AAARGH

| Accueil général | Accueil français |

***********


Actualités d'octobre 2000


 

 

CECI EST UNE OCCASION COMME UNE AUTRE DE RAPPELER QUE LES PALESTINIENS FONT FACE AU DERNIER FASCISME EN ARMES DE NOTRE PLANÈTE ET QUE NOUS SOMMES TOTALEMENT SOLIDAIRES DE CE COMBAT.

Le 28 octobre, nous ajoutons un texte de Sege Thion, vieux militant des causes arabes.

Nous AVONS UN PETIT DOSSIER QUI DECRIT LA SITUATION: un excellent article du Sunday Times du 8 octobre 2000, qui fait un exposé sans évoquer une seule fois "Tsahal", mais en parlant de ce qui se passe réellement et de l'agression insupportable dont sont victimes les pays arabes de la part de l'état d'occupation et des Etats-Unis. Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné officiellement l'agression israélienne. Nous avons aussi des réactions et des analyses de nos amis arabes: l'état d'Israël, il est bon de s'en souvenir, n'a aucune légitimité; c'est un état colonial qui ne survit que par l'aide des pays occidentaux. Il n'y a qu'une seul but: abolir l'état d'Israël et rendre la Palestine à ses habitants légitimes.

 



QUATRE ANS


C'est le quatrième anniversaire de l'AAARGH . Nous avons commencé à mettre des textes en ligne en octobre 1996. Débuts balbutiants. Il nous semblait qu'il fallait explorer un continent nouveau et nous mettre au travail pour que, dans un avenir plus ou moins proche , les esprits curieux trouvent la documentation minimale sur le révisionnisme. Nous croyons avoir bien commencé à remplir ce contrat. Un bref décompte des livres disponibles sous forme compressée (zip) nous a montré, à notre grande surprise, qu'il y en avait déjà plus de cinquante sur ce site. Sans compter le reste. Un "expert" appointé par le CNRS prétend qu'il y a 20.000 pages de texte disponibles sur l'AAARGH. C'est sans doute là une estimation généreuse. Nous n'avons pas compté. Mais nous voyons surtout qu'il reste encore beaucoup à faire pour mettre à la disposition du public une bibliothèque complète, donnant tous les textes importants sur le révisionnisme, ceux qui le défendent et le promeuvent comme ceux qui le critiquent et l'abominent. Nous ne sommes pas neutres pour autant. Nous sommes partisans et nous ne le cachons pas. Mais nous pensons que pour convaincre il faut discuter, connaître les vues de l'adversaire pour en démontrer la fragilité, sinon la fausseté. Nous remarquons que les sites anti-révisionnistes -- et il y en a un paquet -- sont dans l'incapacité absolue de faire la même chose. C'est pourquoi les lecteurs qui veulent savoir de quoi il retourne viennent chaque jour plus nombreux visister notre site. Une très grossière estimation nous donne à croire que le site a reçu entre deux et trois millions de visites en 4 ans. (Des visites, pas nécessairement des visiteurs) Quelle publication sur papier , en France, aurait pu avoir ce genre d'audience?

Pour ce quatrième anniversaire, nous sommes en mesure de proposer une traduction française inédite du livre de Finkelstein qui remue le monde des zolocaustiques. C'est même la seule qui existe, à l'heure actuelle. Elle circule à toute vapeur. C'est un vrai cadeau d'anniversaire .

Pendant ce temps la répression continue. En France, les révisionnistes ne peuvent plus écrire ni parler. On les met à la porte de leur travail. On les insulte grossièrement. Ils n'ont aucun moyen de défense, sinon le petit clignotant qui indique qu'ils ont peut-être raison sur plusieurs sujets essentiels, centraux dans l'idéologie de notre temps. D'un côté Klarsfeld, assassin raté, inlassable dénonciateur, brûlant de haine, se fait décorer par ce benêt de président de la république banano-française. De l'autre, les quelques poignées de révisionnistes français et étrangers qui, dans l'ombre, fabriquent l'AAARGH, s'octroient un pinte de bon sang en considérent le spectacle qui les entoure: tout va bien, tout se passe comme prévu; encore une petite cinquantaine d'années d'efforts, et nous toucherons au but. Et peut-être même avant.


