AAARGH

 

| Accueil général | Accueil français |

| La parole à nos adversaires | Les Vigilants |


*****

Les docteurs rendent compte aux censeurs: les professeurs s'exécutent

Commentaires de Golias

********

[22]

Professeur LADOUS: "'On s'est plantés! "


Régis Ladous, directeur de maîtrise de jean Plantin, membre de l'institut d'histoire du christianisme, a répondu à nos questions sans se dérober. Il ne s'est pas contenté des contorsions invérifiables de son collègue Yves Lequin de Lyon 2. Mais, loin de rassurer, ses réponses jettent au contraire une lumière crue sur la crédibilité de certains universitaires lyonnais, la qualité des diplômes délivrés, et les moeurs qui ont cours dans ce milieu. Que reste-t-il de l'éthique dans ce «marigot lyonnais»? Les lecteurs peuvent en juger: laffaire est grave.

 

Golias: Jean Plantin, l'animateur d'une revue négationniste, revendique d'avoir obtenu une maîtrise d'histoire contemporaine avec mention "très bien" en juin 1990 sous votre direction. Cette maîtrise sur Paul Rassinier reprend entièrement les thèses négationnistes et elle est bourrée de références néonazies. Comment avez-vous pu l'accorder et en plus avec mention "très bien"?

Régis Ladous: Concernant le travail de jean Plantin, c'est sa conclusion qui était mauvaise. Pas la maitrise. C'était l'époque où on considérait qu'il fallait faire de la pédagogie. On voulait faire réfléchir cet étudiant. J'ai personnellement lu ce texte comme la démonstration de la stupidité de Paul Rassinier, mais non comme la reprise par l'étudiant des idées de ce dernier.
[23]
Il suffit de lire cette maîtrise pour s'en rendre compte et comprendre. je cite en exemple parmi d'autres lorsque Paul Rassinier écrit que «6 millions de juifs ont été sauvés par Staline...» Ceci étant dit, la conclusion de Jean Plantin était en décalage avec le texte qui montrait la folie de Paul Rassinier. On lui a donc fait refaire une deuxième conclusion.
Pourquoi après sa maîtrise, Jean Plantin a-t-il été envoyé à Yves Lequin au Centre Pierre-Léon pour faire un DEA (diplôme d'études approfondies)?
Régis Ladous: C'était à l'époque où Yves Lequin avait publié un bouquin sur les maladies épidémiques. On l'a donc envoyé à cet universitaire. Mais j'ignorais, jusqu'à récemment encore, qu'il avait effectivement soutenu son DEA à Lyon 2.
Pour moi, Jean Plantin est un indécrottable et je ne voulais plus avoir affaire à lui. On lui a laissé une sorte de deuxième chance en l'envoyant à Yves Lequin. J'espérais qu'Yves Lequin réussisse là où on avait échoué. En tout cas chez nous, jean Plantin n'aurait pas eu son DEA, je vous le garantis.
Savez-vous que le Centre Pierre-Léon rejette sur vous la responsabilité de cette affaire?
Régis Ladous: Un des membres du jury du DEA de Jean Plantin s'enferre lorsqu'il déclare qu'il a accordé le DEA à cet étudiant sans avoir lu le texte. Comment donner un DEA sans le lire, surtout sur un sujet comme celui-ci: le typhus exanthématique dans les camps...
 
Vous savez, j'assume tout, l'optique pédagogique a été une erreur. Ce qui paraissait évident pour moi universitaire, ne l'est pas pour le lecteur. Cependant il est absolument écoeurant que les petits copains de Lyon 2 aient soustrait le DEA à la connaissance du public. Moi je tiens à la disposition de qui veut, le mémoire de jean Plantin avec ses deux conclusions.
[24]
Comment expliquez-vous cette attitude des responsables de Lyon 2?
 
Régis Ladous: Ce sont des types qui fonctionnent sur le mode de type secte. Ceci explique cela. Bref, moi je ne cache pas le texte et surtout je ne donne pas un DEA sans l'avoir lu...
 
