AAARGH

| Accueil général | Accueil Rassinier | Accueil Mensonge d'Ulysse |

| Chapitre 1 | Chapitre 2 | Chapitre 3 | Chapitre 4 | Chapitre 5 | Chapitre 6 |
| Chapitre 1/2 | Chapitre 2/2 | Chapitre3/2 | Chapitre 4/2 | Chapitre 5/2 | Conclusion |
| Avant-propos à la deuxième édition | Préface de Paraz à la 1ère éd. |

 

 

LE MENSONGE D'ULYSSE

de Paul Rassinier

*****

CHAPITRE IV

UN HAVRE DE GRACE

ANTICHAMBRE DE LA MORT

****

| Suivant | Précédent |


Le 28 juillet 1943, lorsque le premier convoi est arrivé dans les betteraves, à l'entrée du Tunnel, il n'était pas question de Revier. On n'avait envoyé que des détenus de Buchenwald réputés en bonne santé et il n'était pas prévu qu'ils pussent tomber malades tout de suite; au cas où cette éventualité se serait néanmoins produite, les S.S. avaient ordre de ne prendre en considération que les cas graves, de les signaler par courrier et d'attendre la décision. Naturellement, jamais les S.S. ne décelèrent de maladies graves: tous ceux qui ont été militaires comprendront aisément cela.

Il fit un temps de chien cette année-là. Il pleuvait, il pleuvait. La pneumonie et la pleurésie se mirent de la partie: elles eurent beau jeu parmi ces affaiblis maltraités, qui étaient mouillés à longueur de journée et qui, le soir, dormaient encore dans les anfractuosités humides de la roche. En huit jours, les malheureux étaient tordus par ce qui semblait aux S.S. une petite fièvre qui s'était compliquée sur la fin, ils ne savaient trop pourquoi. Le règlement prévoyait qu'on n'était pas malade au-dessous de 39·5, cas auquel on pouvait bénéficier d'un Schonung ou dispense de travail: tant qu'on n'atteignait pas cette température, on était astreint au travail, et quand on l'atteignait, c'était la mort.

Vint ce que nous appelions la dysenterie, mais qui n'était en réalité qu'une diarrhée incoercible. Un beau jour, sans raison apparente, on était pris de troubles digestifs qui se transformaient rapidement en une intolérance totale: la nourriture (les rutabagas cuits à l'étuvée en permanence, [page 72] le pain de mauvaise qualité) et les intempéries (une pluie ou un coup de froid en cours de digestion). Pas de remèdes: il fallait attendre que ça s'arrête, sans manger. Ça durait huit, dix, quinze jours, selon l'état de résistance du malade qui s'affaiblissait, finissait par tomber, ne plus avoir la force de se mouvoir, même pour ses besoins, puis était emporté par une fièvre connexe. Cette maladie, heureusement plus facilement décelable que la pneumonie ou la pleurésie, amena les S.S. à prendre, avec les moyens de bord, des mesures pour l'enrayer: ils ordonnèrent la construction d'un Bud où les diarrhétiques étaient admis sur pièces justificatives et sans condition de température, dans la mesure des places disponibles.

Le Bud pouvait contenir une trentaine de personnes: il y eut rapidement cinquante, cent candidats et plus, leur nombre augmentant sans cesse à mesure que de nouveaux convois arrivaient de Buchenwald et que le camp prenait de l'extension. Généralement, les diarrhétiques y étaient envoyés au dernier stade et y allaient mourir. Ils étaient entassés à même le sol, emboîtés les uns dans les autres, s'oubliant sous eux: c'était une infection. A tel point que, par souci d'hygiène, les S.S. chargèrent la première H-Führung de désigner un Pfleger ou infirmier pour discipliner les malades et les aider à se maintenir dans la propreté. Le poste fut confié à un vert -- naturellement! -- menuisier de son état et condamné pour meurtre: ce fut du beau travail!..