TENUES LÉGÈRES ET TENUES RAYÉES

Autant le féminisme qui travaillait les entrailles des bonnes bourgeoises américaines ou françaises des années 70-80 pouvait prêter à sourire, autant celui qui surgit dans des situations de véritable oppression des femmes garde tout son sens. L'auteur, Andrea Dworkin, parle de la société israélienne. Ce qu'elle a à en dire est terrifiant. Nous conseillons vivement à nos amis de lire la totalité de l'article de Dworkin (voir l'URL à la fin de l'extrait) pour mieux saisir le contexte dans lequel se joue cette horreur si peu connue en dehors d'Israël: la "pornographie holocaustique", un genre spécial, qui n'amuse pas les femmes en Israël.

Pornography
You have to see it to believe it and even seeing it might not help. I've been sent it over the years by feminists in Israel -- I had seen it --I didn't really believe it. Unlike in the United States, pornography is not an industry. You find it in mainstream magazines and advertising. It is mostly about the Holocaust. In it, Jewish women are sexualized as Holocaust victims for Jewish men to masturbate over. Well, would you believe it, even if you saw it?
Israeli women call it "Holocaust pornography." The themes are fire, gas, trains, emaciation, death.
In the fashion layout, three women in swimsuits are posed as if they are looking at and moving away from two men on motorcycles. The motorcycles, black metal, are menacingly in the foreground moving toward the women. The women, fragile and defenseless in their near nudity, are in the background.
Then the women, now dressed in scanty underwear, are shown running from the men, with emphasis on thighs, breasts thrust out, hips highlighted. Their faces look frightened and frenzied. The men are physically grabbing them. Then the women, now in new bathing suits, are sprawled on the ground, apparently dead, with parts of their bodies severed from them and scattered around as trains bear down on them. Even as you see a severed arm, a severed leg, the trains coming toward them, the women are posed to accentuate the hips and place of entry into the vaginal area.
Or a man is pouring gasoline into a woman's face. Or she's posed next to a light fixture that looks like a shower head. Or two women, ribs showing, in scanty underwear, are posed in front of a stone wall, prisonlike, with a fire extinguisher on one side of them and a blazing open oven on the other. Their body postures replicate the body postures of naked concentration camp inmates in documentary photographs.
Of course, there is also sadism without ethnicity, outside the trauma of history -- you think Jewish men can't be regular good ol' boys? The cover of the magazine shows a naked woman spread out, legs open, with visual emphasis on her big breasts. Nails are driven through her breasts. Huge pliers are attached to one nipple. She is surrounded by hammers, pliers, saws. She has what passes for an orgasmic expression on her face. The woman is real. The tools are drawn. The caption reads: Sex in the Workshop.
The same magazine published all the visual violence described above. Monitin is a left-liberal slick monthly for the intelligentsia and upper class. It has high productions and aesthetic values. Israel's most distinguished writers and intellectuals publish in it. Judith Antonelli in The Jewish Advocate reported that Monitin "contains the most sexually violent images. Photos abound of women sprawled out upside -- down as if they have just been attacked."
Or, in a magazine for women that is not unlike Ladies' Home Journal, there is a photograph of a woman tied to a chair with heavy rope. Her shirt is torn off her shoulders and upper chest but her arms are tied up against her so that only the fleshy part of the upper breasts is exposed. She is wearing pants -- they are wet. A man, fully dressed, standing next to her, is throwing beer in her face. In the United States, such photographs of women are found in bondage magazines.
For purists, there is an Israeli pornography magazine. The issue I saw had a front-page headline that read: ORGY AT YAD VASHEM. Yad Vashem is the memorial in Jerusalem to the victims of the Holocaust. Under the headline, there was a photograph of a man sexually entangled with several women.
What does this mean -- other than that if you are a Jewish woman you don't run to Israel, you run from it?
I went to the Institute for the Study of Media and Family on Herzelia Street in Haifa: an organization built to fight violence against women. Working with the rape-crisis center (and desperately fund-raising to stay alive), the institute analyzes the content of media violence against women; it exposes and fights the legitimacy pornography gets by being incorporated into the mainstream.
There is outrage on the part of women at the Holocaust pornography -- a deep, ongoing shock; but little understanding. For me, too. Having seen it here, having tried to absorb it, then seeing stacks of it at the institute, I felt numb and upset. Here I had slides; in Israel I saw the whole magazines -- the context in which the photographs were published. These really were mainstream venues for violent pornography, with a preponderance of Holocaust pornography. That made it worse: more real, more incomprehensible. A week later, I spoke in Tel Aviv about pornography to an audience that was primarily feminist. One feminist suggested I had a double standard: didn't all men do this, not just Israeli men? I said no: in the United States, Jewish men are not the consumers of Holocaust pornography; black men aren't the consumers of plantation pornography. But now I'm not sure. Do I know that or have I just assumed it? Why do Israeli men like this? Why do they do it? They are the ones who do it; women aren't even tokens in the upper echelons of media, advertising, or publishing -- nor are fugitive Nazis with new identities. I think feminists in Israel must make this why an essential question. Either the answer will tell us something new about the sexuality of men everywhere or it will tell us something special about the sexuality of men who go from victim to victimizer. How has the Holocaust been sexualized for Israeli men and what does this have to do with sexualized violence against women in Israel; what does it have to do with this great, dynamic pushing of women lower and lower? Are Jewish women going to be destroyed again by Nazis, this time with Israeli men as their surrogates? Is the sexuality of Israeli men shaped by the Holocaust? Does it make them come?
I don't know if Israeli men are different from other men by virtue of using the Holocaust against Jewish women, for sexual excitement. I do know that the use of Holocaust sex is unbearably traumatic for Jewish women, its place in the Israeli mainstream itself a form of sadism. I also know that as long as the Holocaust pornography exists only male Jews are different from those pitiful creatures on the trains, in the camps. Jewish women are the same. How, then, does Israel save us?

