AAARGH

Notes

 

[(1)] Chacun complétera ce que j'indique ici. Les noms de Christian Bernadac, de Silvain Reiner, de Jean-Francois Steiner viennent immédiatement au bout de la plume. Voir le bel article de Cynthia Haft : " Ecrire la déportation. Le sensationnel, avilissement du tragique ", Le Monde, 25 février 1972, et la conclusion de son livre: The Theme of Nazi Concentrotion Comps in French Literature, Mouton, La Haye et Paris, 1969, p. 190-191; voir aussi R. ERRERA, "La déportation comme best-seller", Esprit, décembre 1969, p. 918-921. J'ai moi-même dénoncé en son temps une des plus infames de ces falsifications, Et la terre sera pure de Silvain Reiner, Fayard., 1969); voir Le.Nouvel Observateur du 8 décembre 1969) et contribué, avec Roger Errera, à faire saisir ce livre pour contrefacon de Médecin à Auschwitz de M. Nyiszli. Je suis en revanche tombé dans le piège tendu par Treblinka de J.-F. Steiner (Fayard, 1966); cf. mon article du Monde 2 mai 1966, dont je ne renie pas le fond.

[(2)]Ch. HAUTER, " Réflexion d'un rescapé ", in De l'Université aux camps de concentration, Témoignages strasbourgeois, Belles-Lettres, Paris 1954, p525-526.

[(3)]V. Grossman, L'enfer de Treblinka, Arthaud, Grenoble et Paris, 1945, rééd. 1966; pour un dossier sérieux, cf A. Ruckert (éd.), NS Vernichtungslager in Spiegel deutscher Strafprozesse3, DTV, Munich, 1979, ou A. Donat (éd.), The Death Camp Treblinka, The holocaust library, New York, 1979.


<[email protected] >

| Accueil général | Aller à l'archive Faurisson |

http://aaargh-international.org/fran/archFaur/1995-2000/RF951117.html