A longueur de journées, on faisait la queue à l'entrée du Bud: le Pfleger, gummi à la main, calmait les impatiences. De temps à autre un cadavre était sorti de la puanteur et libérait une place qui était prise d'assaut. Le nombre des diarrhétiques ne faisait que croître: les S.S. s'étant aperçus que le Pfleger était au-dessous de sa tâche, celui-ci fit valoir qu'il était seul pour beaucoup de travail et on lui adjoignit un aide dont les S.S. exigèrent qu'il fut de la partie. Le poste échoua à un médecin hollandais jusque-là employé au transport de matériel, de la gare au Tunnel. A partir de ce moment, le Bud s'humanisa, le Pfleger devint Kapo, le Hollandais travailla sous ses ordres en faisant des prodiges de diplomatie; il réussit à sauver un diarrhétique dont il eut soin de dissimuler la guérison pour le garder par devers lui au titre d'infirmier. A grand renfort de charbon de bois, la diarrhée fut enrayée, les S.S. se déclarèrent satisfaits, le Bud put servir à autre chose: le premier Revier était né.

Le Hollandais obtint, en effet, que dans la mesure des [page 73] places laissées disponibles par les diarrhétiques, on admît au Bud les pneumonies et les pleurésies déclarées, à partir de 38·de température: au prix de quelles discussions avec son Kapo! Même il se mit à prétendre qu'avec un peu de charbon, il était possible de soigner efficacement les diarrhées sans hospitalisation, si elles étaient prises à temps, et qu'ainsi on pouvait faire de la place pour les pneumonies et les pleurésies. Le duel fut homérique. Un médecin S.S., qui avait été affecté au camp et qui était arrivé en novembre avec l'encadrement d'un convoi, après être resté longtemps indifférent à ce conflit qui l'amusait, finit par donner raison au Hollandais: on entreprit la construction d'un Block, le Bud était rapidement devenu trop exigu.

Puis ce fut le tour des néphrites. La néphrite était inhérente à la vie du camp: la sous-alimentation, les trop longues stations debout, les conséquences des intempéries, des pneumonies, des pleurésies, le sel gemme - le seul qui existât en Allemagne - dont les cuisiniers faisaient un usage immodéré et qui, paraît-il, était nocif parce que ne contenant pas d'iode. Les oedèmes étaient légion, tout le monde avait les jambes plus ou moins enflées.

-- Ça passe, disait-on; c'est le sel qui fait ça.

Et on n'y prenait pas autrement garde. Quand il s'agissait d'un oedème banal, il arrivait que cela passât. Quand l'oedème était la conséquence de la néphrite, un beau jour on était emporté dans une crise d'urémie.

Le Hollandais obtint que les néphrétiques fussent aussi hospitalisés: il fallut construire un autre Block.

Puis ce fut le tour des tuberculeux, et ainsi de suite.

Tant et si bien que, le 1 er juin 1944, le Revier comprend les Blocks, 16, 17, 38, 39, 126, 127 et 128, groupés au sommet de la colline. On y peut loger 1500 malades à raison d'un par lit, soit un dixième de la population du camp. Chaque Block est divisé en salles où les maladies apparentées sont rassemblées.

Le Block 16 est le centre administratif de tout l'édifice. Le Hollandais a été promu au grade de médecin-chef. Entre-temps, les S.S. ont remplacé le Lagerältester vert par un rouge et il y a eu un grand branle-bas dans la H-Führung. Le Kapo du Revier a été la première victime du nouveau Lagerältester: on s'est arrangé pour le surprendre alors qu'il était en train de voler la nourriture de ses malades, on l'a envoyé à Ellrich, en représailles, et remplacé par Pröll.

***

[page 74]

Pröll est un jeune Allemand de 27 à 28 ans. En 1934, il se destinait à la médecine. Fils de communiste et communiste lui-même, il fut arrêté alors qu'il n'était encore qu'un enfant. Il compte dix années de camps divers.

D'abord envoyé à Dachau, il ne dut qu'à son jeune âge de survivre aux rigueurs du camp naissant: les S.S. aussi bien que les détenus, ne s'acharnaient généralement pas sur les enfants, les premiers par une sorte de recul devant l'innocence certaine, les seconds par une tendresse particulière qui nourrissait en eux l'espoir de les voir devenir des tapettes. Grâce à cette double circonstance, Pröll réussit à s'infiltrer au Revier comme Pfleger, à y rester quelques années, puis à être envoyé à Mauthausen ès-qualité. La H-Führung verte de Mauthausen s'en débarrassa au profit d'Auschwitz qui le comprit dans le premier convoi en partance pour Natzweiler. C'est à Natzweiler qu'il fit son plus long séjour: il y fut Kapo du Lager-kommando et adjoint au Lagerâltester. Les détenus, rares, il est vrai, qui l'avaient connu dans ce camp, étaient unanimes à déclarer que jamais ils n'avaient vu semblable brute. Une révolution de palais dans la H-Führung de Natzweiler détermina son envoi à Buchenwald d'où il fut expédié à Dora comme homme de confiance des communistes et Kapo du Revier.

