AAARGH

 

Le 24 mai 1998

[email protected]

 

| Accueil général | Accueil revu |

*******************

Communiqué (English abstract at the end)


APPEL AU MEURTRE

 

*********************

 

 

Il y a bien longtemps que les révisionnistes ont dénoncé la "nazisme de sex-shop" qui alimente l'industrie du divertissement. Ceux qui ont voulu faire de ce qu'ils appellent diversement l'Holocauste (un mot détourné de son sens) ou Shoah, une expression quelconque qui vise à retrancher les malheurs passés des juifs européens du reste de l'expérience humaine du malheur, de la misère et de la mort, ceux-là qui cherchaient surtout à mettre l'horrible entreprise israélienne de massacre et de dépossession à l'abri des critiques et du jugement des hommes, ceux-là devaient être rattrapés par l'absurdité de leur tentative.

Créer un tabou à toute force devait bien finir par attirer les vautours et les profiteurs. Aux Etats-Unis les dignes chantres de l'Holocauste sont menacés par la vague féministe qui vient subvertir les positions les mieux établies. De nouveau bas-bleus insistent sur le fait que les femmes victimes des horreurs nazies l'étaient aussi de la société juive phallocentrique. Elles ne respectent plus les valeurs établies de l'établissement qui s'engraisse en monnayant la "mémoire" de l'Holocauste, un marché de plusieurs centaines de millions de dollars annuels. Les riches new-yorkais qui voulaient financer une "chaire d'Holocauste" à Harvard ont dû rempocher leurs trois millions de dollars: avec un bel ensemble, les universitaires américains ont craché dans la soupe en clamant haut et fort que l'étude de l'Holocauste ne saurait représenter une discipline universitaire en soi.

Un misérable pitre italien fait un film comique sur la Shoah et l'intitule "La vie est belle". Benigni parle trop, n'a pas le talent de Toto mais il brise le tabou et semble établir le droit de rire de ces choses-là. La presse prend soin de préciser qu'il n'est pas révisionniste.

L'industrie cinématographique annonce la sortie pour le 27 mai d'un film intitulé "Terminale". Il est réalisé par une de ces habituelles nullités qui prospèrent dans les "milieux" parisiens, un nommé Francis Girod. C'est, paraît-il, l'histoire d'un professeur de philosophie qui séduit une de ses élèves; elle se suicide; ses condisciples découvrent alors que le sémillant professeur est un diabolique révisionniste. Ils bouillonnent de haine.

Cette crétinerie est en elle-même sans conséquence. Mais la publicité de ce film se fait sur le thème de la "haine légitime": Voici l'argument de vente d'une publicité passé dans les journaux le 23 mai: "Le pire avec les salauds c'est qu'ils vous donnent envie de tuer".

Ainsi donc, un révisionniste serait responsable de l'appel à son propre meurtre. Il y a probablement des lois qui répriment ce genre d'ânerie.

Cette année, en France, déjà deux professeurs ont été sommairement chassés de leur poste après avoir été accusés de révisionnisme. Les syndicats, fidèles à leur rôle de chiens de garde, déjà bien mis en valeur en mai 68, ont évidemment approuvé en silence. Le point commun de toutes les affaires passées d'exclusion de professeurs accusés de révisionnisme est justement que leurs élèves se sont toujours solidarisés avec eux. Aucun, évidemment, n'était un "salaud" comme se l'imaginent les idéologues monolâtriques.

Les révisionnistes français n'ont jamais eu recours à la moindre violence. Ils la réprouvent entièrement et il leur est arrivé de la subir avec un certain héroïsme. Mais ils sont obligés de faire savoir que M. Francis Girod prend le risque de déchaîner des haines artificielles. Il en sera tenu comptable. Qu'il numérote ses abatis. Son avant-dernier film s'appelle "Passage à l'acte". Il lui reste trois jours pour retirer ses appels au meurtre.




CALL TO MURDER


A movie called "Terminale" is coming out soon in Paris. The argument deals with a teacher who seduces a pupil who later commits suicide. Then other pupils discover that the teacher is "a revisionist". They boil with hate. An ad for the movie calls for the murder of the bad guys. The murder would be justified by the badness of the bad guy itself.

French revisionnists will hold Francis Girod, the maker of the movie, for responsible of any violence triggered by his movie. He'll have to pay for any unlucky consequence of his insane pronouncements in calling for the murder of revisionists.

 

***


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <[email protected]>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


[email protected]

| Accueil général | Accueil revues |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/revu/TI98/TI980524.html