont pas bombardé les sites industriels stratégiques allemands, c'est qu'ils croyaient que le gouvernement les avait fait déménager depuis longtemps, et cela, sans le moindre indice, par simple croyance aveugle en la toute-puissance du IIIe Reich ?