A Dora, Pröll se conduit comme tous les autres Kapos -- ni meilleur, ni pire. Intelligent, il organise le Revier sorti de l'apostolat du Hollandais qui le considère malgré tout comme un aide précieux parce que compétent. Bien sûr, il n'obéit pas toujours aux commandements moraux de la médecine: il est brutal et, dans la composition de l'armée de Pfleger dont il a besoin pour assurer la marche de l'entreprise, il fait passer les références politiques avant les professionnelles. C'est ainsi que le forgeron Heinz, qui était communiste et qui avait réussi à s'infiltrer au Revier déjà sous le règne du Kapo vert, comme Oberpfleger, eut toujours sa confiance entière contre l'avis de tous les autres médecins. C'est ainsi qu'à un étudiant en médecine dont il sait que les opinions politiques ne concordent pas avec les siennes, il préfère toujours n'importe quel argousin allemand, tchèque, russe ou polonais. Il a une grande admiration pour les Russes et un faible pour les Tchèques à ses yeux abandonnés à Hitler par les Anglo-Saxons et les Français qu'il méprise. Mais c'est un organisateur de premier ordre.

En moins d'un mois, le Revier est conçu sur les principes des grands hôpitaux: au Block 16, l'administration, les [page 75 ] entrées et les soins urgents; au 17 et au 39, la médecine générale, les néphrites et les névrites; au 38, la chirurgie; au 126, les pneumonies et les pleurésies; au 127 et au 128, les tuberculeux. Dans chaque Block, un médecin responsable, assisté d'un Oberpfleger (1); dans chaque salle, un Pfleger pour les soins et un Kalifaktor pour les corvées diverses. Pour les malades, des lits à deux étages seulement, avec paillasse en copeaux de bois, draps et couvertures. Trois régimes alimentaires, le Hauskost ou nourriture en tous points semblable à celle du camp pour les malades dont les voies digestives ne sont pas affectées; le Schleimkost ou soupe maigre de semoule (pas de pain, pas de margarine, pas de saucisson), pour ceux dont l'état nécessite la mise à la diète; le Diätkost qui consiste chaque jour en deux soupes dont une sucrée, pain blanc, margarine et confiture, pour ceux qui ont besoin d'un fortifiant.

On ne peut pas dire qu'on soit très bien soigné au Revier: la S.S.-Führung n'alloue que très peu de médicaments, et Pröll prélève sur le contingent tout ce qui est nécessaire à la H-Führung, ne laissant filtrer jusqu'aux malades eux-mêmes que ce dont elle n'a pas besoin. Mais on est couché au propre, on est au repos et la ration alimentaire, quand elle n'est pas de meilleure qualité qu'au camp, est toujours plus abondante. Pröll lui-même borne l'accomplissement de son métier de Kapo à une visite qui, chaque jour, s'accompagne de quelques hurlements et de quelques coups généreusement distribués au personnel et aux malades pris en flagrant délit de contravention aux règlements du Revier. La vie qu'on y mène jurerait avec le régime qui sévit dans le reste du camp si, Pfleger et Kalifaktor, autant par souci de zèle et par fidélité aux traditions, que par crainte du Kapo, ne mettaient toute leur volonté à essayer de la rendre intolérable.

* * *


Tous les soirs, après l'appel, la cohue s'organise à l'entrée du Block 16. Le Block 16 comprend, outre l'appareil administratif du Revier, une Aussere-Ambulanz et une innere-Ambulanz. La première donne des soins immédiats à tous ceux, malades ou accidentés, qui ne remplissent pas les conditions requises pour être hospitalisés, la seconde décide, après [page 76] examen, de I'hospitalisation ou de la non-hospitalisation des autres..

