AAARGH

| Accueil général | Accueil français | Actualité mars 2001|

The New York Times 11 février 2001


Congrès central des rabbins des Etats-Unis et du Canada


Pourquoi nous sommes contre le gouvernement israéliens et ses guerres



 

A la suite des élections de l'état d'Israël, l'idée que les juifs religieux et leurs partis soutiennent un candidat favorable au ralent!issement ou à l'interruption du processus de paix est devenue un lieu commun. On a créé l'impression que les juifs ultra-orthodoxe, conformément aux croyances traditionnelles de la Thora, sont les partisans les plus farouches du maintien de la souveraineté israélienne sur les "territoires" et le mont du Temple à Jérusalem.

En réalité, rien n'est plus éloigné de la vérité.

Il y a deux mille ans, à l'époque de la destruction du temple, le peuple juif s'est vu interdire par le Créateur (kesubos 111a) l'exercice d'une souveraineté sur la Terre sainte avant l'ère messianique. Il leur était de plus interdit de mener une guerre, sous quelque forme que ce soit, contre les autres nations tant que durerait l'exil. Le modèle de la vie juive dans la dispersion (diaspora) est une amnière civile, honnête et reconnaissante envers les hôtes dans le monde entier.

Pendant plus de deux mille ans, le peuple juif a accepté son exil comme un décret divin. Les juifs n'ont jamais cherché à se rebeller contre les nations qui leur offraient l'hopitalité ou les autres peuples. A aucun moment de la longue histoire de l'exil des juifs, il n'y a eu de plan ou d'effort pour arracher la Terre sainte à ses maîtres ou à ses habitants. Le seul moyen employé par les juifs pour mettre un terme à leur exil était la prière, la pénitence et les bonnes actions.

De même, à la fin de la période du second temple, le rabbin Yochanan ben Zakkai a défié les zélotes juifs de son temps et mené des pourparlers avec les Romains en vue de la reddition.

Cette constance dans la croyance et la pratique est demeurée intouchée jusqu'à l'acènement du sionisme, il y a à peu près cent ans; c'était à l'époque un mouvement minuscule qui poursuivait un objet métaphysique impossible à atteindre.

La nature profonde du sionisme est de rejeter l'idée d'un exil imposé par Dieu. De plus, il est totalement indifférent aux souffrances et aux dangers qu'il a infligés aux juifs et aux non-juifs, soit directement, soit par l'intermédiaire de son , l'état d'Israël.

Le sionisme est une rupture totale et radicale avec les croyances et les pratiques du peuple juif au cours de l'histoire.

Depuis son apparition, nos sages et nos lettrés (rabbins) ont constamment condamné l'hérésie sioniste et jusqu'à ce jour, les juifs fidèles à la Thora sont demeurés soumis au décret divin de l'exil. Les travaux qui exposent à la condamnation du sionisme par les lettrés (rabbins) orthodoxes sont nombreux et bien connus.

Il est donc absolument normal que durant les cinquante-deux années d'existence de l'état d'Israël, ses opposants les plus passionnés et les plus constants aient été les juifs de la Thora. En conséquence, la souffrance actuelle et les morts en chaîne que connaissent juifs et non-juifs du fait de l'état d'Israël ne sont pas imputables aux juifs de la Thora qui ont toujours dénoncé la simple existence de l'état d'Israël.

Ainsi, l'hérésie finale du sionisme, à savoir sa négation de la Divine Providence dans l'Histoire, n'est que le produit attendu de son rejet globale de D-u et de la Tora qui caracérise les fondateurs du mouvement. L'histoire ultérieure de cette idéologie bizarre est une série ininterrompue d'actes ouvertement contraires à la Tora. Cette sinistre liste comprend les autopsies désordonnées et forcées, la profanation de masse des cimetières, la conscription militaire des femmes et les tentatives récentes d'incorporation des élèves-lettrés dans les forces armées.

Depuis peu, ceux qui se qualifient eux-mêmes de "sionistes religieux" ont produit une abondante rhétorique militante. Nous déclarons avec tristesse que leur prétention est une violation des croyances millénaires des sages de la Tora et des masses juives.

Le but des juifs de la Tora est de vivre dans une quiète piété au sein de toutes les nations et de tous les peuples. Ceux qui se soumettent à ce programme Divin ne sont partie prenante d'aucune des guerres que l'on nomme à tort des guerres juives mais qui sont, en réalité, des guerres juives.