Il existe deux versions du mémoire de maîtrise avec deux conclusions différentes. Est-ce normal?
 
Régis Ladous: je joue la transparence jusqu'au bout. On lui a fait réécrire sa conclusion car elle ne prenait pas de recul sur le texte de maîtrise. Donc par souci de transparence et pour montrer ma volonté d'un travail pédagogique avec cet étudiant, on peut consulter les deux conclusions.
Ceci dit, il est tout à fait évident qu'on ne pouvait pas multiplier ce genre d'expérience. À l'époque Jean Plantin était un gamin qui faisait plus pitié qu'autre chose d'autant que j'étais complètement persuadé qu'il n'était dans aucun réseau. Et si j'ai insisté pour le refuser en DEA, c'est bien à cause de sa personnalité.
 
Sous votre direction, il y a eu d'autres maîtrises au contenu discutable, notamment sur Doriot et la race, ouvertement nazie, par un certain Pascal Garnier qui était membre du Front national. Pourquoi l'avez-vous accordée alors qu'elle était antisémite?
 
Régis Ladous: Pascal Garnier était un garçon complètement allumé. Et puis à cette époque, on nous accusait - des collègues de Lyon 2 - de laisser le terrain libre. lis nous reprochaient de ne pas nous occuper du négationnisme. Alors par souci pédagogique, on s'y est mis en se disant qu'avec nous, il pourrait au moins réfléchir, ce qui n'était pas le cas avec la maison d'en face.

Je reconnais que c'est une erreur et c'est pour cette raison qu'avec quatre autres universitaires,
[25] nous avions publié dans Le Monde en 1993, une tribune contre le négationnisme.

Je le redis, c'est vrai que je n'aurais pas dû accepter de tels travaux. Mais qu'on ne m'accuse pas d'être négationniste, cette année je fais un cours sur l'identité de race et le négationnisme, au niveau du Deug; en maîtrise c'est déjà trop tard pour certains...

Vous avez fait soutenir des maîtrises en compagnie de Bernard Lugan, militant connu de l'extrême droite. Comment est-ce possible?

Régis Ladous: C'est dans la suite de ce que je vous expliquais précédemment. je l'ai fait pour occuper le terrain. Ça s'est terminé en feu d'artifice lorsque Pierre Vidal-Naquet nous a demandé de lui envoyer des témoignages écrits dans son procès contre Bernard Lugan. À partir de là, il y a eu rupture.
 
Depuis cette date, les étudiants négationnistes vont vers les types d'extrême droite de l'université. je reconnais qu'on a complètement échoué, puisque c'est cela même qu'on voulait éviter. C'était un essai à faire. On s'est plantés! Ce n'est pas gai à dire qu'on s'est trompés, mais il faut savoir faire amende honorable quand la situation l'exige. Il faut aussi se rappeler le contexte de l'époque, avec notamment l'affaire de Carpentras. On nous accusait de rester au-dessus de la mêlée. Alors on a essayé avec les résultats que vous savez...
Bernard Lugan a été président du jury d'une thèse antisémite en 1985 soutenue par un étudiant tunisien intégriste qui s'inspire des Protocoles des Sages de Sion. L'affaire avait éclaté dans la presse en avril-mai 1990. C'était l'époque où vous faisiez soutenir vos maîtrises avec Bernard Lugan. ignoriez-vous ses orientations?
 
Régis Ladous: Cet étudiant n'a pas montré le processus de fabrication du faux délibéré qu'est ce torchon. Alors que dans le cas Rassinier on n'est pas [26] en présence d'un faux puisqu'il s'agit du délire d'un homme coincé entre son engagement politique et ce qu'il a vécu. Paul Rassinier a "pété les plombs" à un moment de sa vie.
 
J'ai donc accepté cette étude sur Paul Rassinier parce que c'est un type qui est allé dans un camp de concentration, qu'il était de formation socialiste, de tendance libertaire-pacifiste. D'autant que Paul Rassinier a fait de la résistance. On n'est donc pas en présence d'un type méprisable.
Il revient des camps, ébranlé, antisioniste, puis récupéré et manipulé par ces milieux que l'on retrouve en Russie, les rouges-bruns, en Allemagne aussi ... Paul Rassinier, c'est une histoire très triste, pas un itinéraire méprisable. Il n'a pas écrit ce qu'il a écrit comme Jean-Marie Le Pen quand celui-ci parle à Berlin du détail...