A part les gens de la H-Führung, tous les habitants du camp sont des malades et, dans le monde normal, tous seraient hospitalisés sans exception et sans hésitation, ne serait-ce que pour faiblesse générale extrême. Au camp, il en va tout autrement, la faiblesse générale ne compte pas. On ne soigne que le surplus, et encore, sous certaines conditions extra-thérapeutiques, ou quand il n'y a pas moyen de faire autrement. Chaque détenu donc est un client plus ou moins attitré du Revier: il a fallu établir un tour qui revient tous les quatre jours en moyenne.

Il y a d'abord les furoncles: tout le camp suppure; la furonculose, conséquence de l'absence de viande et de crudités dans I'alimentation, sévit à l'état endémique tout comme l'oedème banal et la néphrite. Il y a ensuite les plaies aux mains, aux pieds, ou aux deux. Les Holzschuhe blessent et, avec les mains dont les chairs se déchirent si facilement, il faut souvent faire des travaux inattendus! Il y a enfin les doigts coupés, les bras ou les jambes cassés, etc. Tout cela constitue la clientèle de l'Aussere-Ambulanz et, à partir du 1er juin 1944, relève du nègre Johnny dont la compétence comme médecin avait fini par être tellement discutée au Revier de Buchenwald qu'en dépit des garanties politiques (2) qu'il avait données, il nous fut envoyé avec un transport. Comme médecin, naturellement, mais accompagné d'une note précisant qu'il était plus prudent de l'employer comme infirmier. Pröll a pensé que sa place était tout indiquée à l'Aussere-Ambulanz et il lui en a confié la responsabilité.

Johnny a sous ses ordres tout une compagnie de Pfleger allemands, polonais, tchèques ou russes, qui ne connaissent rien au travail dont on les a chargés et qui font, défont et refont les pansements au petit bonheur. Furoncles ou plaies, il n'y a qu'un remède: la pommade. Ces messieurs ont devant eux des pots de pommade de toutes les couleurs: pour le même cas, ils vous mettent gravement un jour la noire, un autre la jaune ou la rouge, sans qu'on puisse deviner la raison intérieure qui a déterminé leur choix. Nous avons une chance extraordinaire que toutes les pommades soient antiseptiques!

A l'Innere-Ambulanz, se présentent les gens qui ont [page 77] l'espoir d'être hospitalisés. Tous les soirs, ils sont cinq à six cents, tous aussi malades les uns que les autres. Il y a parfois dix ou quinze lits disponibles: mettez-vous à la place du médecin qui doit choisir les dix ou quinze élus Les autres sont renvoyés avec ou sans Schonung; ils se représentent le lendemain et tous les jours jusqu'à ce qu'ils aient la chance d'être admis: on ne compte pas ceux qui meurent avant qu'il ait été statué sur leur cas dans le sens de leur désir.

J'ai connu des détenus qui ne se présentaient jamais aux douches parce qu'ils avaient peur de voir les appareils vomir du gaz (3) au lieu d'eau: un jour, à la visite hebdomadaire au Block, les infirmiers leur trouvaient des poux On leur faisait alors subir, en manière de désinfection, un tel traitement qu'ils en mouraient. De la même façon, j'en ai connu qui ne se présentaient jamais au Revier: ils avaient peur d'être pris comme cobaye ou piqués. Ils tenaient, tenaient, tenaient envers et contre tous les conseils et, un soir, leur kommando ramenait leur cadavre sur la place de l'Appel.

A Dora, il n'y avait pas de Block de cobayes et on ne pratiquait pas la piqûre. Généralement d'ailleurs et dans tous les camps, la piqûre n'était pas utilisée contre le commun des détenus, mais par un des deux clans de la H-Führung contre l'autre: les verts employaient ce moyen pour se débarrasser élégamment d'un rouge dont ils sentaient l'étoile monter au ciel S.S., ou inversement.

* * *

 

Un heureux concours de circonstances a fait que j'ai réussi à entrer au Revier le 8 avril 1944; il y avait une bonne quinzaine de jours que je traînais dans le camp un corps fiévreux qui enflait à vue d'oeil.

L'enflure avait commencé aux chevilles:

-- Ich auch, blöde Hund! avait déclaré mon Kapo.

Et il m'avait fallu continuer à aller charger les wagonnets du Strassenbauer 52. Un matin, je dus me présenter sur la place de l'Appel avec, sur le bras, mon pantalon que je n'avais pas réussi à enfiler:

[ page 78]

-- Blöde Hund, déclara mon Kapo, du bist verrückt! Geh mal zu Revier!

