AAARGH

******

Notes du chapitre 3.

[(1)] [Le présent texte a servi à l'élaboration d'un article publié sur ce sujet par Pierre Pithou, sous le même titre, avec divers documents, dans les Annales d'histoire révisionniste, n° 3, 1987, p. 11-47. Je ne suis pas Pierre Pithou et n'utilise pas de pseudonyme.]

[(2)] [Poniatowski a été longtemps ministre de l'intérieur sous Giscard. A cette époque, les hauts responsables de la police rêvaient beaucoup de "conspiration", internationale si possible. Cet état d'esprit était somme toute assez naturel chez un homme qui avait été l'espion de l'OAS, une conspiration bien réelle, celle-là, à qui il transmettait les délibérations du conseil des ministres où siégeait son copain Giscard, alors ministre des finances.]

[(3)] Il se trouve curieusement que Menahem Begin a reçu un diplôme honoris causa de cette même université en mai 1978. La majorité des étudiants avaient voté contre. On ne sait pas si Butz et Begin se sont rencontrés car Antenne 2 n'était pas là.

[(4)] Fondée en 1843 à New York, l'organisation B'nai B'rith (Les Fils de l'Alliance) est la plus ancienne et la plus vaste organisation juive dans le monde. Elle est présente dans plusieurs dizaines de pays, dont la France. Elle s'occupe d'affaires sociales, religieuses, philanthropiques, médicales, professionnelles et, surtout, un peu comme un franc-maçonnerie, politiques. Voir Edward Grusb, B'nai B'rith, 1966. L'ADL, fondée en 1913, fait partie du B'nai B'rith. Pendant longtemps, l'ADL a joué une sorte de rôle équivalent à notre Ligue des droits de l'homme. C'est dans les années soixante, surtout sous la pression de Golda Meir, premier ministre d'Israel, qu'elle est devenue une sorte d'agence officieuse au service des gouvernements israéliens. Elle s'est spécialisée dans la recherche et l'exploitation du renseignement, surtout politique. Présente partout aux Etats-Unis, avec des bureaux locaux et des permanents par centaines, chargée de réprimer toute critique qui menacerait le vote des énormes crédits alloués à Israel, elle est devenue, aux yeux de nombreux Américains, un prolongement du Mossad et l'instrument d'intimidation du lobby juif.

Voir par exemple l'ouvrage qu'elle a compilé, Pro Arab Propaganda in America: Vehicles and Voices, New York, ADLBB, janvier 1983, dont Chomsky dit ceci: "Ce livre contient beaucoup de faussetés et de calomnies, telles que celles qu'on peut attendre d'une "liste d'ennemis" dressée par une organisation, vouée maintenant largement à la diffamation" (Fateful Triangle, p. 178, n. 145).

L'ADL s'occupe aussi de mettre la télévision au pas. Voir le pamphlet intitulé An Anti Defamation League of B'nai B'rith Study: Television Network Coverage of the War in Lebanon, New York, 12 octobre 1982. On a l'équivalent français avec Alain Finkielkraut et quelques autres qui ont protesté contre la diffusion à la télévision d'images de Beyrouth, déjà censurées par l'armée israélienne, et recensurées par les chaînes françaises. C'était encore trop.

[(5)] [On a vu mieux pendant la guerre du Golfe: l'absence d'image comme authentification du commentaire. La propagande est une bien belle invention.]

[(6)] [Le mot est piqué à Lothar Baier. Voir chapitre premier.]

[(7)] [Quelques années plus tard, le professeur Faurisson a manqué être tué par trois nervis armés à Vichy. L'agression a été applaudie par Serge Klarsfeld qui s'est ainsi démasqué comme son inspirateur, sinon même son commanditaire.]

[(8)] [Depuis ce film qui n'a de mémorable que son ineptie, d'autres "documentaires" de la même eau, usant des mêmes méthodes, sont régulièrement diffusés en France. Par exemple, pour illustrer un long documentaire de Serge Moatti sur la menace d'une résurgence de l'antisémitisme, on voyait, très rapidement, deux malades mentaux avérés, un membre du Ku-Klux-Klan et tout le reste était fait des fantasmes d'un certain nombre de sionistes dont l'imaginaire breughelien fabriquait des antisémites de rêve qui nous étaient présentés comme la réalité imminente.

Il serait possible de faire de bon documentaires. La preuve en est que nous en voyons quelques-uns, de temps à autres-- comme une fleur de lotus qui passe en flottant sur un fleuve de boue.]

| Chapitre suivant |

| Accueil général | Accueil Histoire et révisionnisme historique |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/histo/STasb/STasb4.html