J'avais bien compris que Jean Plantin était un négationniste. J'ai donc essayé de le faire réfléchir à partir de Paul Rassinier qui n'est pas un type méprisable même s'il a complètement disjoncté par la suite. J'ai échoué.


Propos recueillis par Chistian Terras

*******


Une écrasante responsabilité


Les considérations de Régis Ladous sur Paul Rassinier laissent pantois. Concernant Jean Plantin et ses diplômes, les complaisances dont il a bénéficié, il suffira de lire les articles de ce dossier. Mais il est fait allusion à d'autres affaires. Car jean Plantin n'est malheureusement pas un cas isolé. L'interview du professeur Régis Ladous appelle donc quelques précisions.

 

Régis Ladous a fait soutenir en collaboration avec Bernard Lugan un certain nombre de mémoires, tels que La lettre à mes amis de l'abbé de Nantes: l'émergence d'un courant traditionaliste dans l'église catholique, Léon Daudet et l'antisémitisme ou encore Léon Delbecque (figure de VOAS). Bernard Lugan est un illuminé d'extrême droite, connu pour ses pitreries: tantôt il vient faire cours avec un fouet et un casque colonial (cela se passe dans l'université française!), tantôt il organise un pèlerinage au village de Martel, dans le Lot, qui à ses dires est le «vrai» endroit où Charles Martel aurait... arrêté les Arabes. On sait moins qu'il a présidé en 1985 le jury de la thèse antisémite d'un intégriste tunisien. Cette thèse se réclamait des Protocoles des Sages de Sion et dénonçait la Licra «judéo-capitaliste» et le Mrap «judéo-bolchévique». Uaffaire avait été révélée par Politis en mai 1990, un mois avant la soutenance du mémoire de Jean Plantin sur Paul Rassinier. Malgré cela, Bernard Lugan a été [28] membre du CNU: le Conseil national des universités, organisme chargé de gérer les carrières des enseignants du supérieur!

 