Et il ponctua cet ordre de quelques vigoureux coups de poing. C'était le 2 avril.

Au Revier je me trouvai dans la cohue. Après une heure d'attente, mon tour vint de passer devant le médecin:

-- Tu n'as que 37·8, impossible de t'hospitaliser: trois jours de Shonung. Reste étendu au Block, les jambes en l'air, ça passera. Si ça ne passe pas, reviens.

En fait de repos, je fus pendant trois jours employé aux travaux de nettoyage du Block par les Stubendienst impitoyables. A l'expiration du délai, je me représentai dans un état sensiblement aggravé.

-- Bien sûr, il faudrait t'hospitaliser, me dit le médecin, mais il n'y a que trois places vacantes et vous êtes au moins trois cents candidats, parmi lesquels il y en a qui sont dans un état pire que le tien. Encore trois jours de Schonung: tu reviendras

Je sentis entrer dans moi la certitude du crématoire. Résigné, je m'en retournai au Block où m'attendait mon premier colis grâce auquel je pus obtenir des Stubendienst qu'ils me laissassent allongé sur mon lit au lieu de m'employer aux corvées.

Le 8 avril, quand mon tour vint de me représenter, un paquet de gauloises me classa dans les trois ou quatre élus. Ce qu'il y a de pis dans mon cas, c'est que je n'ai pas trouvé le fait anormal.

Avant de gagner le lit qui m'était attribué, je dus encore déposer à l'entrée mes habits et mes chaussures qui furent naturellement volés pendant mon séjour, et passer sous une douche individuelle qu'un Kalifaktor polonais maintint aussi froide qu'il put.

La douche était la dernière formalité à remplir. Elle était prévue chaude, mais quand il ne s'agissait ni d'un Tchèque, ni d'un Polonais, ni d'un Allemand, le Kalifaktor jurait ses grands dieux que l'appareil était détraqué. Le nombre des hospitalisés pour pneumonie ou pleurésie qui en sont morts est incalculable.

J'ai fait six stages au Revier: du 8 au 27 avril, du 5 mai au 30 août, du 7 septembre au 2 octobre, du 10 octobre au 3 novembre, du 6 novembre au 23 décembre et du 10 mars 1945 à la libération. Dès le premier, j'ai perdu de vue Fernand envoyé en transport à Ellrich où il est mort

J'étais malade c'était bien évident, gravement malade même puisque je le suis encore, mais [page 79]

* * *


La vie au Revier est minutieusement réglée.

Tous les jours, réveil à 5 h 30, une heure après le réveil du camp. Toilette: à quelque groupe de malades qu'on appartienne, avec 40· de fièvre comme avec 37·, il faut se lever, aller au lavabo, puis de retour faire son lit. En principe, le Pfleger et le Kalifaktor sont l

à pour aider ceux qui ne peuvent pas, mais, à de rares exceptions près, ils se bornent, sous la menace des coups, à exiger des malades qu'ils procèdent eux-mêmes à ces soins.

Quand ce premier travail est fait, le Pfleger prend les températures pendant que le Kalifaktor lave la salle à grande eau.

Vers sept heures, le médecin du Block passe entre les lits, regarde les feuilles de température, écoute les remarques du Pfleger, les doléances des malades, dit un mot à chacun et ordonne les soins particuliers ou les médicaments à prendre dans la journée. S'il n'est ni Polonais, ni Allemand, ni Tchèque, le médecin est généralement un homme bon et compréhensif. Peut-être un peu trop confiant dans le Pfleger qui, lui, apprécie les malades en fonction de leurs opinions politiques, de leur nationalité, de leur profession ou des colis qu'ils reçoivent, mais il se laisse tout de même rarement influencer par lui dans le mauvais sens, quoique toujours dans le bon. Un grand malade risque parfois une question:

-- Krematorium?

-- Ja, sicher Drei, vier Tage (4)

On rit. Il passe sans se soucier de l'effet produit par sa réponse sur l'intéressé. Il arrive au dernier lit, quitte la salle; c'est fini, on ne le reverra plus de la journée: à demain.

A 9 heures, distribution des médicaments. Ça va très vite: les médicaments c'est le repos ou la diète, -- de temps à autre, un cachet d'aspirine ou de pyramidon très parcimonieusement attribués.

