AAARGH

******

Notes d'Histoire de la nuit et du brouillard

 

Notes

[(1)] Jean-Claude Pressac, Les Crématoires d'Auschwitz. La machinerie du meurtre de masse, Paris, 1993, CNRS Editions, VIII-155 p.

[(*)] Ce colloque fut une déroute; ses deux présidents, Aron et Furet, duyrent reconnaître qu'aucune preuve de l'existence d'un ordre d'Hitler n'avait été apportée. Voir leur déclaration à l'issue du colloque.

[(2)] "De nos jours [...] durée anormale de ce gazage"

[(3)] "Courant mai [...] sans plus de précision"

[(4)] Danuta Czech, Kalendarium des Ereignisse im Konzentrationslager Auschwitz-Birkenau 1939-1945, Rowohlt, 1989.

[(5)] Qu'est-ce que ce sera la prochaine fois?

[(6)] 23-29 septembre 1993, onze pages de texte et de photos.

[(7)] Classique traduction orwellienne: "le mensonge".

[(8)] 30 sept.- 6 oct., huit pages consacrées à ce voyage, qui fait irrésistiblement penser à ces croisières en Méditerranée guidées par tel archéologue de renom. L'image est d'ailleurs présente: "Pressac galope à travers les ruines comme un archéologue anglais sur le site d'Ephèse" (p.92). L'image est intéressante; les Anglais sont effectivement les premiers à avoir fouillé à Ephèse, en 1863. On est donc dans un contexte qui évoque le XIX' siècle, les débuts de l'archéologie scientifique, la découverte ou la redécouvertes des grandes civilisations du passé. Pressac, mué en gentleman excentrique des romans de Jules Verne, va nous dévoiler un monde inconnu. Tout ce que nous savions jusque là est frappé d'invalidité par le "galop" triomphal du découvreur, dévoilant le passé, qui touche presque au démiurge.

[(9)] 24 septembre 1993, p.28-29.

[(10)] 26-27 septembre 1993, p.7.

[(11)] Le livre est publié sous la houlette de Bédarida aux Presses du CNRS. On connaît le principe cardinal du monde de la critique littéraire parisienne: "On n'est jamais si bien servi que par soi-même -- mais faut pas que ça se voie".

[(12)] Il est urgent de tordre le cou aux principes élémentaires de l'histoire des idées tels que la Sorbonne les enseigne. On voit où en est l'honnêteté intellectuelle de la piétaille bédaridienne.

[(13)] Indication venant des registres de décès d'Auschwitz, pour les périodes d'épidémies, cf. Pressac, p.145 de son livre.

[(14)] Où sont, dans les 130 000 documents, les factures pour l'eau de Javel?

[(15)] On connaît les célèbres chambres à poudre du Dr. Kahn. Voici maintenant l'eau de Javel anti-poux garantie par la faculté de pharmacie...

[(16)] Actuellement dans le fauteuil de Secrétaire général du Comité international des Sciences historiques.

[(17)] Et comme chacun sait depuis un impérissable article de Vidal-Naquet publié dans Esprit en 1980, quand on écrit quelque chose de faux, on est un faussaire. (cet article est commenté par S.Thion)

[(18)] La presse le qualifie pourtant d'historien, mais ce n'est pas son métier. C'est lui aussi un "amateur".

[(19)] Par exemple, dans la revue L'Histoire, de juin 1992: à propos de cette fameuse phrase, "nous avions assurément tort, au moins dans la forme, même si le fond de notre interrogation était juste." (p.51).

[(20)] Je ne sais pas si ce compte-rendu critique tombe sous le coup de la loi Fabius-Gayssot mais il est clair que le livre de Pressac l'enfreint sérieusement. Et donc tous les comptes-rendus aussi. En cas de poursuite, il devrait y avoir beaucoup de beau linge dans le box des accusés.

 


[email protected]