Il ne nous a pas été possible de faire l'inventaire de tous les mémoires dont Régis Ladous a assuré la direction. Mais il en est un qui, par son contenu, redouble le scandale Plantin. C'est celui qu'un nommé Pascal Garnier a soutenu en 1989 sur Le thème de la race dans L'Émancipation nationale. Il s'agit d'un mémoire d'orientation clairement néonazie, qui fait l'apologie de Jacques Doriot et des SS: «Il nous a paru intéressant de mettre en parallèle l'idéologie du Parti populaire français d'une part, et celle de cette troupe d'élite d'autre part.» La bibliographie fait la part belle à l'ouvrage de Bernard Lanza, Jacques Doriot: pour rétablir la vérité, édité par L'Homme Libre à Saint-Étienne, une officine antisémite. Bernard Lanza était dans les années 80 collaborateur de Notre Europe combattante, bulletin des Faisceaux nationalistes européens. Sont également à l'honneur dans le mémoire: Henri Coston, agent de propagande de l'Allemagne nazie dès les années 30, Georges Montandon, théoricien raciste, La France ethnique aux éditions du Gréce, Le Mythe de l'Hexagone du bretonnant hitlérien Olier Mordrel (réfugié en Argentine après la guerre), et Le Mythe du XX' siècle de l'idéologue nazi Alfred Rosenberg. Pascal Garnier insère dans sa maîtrise des «portraits de juifs» découpés dans la presse de collaboration: «juif du ghetto», «Tête de juif classique». «Deux formules semblent envisagées pour résoudre la question juive», écrit Pascal Garnier, d'une part «l'expulsion» et d'autre part «la déportation (ce que parler veut dire)» (sic): «Plusieurs termes sont employés pour désigner ce que l'on nomme habituellement camp de concentration. Pour la première fois, en décembre 1941, Jean François évoque des 'camps de travailleurs' où seraient logés les Juifs qui aménageraient une large route des deux côtés des quais du Rhône. [...] Le professeur Montandon, [29] quant à lui, nous parle de "ségrégation, seul remède efficace pour lutter contre le virus" étant donné que 'l'extermination" ' remède qui s'imposerait, est impossible à réaliser: en effet, selon Darquier de Pellepoix 'il en reste toujours'» (p. 74). «Au total, conclut Pascal Garnier dans son français approximatif, nous pouvons avoir l'impression que la doctrine défendue par le journal est moins simpliste et sectaire comme certains écrits excessifs pouvaient nous le laisser supposer» (p. 151). Pascal Garnier a fait le trajet inverse de Jean Plantin: cet étudiant de Régis Ladous a commencé son cursus à Lyon 2, à l'Institut d'études politiques (IEP), avant de se tourner vers Lyon III. À l'IEP, au milieu des années 80, il était connu pour ses sympathies néonazies. Il ne s'en cachait pas. L'université lyonnaise est-elle donc condamnée à être une usine à fachos? Aujourd'hui, Pascal Garnier, ainsi que le révèle Golias, figure au nombre des souscripteurs du bulletin antisémite stéphanois L'Homme libre (décembre 1998) aux côtés de Robert Dun, ancien SS, de Bernard Lanza, son auteur préféré, mais aussi des enseignants de l'université Lyon III Bernard Notin et Jacques Marlaud. Un vrai vivier. Dans cette feuille on fait aussi la publicité de Bernard Lugan et de Roger Garaudy. Aujourd'hui, les universités lyonnaises ne peuvent pas dégager leurs responsabilités. Elle sont lourdes. Dans l'affaire Plantin comme dans l'affaire Garnier, Lyon III réputée «facho» et Lyon 2 réputée «de gauche» sont à égalité. L'une comme l'autre devrait faire le ménage. Mais en auront-elles le courage? On peut en douter à lire les déclarations de leurs présidents respectifs. Dans ce milieu hiérarchisé, l'équilibre réside dans les renvois d'ascenseur et le corporatisme est le plus fort des ciments.


Christian Terras

****

Professeur Lequin: le diplôme invisible


Muni de sa maîtrise toute neuve sur Paul Rassinier, rehaussée d'une mention très bien, Jean Plantin quitte l'université Lyon III pour celle de Lyon 2 et Régis Ladous pour Yves Lequin. Jean Plantin va passer son diplôme d'études approfondies, qui ouvre sur le doctorat. Consécration. Il arrive avec un sujet de DEA plus que transparent: «Les épidémies de typhus exanthématique dans les camps de concentration nazis, 1933-1945.»

 

Il déboule chez un spécialiste des épidémies doublé d'un spécialiste de la seconde guerre mondiale. Que demander de mieux? Yves Lequin a dirigé un ouvrage collectif sur les maladies aux éditions Larousse en 1987, Les Malheurs des temps, et il est conseiller officiel du Centre d'histoire de la résistance et de la déportation. C'est bien simple: c'est sa tête que voient les visiteurs sur la vidéo introductive à l'exposition permanente.