A 11 heures, la soupe. Le Pfleger et le Kalifaktor mangent copieusement, se servent à chaque régime et distribuent le reste aux malades: ça n'est pas grave, il reste assez pour assurer une ration réglementaire honnête à tout le monde, voire pour donner un petit supplément aux amis.

L'aprés-midi, on fait la sieste jusqu'à16 heures, après [page 80] quoi, les conversations vont leur train jusqu'à la prise de température et à l'extinction des feux. Elles ne sont interrompues que lorsque notre attention est plus particulièrement retenue par les longues files de cadavres que, passant sous nos fenêtres, les gens du Totenkommando portent au Krematorium..

Quelques favorisés dont je suis reçoivent des colis: ils sont un peu plus pillés qu'au camp parce qu'ils passent par un intermédiaire de plus avant d'arriver au destinataire. Le tabac qu'ils contiennent n'est pas remis: il est déposé à l'entrée, mais les Pfleger sont arrangeants et, moyennant une honnête rétribution, un partage équitable, on peut toucher aussi son tabac et être autorisé à fumer en cachette. Par le même procédé, en partageant le reste, on obtient du Pfleger qu'il maquille les températures et on prolonge son séjour au Revier.

En été, la sieste de l'après-midi se fait au grand air, sous les hêtres: les kommandos qui travaillent à l'intérieur du camp nous regardent avec envie et nous appréhendons d'autant plus l'heure de la guérison qui nous renverra parmi eux.

En octobre 1944, on n'admet plus que très rarement les diarrhétiques au Revier: tous les soirs, ils se présentent au Block 16, on les gorge de charbon de bois et on les renvoie. Il arrive que le mal passe. Il arrive aussi qu'il persiste au-delà des huit jours escomptés, qu'il se complique d'une fièvre quelconque, et alors, ils sont hospitalisés dans la mesure où les conjectures de tous ordres le permettent.

Ils sont rassemblés au Block 17, salle 8, dont le Pfleger est le Russe Ivan, qui se dit "Docent" de la Faculté de médecine de Karkhov, et le Kalifaktor, le Polonais Stadjeck. La salle 8 est l'enfer du Revier: tous les jours, elle fournit deux, trois ou quatre cadavres au Krematorium.

Pour tout diarrhétique entrant, le médecin ordonne, outre le charbon, un régime de diète surveillée: très peu à manger, si possible pas du tout, aucune boisson. Il conseille à Ivan de ne rien donner le premier jour et de partager un litre de soupe à deux ou trois le lendemain, et ainsi progressivement, le retour à la ration complète étant déterminé par la disparition du mal. Mais Ivan considère qu'il est Pfleger pour se soigner lui et non les malades: les suivre est un travail trop pénible pour lui, en tout cas, hors [page 81] de mise dans un camp de concentration; il juge plus simple d'appliquer la diète absolue, de partager avec Stadjeck les rations des malades, de s'en nourrir abondamment et de faire du commerce avec le surplus. Les malheureux ne mangent donc rien, absolument rien: au troisième jour, à de rares exceptions près, ils sont dans un tel état qu'ils ne peuvent plus se lever et font sous eux, car Stadjeck a autre chose à faire que de leur apporter la bassine quand ils la demandent. Dès lors ils sont condamnés à mort

Stadjeck se met à surveiller plus particulièrement le lit du malheureux à qui il vient de refuser la bassine. Tout à coup, il sent l'odeur et il entre en fureur. Il commence par administrer une solide raclée au délinquant, puis il le sort de son lit, le pousse au lavabo attenant et là, une bonne douche bien froide, car le Revier doit rester un endroit propre et les malades qui ne veulent pas se laver, il faut bien qu'on les lave Puis, en se répandant en imprécations, Stadjeck enlève le drap et la couverture du lit, change la paillasse: à peine de nouveau étendu, le malade est repris de coliques, il redemande la bassine qu'on lui refuse, fait sous lui, est de nouveau passé à la douche froide, et ainsi de suite. Vingt-quatre heures après, généralement il est mort.

Du matin au soir, on entend les cris et les supplications des malheureux qui sont passés à la douche froide par le Polonais Stadjeck. Deux ou trois fois, le Kapo ou un médecin sont passés à proximité pendant l'opération. Ils ont ouvert la porte. Stadjeck a expliqué:

-- Er hat sein Bett ganz beschiessen. Diese blöde Hund ist so faul. Keine warme Wasser (5).