Extrait de Israel: Whose Country Is It Anyway? by Andrea Dworkin, First published in Ms. magazine, Volume I, Number 2, September/October 1990. Nous avons évoqué ce texte le mois dernier; une version française est paru dans Nouvelles questions féministes
http://www.igc.org/Womensnet/dworkin/IsraelI.html


Voir aussi, sur la sexualité des femmes dans les camps : womensex.htmlWomen's Sexuality in WWII Concentration Camps: ... Tool for Survival ... Tool for Oppresion. An Oral History Project for UC Berkeley's English 1B, Section 7 By Johanna Micaela Jacobsen, http://www.itp.berkeley.edu/~hzaid/johanna/paper2.simpletext.html


PISSER CORRECTEMENT

Young women in Sweden, Germany, and Australia have a new cause: They want men to sit down while urinating. This demand comes partly from concerns about hygiene --"avoiding the splash factor" -- but, as Jasper Gerard reports in the English Spectator, "more crucially because a man standing up to urinate is deemed to be triumphing in his masculinity, and by extension, degrading women." One argument is that if women can't do it, then men shouldn't either. Another is that standing upright while relieving oneself is "a nasty macho gesture," suggestive of male violence. A feminist group at Stockholm University is campaigning to ban all urinals from campus, and one Swedish elementary school has already removed them. In Australia, an Internet survey shows that 17 percent of those polled think men ought to sit, while 70 percent believe they should be allowed to stand. Some Swedish women are pressuring their men to take a stand, so to speak. Yola, a 25-year-old Swedish trainee psychiatrist, says she dumps boyfriends who insist on standing. "What else can I do?" said her new boyfriend, Ingvar, who sits.

US News and World Report, 21 August 2000

http://www.usnews.com/usnews/issue/000821/21john.htm


PHOSPHORE

"En opposition au rationalisme cartésien, la séparation établie par Vico entre le vrai et le certain pourrait être retracée jusqu'à la différence entre le vrai et la prétention à la validité de l'école de Francfort. Et l'entreprise de Habermas pourrait être la dernière tentative pour réconcilier le règne de la Raison avec les variations de l'intersubjectivité.
Mais aujourd'hui, le principal défi aux sciences sociales est le révisionnisme historique, qui tout à la fois leur emprunte leur positivisme et voudrait s'arroger leur prétention critique. Au moment où les survivants s'éteignent, où la mémoire devient histoire, le découplage de l'herméneutique et de l'éthique permet le révisionnisme.
Aussi la transmission ne doit pas être régie seulement par une éthique de l'accord, comme dans la dialectique de Schleiermacher, ni même de l'assentiment comme pour le jeune Dilthey. Plus généralement, il nous semble que la translation ouvre une éthique du discord."
François RASTIER

http://www.msh-paris.fr/texto/nouveautes/FR_Communication/partieIII-V.html


COUCOUS SUISSES

Nous avons un jugement suise qui se termine par la phrase suivante:

"Au vu de ce qui précède, la confiscation de rapport Rudolf doit être ordonnée, quand bien même René-Louis Berclaz n'est pas punissable de l'avoir diffusé."