Nous conclurons en priant pour que le Créateur Lui-même envoie bientôt son messie pour racheter la Terre et que toute l'humanité s'unisse à jamais pour L'adorer.

 

Le Congrès central des rabbins des Etats-Unis et du Canada, créé en 1952, est une organisation qui représente plus de cent cinquante communautés orthodoxes.


***



The New York Times, Sunday, February 11, 2001


WHY ARE WE AGAINST THE ISRAELI GOVERNMENT AND ITS WARS?

Issued By The Central Rabbinical Congress of the U.S.A. & Canada


In the aftermath of the elections in the state of Israel it has become a commonplace that religious Jews and their parties support a candidate who was in favor of slowing down or stopping the peace process. The impression has been created that ultra-Orthodox Jewry, in accordance with traditional Torah belief are the staunchest supporters of maintaining Israel sovereignty over "territories" and the Temple Mount in Jerusalem.
In fact, nothing could be further from the truth.
Two thousand years ago, at the time of the Temple's destruction, the Jewish people were forbidden by the Creator (kesubos 111a) to exercise sovereignty over the Holy Land prior to the Messianic era. They were further forbidden to wage any form of war against other nations during their exile. Rather, the paradigm of Jewish existence in the diaspora is to behave in a civil, honest and grateful manner towards their hosts throughout the world'
For over two thousand years the Jewish people accepted their exile as a Divine decree. Jews never attempted a rebellion against their host nations or other peoples. There were no plans or efforts ever made to wrest the Holy Land from its rulers or inhabitants at any point in the long history of Jewish exile. The sole means employed by Jewry to end their exile, throughout the ages were prayer, penance and good deeds.
In similar fashion, during the waning days of the second Temple, Rabbi Yochanan ben Zakkai defied the Jewish zealots of his time and initiated surrender talks with the Romans.
This uniformity of belief and practice remained intact until about hundred years ago and the advent of Zionism, Zionist representing a tiny movement, sought the metaphysically impossible. Their stated goal was to reverse the Divine decree of exile.
Zionism, by its very nature, rejects the concept of a divinely imposed exile. In addition, it has been consistently indifferent to the sufferings and dangers to which it and its embodiment, the State of Israel, have inflicted upon Jew and Gentile.
Zionism represents a total and radical break with the beliefs and practices of the Jewish people throughout history.
Consistently, since its inception, our sages and rabbis condemned the Zionist heresy. To this day Torah true Jewry has remained loyal to the heavenly decree of exile. The literature of Orthodox Rabbinic condemnation of Zionism
is vast and well known.
It is only logical that during the Israeli State's 52 years of existence, its most passionate and consistent opponents have been traditional Torah Jews. Therefore, the ongoing suffering and trail of death unleashed upon Jews and non-Jews by the Israeli state are not the work of the faithful remnant of Torah Jews who have always denounced the state's very existence.
Thus, ultimate heresy of Zionism, its denial of Divine providence over history was inevitable outgrowth of an overall rejection of G-d and Torah which typified the movement's founders, The Subsequent history of this bizarre ideology has been a ceaseless record of overt anti-Torah acts. Included in this sorry record are indiscriminate and coerced autopsies, mass desecration of cemeteries, conscription of women into the army and recent efforts to lure Rabbinical seminarians into the armed forces.
Recently, much militant rhetoric has been heard from those who describe themselves "religious Zionist". Sadly their stance is in violation of the millennial beliefs of Torah sages and masses of Jewry.
The goal of Torah Jewry is to live in quite piety and dwell peacefully with all nations and peoples. Those following this Divine agenda are not linked to any wars that are falsely depicted as Jewish wars but are, in reality, Zionist wars.
We conclude with a prayer that the Creator Himself will soon send His messiah to redeem the Earth and all mankind will forever join together in worship of Him.
Central Rabbinical Congress of the U.S.A. & Canada Established in 1952, is a worldwide organization representing over 150 orthodox communities.


L'adresse électronique de ce document est: http://aaargh-international.org/fran/actu/actu001/doc2001/.html

Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocaustes (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <[email protected]>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


[email protected]


| Accueil général | Accueil français | Actualité mars 2001 |