Le Kapo ou le médecin ont refermé la porte et sont partis sans rien dire.

Car, bien sûr, l'explication était inattaquable: Il faut bien laver les malades incapables de le faire et quand on n'a pas d'eau chaude

* * *

Au Revier, on est à peu près tenu au courant des événements de la guerre. Les journaux allemands, le Volkische Beobachter notamment, y arrivent, et tout le personnel écoute régulièrement la T.S.F. Évidemment on n'a que les nouvelles officielles, mais on les a rapidement, et c'est déjà ça. [page 82]

On est aussi tenu au courant de ce qui se passe dans les autres camps: des malheureux, qui ont fait deux ou trois camps avant d'échouer à Dora, racontent à longueur de journée la vie qu'ils y ont vécue. C'est ainsi qu'on connaît les horreurs de Sachsenhausen, Auschwitz, Mauthausen, Oranienburg, etc. C'est ainsi qu'on apprend qu'il existe aussi des camps très humains.

En août, pendant une dizaine de jours, l'Allemand Helmuth fut mon voisin de lit. Il arrivait en droite ligne de Lichtenfeld près de Berlin. Ils étaient neuf cents dans ce camp et gardés par la Wehrmacht, ils procédaient au déblaiement des faubourgs bombardés: douze heures de travail, comme partout, mais trois repas par jour et trois repas abondants (soupe, viande, légumes, souvent du vin), pas de Kapos, pas de H-Führung, par conséquent pas de coups. Une vie dure, mais très tenable. Un jour, on a demandé des spécialistes: Helmuth était ajusteur, il s'est levé, on l'a envoyé au Tunnel de Dora où on lui a mis en main l'appareil à forer la roche. Huit- jours après, il crachait le sang.

Précédemment, j'avais vu arriver à côté de moi un détenu qui avait passé un mois à Wieda et qui m'avait raconté que les mille cinq cents occupants de ce camp n'étaient pas trop malheureux. Naturellement, on travaillait et on mangeait peu, mais on vivait en famille: le dimanche après-midi, les habitants du village venaient danser aux abords du camp au son des accordéons des détenus, échangeaient des propos fraternels avec eux, et même leur apportaient des victuailles. Il paraît que cela n'a pas duré, que les S.S. s'en sont aperçu et qu'en moins de deux mois, Wieda est devenu aussi dur et inhumain que Dora.

Mais la plupart des gens venus d'ailleurs ne racontent que des choses horrifiques, et, parmi eux, ceux d'Ellrich sont les plus effrayants. Ils nous arrivent dans un état inimaginable et rien qu'à les voir on est persuadé qu'ils n'inventent rien. Quand on parle des camps de concentration, on cite Buchenwald, Dachau, Auschwitz, et c'est une injustice: en 1944-45, c'était le tour d'Ellrich d'être le pire de tous. On n'y était pas logé, pas vêtu, pas nourri, sans Revier et on n'y était employé qu'a des travaux de terrassement sous la surveillance de la lie des verts et des S.S.

C'est au Revier que j'ai fait la connaissance de Jacques Gallier dit Jacky, clown à Médrano. C'était un dur entre les durs. Quand on se plaignait des rigueurs de la vie au camp, il répondait invariablement:

-- Moi, tu comprends, j'ai fait deux ans et demi de Calvi; [page 83] alors, j'ai l'habitude.

Et il enchaînait:

-- Mon vieux, à Calvi, c'était la même chose: même travail, même insuffisance de nourriture, il n'y avait que les coups en moins, mais il y avait les fers et le mitard, alors

Le marin de la Mer Noire, Champale, qui avait tiré cinq années à Clairvaux, le démentait à peine, et, quant à moi qui avais autrefois été témoin de la vie des Joyeux en Afrique, je me demandais s'ils n'avaient pas raison (6).

* * *

Le 23 décembre, je suis sorti du Revier avec l'intention bien arrêtée de ne plus y remettre les pieds. Divers incidents s'étaient produits.

En juillet, Pröll s'était fait lui-même au bras une piqûre de cyanure de potassium. On n'a jamais su pourquoi: le bruit a couru qu'il était à la veille d'être arrêté et en passe d'être pendu pour complot. Il avait été remplacé par Heinz, le forgeron communiste.