Voir le jugement.

(Tiré de: http://www.gra.ch/prozesse/artach13.html)


RÉFÉRENCES SUR LE OUÈBE

voir sur Sleipnir

http://www.nadir.org/nadir/periodika/jungle_world/_99/11/15a.htm

Catalogue des livres de l'Institute of Historical Review:

http://www.noontidepress.com/catalog/jhr.html

Croyances concernant la guerre (Kossovo) dans le No 8 des Cahiers de médiologie:

http://www.mediologie.com/numero8/index.htm

les textes sont là

Un crétin nommé Videlier:

http://www.multimania.com/sncslyon/enter/videlier1.html

Vidal-Truquet en espagnol:

http://www.excelsior.com.mx/0004/000428/tym05.html

No Hubo Genocidio..., no Existió Solución Final

Para el Revisionista, Todo Cuanto se Hable de Ello es Falso

* Vidal Naquet, en su Libro, Hace una Impugnación a los Defensores de Hitler

PIERRE VIDAL NAQUET, Escritor (ils ne le traitent pas d'historien).

Werner Cohn, l'auteur d'une très basse attaque sionarde contre Chomsky a fini, deux ans après nous, par mettre son ramassis de ...

http://www.wernercohn.com/Chomsky.html


Vichy, la justice et les Juifs

un livre de Richard H. Weisberg, professeur en droit institutionnel, premièrement publié en 1996 par NYU Press, traduit en français et publié en 1998 par les Editions des archives contemporaines

 

Description du livre tirée du résumé
La participation de la France de Vichy à la politique antisémite de l'Allemagne nazie est depuis longtemps au coeur des débats. A un moment où la France, après avoir accumulé les démentis, accepte de reconnaître sa part de responsabilité dans l'Holocauste et son rôle dans la déportation et l'extermination de 75.000 Juifs indésirables sur son territoire, Richard Weisberg dresse ici un inventaire complet et accablant des aides apportées à l'Occupant par les représentants de la justice française pendant les années sombres du gouvernement de Vichy. A Vichy comme en Allemagne, des lois discriminatoires ont institutionnalisé l'antisémitisme. Ces lois antijuives n'ont rencontré que peu de résistance auprès de la communauté juridique, et les avocats ont très vite adopté le discours de l'exclusion, outrepassant l'intention première et le contexte littéral de cette législation, ainsi que les précédents nazis. A partir de sources d'archives encore inexploitées, d'entretiens personnels et de recherches historiques, Richard Weisberg explique comment fonctionnait au quotidien cette persécution légalisée, qui prenait de court les Allemands eux-mêmes. Il développe également un argument intéressant, selon lequel les lois de Vichy s'expliqueraient, dans un pays de tradition catholique, par un phénomène de rejet fondé sur une conception erronée du Talmud.


Richard H. Weisberg est professeur en droit constitutionnel à l'université Yeshiva à New York (chaire Floersheimer, faculté de droit Benjamin N. Cardozo ) et auteur, entre autres, de Poethics, and Other Strategies of Law and Literature. Le livre est une traduction faite en 1998 par Lise-Eliane Pomier et Yves Coleman tirée du livre Vichy Law and the Holocaust in France (1996).


Affaire Einhorn

Pour ceux qui s'intéressent à l'affaire de l'ancien hippie réfugié en France sous l'accusation du meurtre de sa petite amie, Ira Einhorn, il y a certainement plusieurs côtés à cette affaire. La gauche semble se porter vigoureusement à son aide, bien que Jospin ait signé une autorisation d'extradition. Mais son innocence pourrait n'être pas aussi nettement établie que beaucoup de conformistes semblent le penser, pour dire le moins. Rappelez-vous que Vidal-Truquet a pour habitude de soutenir et ensuite de rétracter son soutien. Voir http://www.amgot.org/einhorn.htm


Publications

Le livre de David Hoggan , le classique américain du révisionnisme, introuvable chez les libraires: The Myth of the Six Million est dispo nible sur le Web:

http://www.vho.org/GB/Books/tmotsm/index.html#toc


Le même site VHO continue à mettre à la disposition des numéros entiers de du Journal of Historical Review. Il entame aussi une publication des six numéros de la Revue d'Histoire révsionniste. Le premier numéro est là: <http://www.vho.org/F/j/RHR/index.html>


