Notes de l'introduction de N. Finkelstein, L'industrie de ol'holocauste

1. Dans ce texte, "holocauste nazi" désigne l'événement historique réel et "L'Holocauste" sa représentation idéologique.

2. A propos du honteux travail apologétique de Wiesel en faveur d'Israël, cf Norman G. Finkelstein and Ruth Bettina Birn, A Nation on Trial: The Goldhagen Thesis and Historical Truth (New York: 1998), 91n83, 96n90. Ailleurs, son action ne vaut pas mieux. Dans un nouvel essai, And the Sea Is Never Full, New York, 1999 (Et la mer n'est pas remplie, Mémoires, tome 2, Paris, Le Seuil) Wiesel explique de façon incroyable son silence à propos des souffrances des Palestiniens,"Malgré des pressions considérables, j'ai refusé de prendre position publiquement dans le conflit israélo-arabe (p. 125)." Dans son étude très détaillée de la littérature de l'Holocauste, le critique littéraire Irving Howe traite l'oeuvre abondante de Wiesel dans un malheureux paragraphe qui contient cet éloge: "Le premier livre d'Élie Wiesel, La Nuit, est écrit simplement et sans indulgence rhétorique." "Il n'y a rien eu de valable depuis La Nuit, pense aussi le critique littéraire Alfred Kazin. Élie n'est maintenant q'un acteur. Il m'a dit qu'il était un "lecteur de l'angoisse" (Irving Howe, "Writing and the Holocaust," New Republic [27 octobre 1986]; Alfred Kazin, A Lifetime Burning in Every Moment, New York, 1996, p.179)

3. New York: 1999. Norman Finkelstein, "Uses of the Holocaust", London Review of Books, 6 January 2000.

4 . Novick, The Holocaust, p.3 à 6.