Heinz était une brute: un jour, il surprit, en train de s'humecter les lèvres, un fiévreux à qui l'eau était défendue, et il le roua de coups jusqu'à ce que mort s'ensuive. On le disait capable de tout: au Block de la chirurgie, il se mêlait d'opérer de l'appendicite, -- à l'insu du chirurgien responsable, le Tchèque Cespiva On racontait que, dans les premiers temps du Revier, sous le règne du Kapo vert, il avait donné ses soins à un Algérien qui avait eu le bras broyé entre deux wagons au Tunnel: il avait désossé l'articulation de l'épaule, tout comme un boucher l'aurait fait d'un jambon, et au lieu d'anesthésier sa victime, il l'avait au préalable assommée à coups de poing... Un an après, le Revier tout entier résonnait encore des hurlements du malheureux.

On racontait bien d'autres choses encore. Toujours est-il que les malades ne se sentaient pas en sécurité avec lui. En ce qui me concerne, un jour, à fin septembre, il était passé près de mon lit avec Cespiva et il avait décidé que, pour me guérir, il fallait m'amputer du rein droit: j'avais aussitôt prié un de mes camarades atteint d'une autre maladie d'uriner à ma place, et obtenu une analyse négative, [ page 84] ce qui m'avait valu, ainsi que je le désirais, d'être renvoyé en kommando. N'ayant pas pu tenir le coup au travail, je m'étais représenté au Revier quelque jours après, -- juste le temps de laisser passer l'orage, -- et j'avais été facilement réadmis.

Tout avait bien marché jusque vers décembre, date à laquelle Heinz fut a son tour arrêté, pour complot, comme son prédécesseur, et remplacé par un Polonais. Dans le même coup de filet des S.S. figuraient: Cespiva, un certain nombre de Pfleger, dont l'avocat Boyer de Marseille, et diverses personnalités du camp. On n'a jamais su non plus pourquoi, mais il est vraisemblable que c'était pour avoir fait circuler sur la guerre des nouvelles qu'ils disaient tenir de la radio étrangère, écoutée clandestinement, et que les S.S. jugèrent subversives.

Avec le nouveau Kapo, les Polonais envahirent le Revier et de nouveaux médecins furent placés à la tête des Blocks: le nôtre était un Polonais ignare. A son arrivée, il décida que la néphrite était une conséquence de la mauvaise dentition et donna l'ordre d'arracher toutes les dents à tous les néphrétiques. Le dentiste fut mandé d'urgence et commença d'exécuter sans comprendre, mais en s'étonnant et en protestant. Pour sauver mes dents, je m'arrangeai une nouvelle fois pour sortir du Revier avec un billet de Leichte Arbeit ou travail léger.

Le hasard de circonstances exceptionnellement favorables voulut que je fusse affecté comme Schwunk (ordonnance) auprès du S.S. Oberscharführer (7) qui commandait la compagnie des chiens.

A mon retour à la vie commune, je trouvai le camp bien changé.


Extrait du livre de Paul Rassinier, Le Mensonge d'Ulysse, qui est paru d'abord aux Editions bressanes en 1950. Cette première partie était parue auparavant sous le titre Passage de la ligne en 1948. L'ensemble a été plusieurs fois réédité par différents éditeurs, de droite comme de gauche. Nous utilisons l'édition procurée en 1980 par La Vieille Taupe, à Paris. Signalons qu'il existe une traduction anglaise un peu abrégée (il y manque les trois premiers chapitres) parue, avec d'autres textes de Rassinier, sous le titre Debunking the Genocide Myth, parue en 1978 aux Etats-Unis.

| Chapitre 1 | Chapitre 2 | Chapitre 3 | Chapitre 4 | Chapitre 5 | Chapitre 6 |
| Chapitre 1/2 | Chapitre 2/2 | Chapitre3/2 | Chapitre 4/2 | Chapitre 5/2 | Conclusion |
| Avant-propos à la deuxième édition | Préface de Paraz à la 1ère éd. |


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <[email protected]>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


[email protected]

| Accueil général | Accueil Rassinier | Accueil Mensonge d'Ulysse |

 

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/archRassi/prmu/prmu4.html