AAARGH

******

Notes du chapitre 6.1

 

[(*)]Ce texte est paru dans les Annales d'histoire révisionniste, n° 4, 1988, p. 26-59. Les notes rajoutées pour cette édition sont entre crochets.

[(1)] [En un texte toujours inédit au moment de la publication de cet article et qui est ici le chapitre 1]

[(2)] Avec ses sentiments de droite et ses amis de gauche, et le poids de ses ventes, la Duras est devenue intouchable. Une rare exception, Nelcya Delanoe, "Ascenseur pour l'échafaud", Esprit, juillet 1986.

[(3)] Le dramaturge de Berlin-Est Heiner Muller évoque l'expérience suivante, menée par l'UNESCO en Afrique centrale: "Dans un petit village, ils ont montré à des gens qui n'avaient jamais vu de cinéma des films de deux types opposés: ceux de Chaplin et des documentaires sur Auschwitz. Les Noirs n'ont pas ri quand ils ont vu les films de Chaplin, cela ne les a pas touchés du tout. En revanche, quand ils ont vu les documentaires, ils étaient morts de rire. Etrange. Quand les gens de l'UNESCO l'ont constaté, ils ont posé des questions. La réponse est venue: on n'aurait jamais cru que les Blancs pouvaient être aussi maigres..."(Le Monde, 14 février 1988).

[(4)] Voir S. Thion, Parachutes, parapluies, parallèles, paradoxes, paranoias, Paris, 6 p., février 1985, inclus ici dans le chapitre 7.

[(5)] Voir à ce sujet les excellentes remarques sur le concept de crime contre l'humanité dans la neuvième lettre de l'Antenne , septembre 1987.

[(6)] Dans la maigre production que nous devons à la plume apoplectique de Claude Lanzmann, relevons "De l'Holocauste à Holocauste, ou comment s'en débarrasser", Les Temps Modernes, 395, juin 1979). Lanzmann prépare le terrain à son film encore en chantier, avec cet aveu remarquable: "Le pire crime, en même temps moral et artistique, qui puisse être commis lorsqu'il s'agit de réaliser une oeuvre consacrée à l'Holocauste est de considérer celui-ci comme passé. L'Holocauste est soit légende, soit présent, il n'est en aucun cas de l'ordre du souvenir." (p. 1909)

"Les temps de la déraison" (Les Temps Modernes, 411, octobre 1980), est une préface à un dossier sur Pierre Goldmann. L'auteur d'un des articles du dossier, Jacques Rémy, se vit obligé de protester avec vigueur dans Libération (6.10.80) contre l'assimilation antisionisme= antisémitisme; André Gorz se désolidarisait aussi nettement de Lanzmann qui avait eu le toupet d'affirmer que son article avait été approuvé par toute la rédaction.

Si l'on veut bien appeler un chat un chat, alors il faut dire que Claude Lanzmann est un forcené qui, à de certains moments, relève plus du cabanon que du Café de Flore. On l'a vu, par exemple, exiger la saisie d'un roman de Serge Rezvani, Le Testament amoureux (Stock-Hachette, 1981) parce que le malheureux Rezvani parlait de son mariage avec l'actrice Evelyne Rey, la soeur de Jacques et de Claude Lanzmann. Evelyne Rey fut un temps l'égérie de Sartre, ce qui introduisit son frère Claude dans le cénacle, et son suicide fit sensation. Dans son autobiographie intitulée Le Têtard, Jacques Lanzmann racontait les relations familiales agitées de ces différents personnages et Claude l'avait attaqué en justice parce qu'apparemment ils ne voyaient pas leur mère avec les mêmes yeux. Tout ce déballage a quelque chose d'éminemment bouffon, à moins qu'il n'engendre de la bonne littérature. Je dois ajouter que je n'ai lu ni le livre de Jacques Lanzmann ni celui de Rezvani car il me semble, en l'occurrence, que la réalité dépasse la fiction (Voir Le Monde, des 11 et 12 septembre 1981. C. Lanzmann obtint la censure du livre de Rezvani, mais non sa saisie).

[(7)] Nous avons, Jean-Gabriel Cohn-Bendit et moi, dit ce que nous pensions du livre de Muller, sous un titre largement suffisant: Le faux témoignage est un art difficile, (Cf. chapitre 1). J'avais suggéré, à l'époque, à Pierre Vidal-Naquet, qui affirmait qu'il fallait dénoncer les faux témoignages pour ne pas donner de pain béni aux révisionnistes, de donner publiquement son avis sur ce livre. Il avait finement répondu que puisque je le lui demandais, il ne dirait rien. Mais cette habileté n'aura pas duré trop longtemps. Dans son ouvrage, gracieusement titré Les Assassins de la mémoire, Vidal-Naquet capitule complètement devant Lanzmann. Il lui accorde Filip Muller sans réserve, ce qui montre à quel point de dégradation intellectuelle le besoin polémique a pu entraîner une ancienne réputation d'honnêteté. Il est d'ailleurs à remarquer que Vidal-Naquet et Lanzmann font grâce à la lutte antirévisionniste des carrières brillantes dans les média que leurs précédents états de service n'auraient pu leur assurer.

[(8)] [Depuis que ces lignes ont été écrites, nous avons eu la guerre du Golfe (environ 300.000 morts) et la guerre en Yougoslavie, sans parler du reste.]

[(9)] Cf. supra, chapitre 6, "Histoire européenne et monde arabe".

 

| Autres parties du texte : | 1 | 2 |


| Chapitre suivant |


| Accueil général | Accueil Histoire et révisionnisme historique |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/histo/STasb/STasb6.1.html