Tout le monde sait - et a fortiori un universitaire que le thème du «typhus dans les camps de concentration» est véhiculé depuis vingt ans par les partisans de Robert Faurisson pour qui les déportés ne seraient pas morts du génocide nazi mais, banalement, de cette maladie transmise par les poux. De même les chambres à gaz auraient été une oeuvre humanitaire des nazis pour désinfecter les vêtements et non pour gazer [31] les êtres humains. C'est précisément ce que disait l'ancien commissaire aux «questions juives» Louis Darquier de Pellepoix qui a donné le coup d'envoi médiatique du négationnisme en 1978: «je vais vous dire, moi, ce qui s'est exactement passé à Auschwitz. On a gazé. Oui, c'est vrai. Mais on a gazé les poux. le veux dire que lorsque les juifs sont arrivés au camp, on les faisait déshabiller, comme il est normal avant de les conduire à la douche. Pendant ce temps-là, on désinfectait leurs vêtements.» Robert Faurisson développait exactement le sujet de jean Plantin dans ses ouvrages de La Vieille Taupe: «Ce ne sont ni les Allemands ni les Anglais [oui, c'est écrit: les Anglais!!!] qui ont tué à Bergen-Belsen; c'est le typhus qui a tué. [ ... 1 Le plus grave des typhus est le typhus exanthématique. Son agent pathogène est un parasite transmis par le pou du corps.» (Mémoire en défense contre ceux qui m'accusent de falsifier l'Histoire - la question des chambres à gaz, 1980. C'est aussi ce que disaient les tracts anonymes distribués à Lyon par les voyous de La Vieille Taupe au moment du procès Barbie et envoyés aux habitants d'lzieu: «Le drame principal des camps, c'était les épidémies, surtout le typhus (voir les charniers à la libération). C'est pour lutter contre elles que les Allemands utilisaient des petites chambres à gaz pour désinfecter les vêtements et puis des crématoires pour incinérer les cadavres. Au bagne dAuschwitz, on n'a gazé que des poux.» (Info-intox... Histoire-intox... Ça suffit! Chambres à gaz = bidon!)

On sait aussi que les antisémites usent des mots «virus», «chancre», «poux», etc., pour désigner les Juifs. Un professeur d'histoire contemporaine à l'université pouvait-il l'ignorer?

Un simple coup d'oeil au DEA suffirait à lever les soupçons. Mais voilà: le mémoire de DEA a mystérieusement disparu. il n'est plus dans les archives. Volatilisé. Yves Lequin affirme l'avoir jeté. La seule chose que l'on sait, c'est qu'il a été obtenu dans des conditions irrégulières, puisque l'un des signataires, le professeur Gilbert Garrier, n'a pas lu le mémoire et [32] était absent de la soutenance. Grâce à Bernard Fromentin, journaliste lyonnais à L'Écornifleur, proche d'Yves Lequin (et donc bien informé), on sait aussi que le jury incomplet a qualifié le travail de Jean Plantin de «travail bibliographique sérieux». Jusqu'à cette interview, Yves Lequin avait affirmé que le DEA était «d'une rare médiocrité». Quant à Jean Plantin, il a déclaré au procès ne pas se souvenir de tels reproches. Quelques contradictions de plus.

Que faut-il retenir de tout cela? Que le jury fantôme a accordé le qualificatif de «travail bibliographique sérieux» au mémoire virtuel d'un DEA «d'une rare médiocrité». Normal. On est à Lyon. Dans un milieu au-dessus de tout soupçon. «Parole d'historien», comme le disait déjà Yves Lequin au moment de l'affaire Robert, en 1993, comme il le jurait encore au procès fait par celui-ci à Golias [Note de l'AAARGH: procès en diffamation que Robert a gagné. C'est le règne des voyous !]. Insoupçonnable.

Quant à Jean Plantin, il s'intéresse toujours aux épidémies de typhus exanthématique dans les camps de concentration nazis. Le numéro 4 d'Akribeia contient un article de Mark Weber, le Faurisson américain, sur «Le camp de Bergen-Belsen, l'histoire occultée». On y lit: «Épidémies: On contenait la maladie en désinfectant de manière routinière tous les nouveaux venus. Mais, au début de février 1945, un important convoi de juifs hongrois fut admis à un moment où l'installation de désinfection ne fonctionnait pas. À la suite de cela, le typhus se déclara et se répandit rapidement sans qu'on puisse le contrôler.»

Le «bébé-éprouvette» des universités lyonnaises a de la suite dans les idées.

Christian Terras


++++++++++++++++++++++++

Extraits des Faussaires de l'histoire, ISBN 2-911453-82-4, BP 3045, 69605 Villeurbanne cedex, septembre 1999, 111 pages petit format.

 


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <[email protected]>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


[email protected]


| Accueil général | Accueil français |

| La parole à nos adversaires | Les Vigilants |

L'adresse électronique de ce document est:

http://aaargh-international.org/fran/arvs/vigilants/golias/golias9910xx1atele.html