Voici un s ite qui fédère d'autres sites qui présentent des documents historiques , souvent, hélas, traduits en anglais. Mais on ne saurait trop vous recommander d'aller y flânet et y glaner: <http://library.byu.edu/~rdh/eurodocs/homepage.html>


SAINTE MEMAINE

C'est l'âge sans doute; 93 balais, c'est quelque chose. Elle en a vu. Est-ce pour cette seule raison que l'on assiste à une sorte d'embaumement pré-mortuaire, une construction de l'hagiographie de Germaine Tillion: rééditions en rafale, série d'émissions à la radio, numéro spécial de la revue Esprit (février 2000), avec toutes les décoctions de Vidal-Raquette, réfuté de partout, biographie annoncée de Jean Lacouture, journaliste viré de partout, ancien éditeur de Serge Thion et copain de Nadine Fresco. Le Monde lui consacre une page (10-11 septembre 2000) où se trouvent, pour nous, l'explication de son rôle singulier dans la mythographie concentrationnaire: la photo de sa mère orne, paraît-il, son livre sur Ravensbrück, Le Seuil, mai 1988, avec cette légende: "Mme Emilie Tillon, ma mère, arrêtée pour résistance le 13 août 1942, gazée à Ravensbrück le 2 mai 1945". Elle partage donc avec Vidal-Rackett ce pseudo-savoir: comment sont morts les parents. Elle est pourtant la seule à croire qu'il y aurait eu une chambre à gaz dans ce camp. Aucun historien ne la suivra sur ce terrain, sauf Vidal-Paquet, qui a commencé par dire qu'il n'y en avait pas à Ravensbrück et qui s'est ravisé, (c'est un raviseur régulier) pour ne pas faire de peine à la grande dame [voir notre article Tillion]. Cette photo et cette légende ne figuraient pas dans l'édition précédente de son livre au Seuil, en 1973. Ni dans les éditions qui avaient encore davantage précédé, pour remonter au mince récit qui avait paru à la Bâconnière en 1946. Elle ne disait d'ailleurs pas, à l'époque que sa mère avait été gazée; elle mentionnait seulement les "fours crématoires". C'est un phénomène maintes fois observé que de voir les mémoires s'étoffer au fur et à mesure que le temps passe; Filip Müller en est un autre exemple. Vrba aussi.

A part cette plaquette de 1946, Germaine Tillion avait fait oeuvre "scientifique" en publiant ses notes et ses observations des camps dans un article aussi célèbre que généralement méconnu, intitulé "Réflexions sur l'étude de la déportation", paru dans la Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n* 15-16, juillet-septembre 1954, p. 3-38. Nous avons relu ligne à ligne ce travail de l'ethnographe professionnelle jetée dans les camps nazis par un funeste coup du sort. Nous avons été atterrés par le salmigondis qu'elle fait en mélangeant les observations personnelles, les faits rapportés plus ou moins recoupés, les rumeurs accueillies comme pain bénit: notre grande dame de l'ethnographie gobe presque tout, montre qu'elle est singulièrement dépourvue d'esprit critique et qu'elle est principalement emportée par la passion victimaire, le très fort besoin sentimental de la solidarité entre ex-détenues et un souci minimal de la vérité. Pourtant, il lui arrive aussi de dire que certains témoignages sont plus que douteux. Quels que soient les mérites de sa carrière après la déportation, et l'incontestable courage qu'elle a manifesté dans l'affaire algérienne, on refusera le procès de canonisation qui est en cours et on se bornera à recommander son article de 1954 comme un exemple de ce que les meilleurs esprits, au moment de témoigner, perdent leurs brillantes qualités pour se ravaler au rang de partisans, amers et vindicatifs. Cet article a été repris dans son livre de 1973 (p. 142 sq.) mais avec tant de retouches et de corrections peu visibles, que nous recommandons la lecture de l'original et non celle des repentirs de plume incessants.

Nous publions l'article de 1954, qui n'a pas été réédité tel quel: à le lire on comprend pourquoi.


PEAUX DE LAPIN, PEAUX...

On se souvient de ces histoires d'abat-jour en peau de détenus, l'un des fleurons de la mythologie des camps. Le modèle de cette histoire remonte certainement très haut. Dans son Journal, Samuel Pepys (prononcez "piips"; voir le livre du proto-révisionniste Arthur Ponsonby sur lui, publié en 1928) raconte, à la date du 10 avril 1661, qu'il visite la cathédrale de Rochester. "En sortant, nous avons remarqué les portes, recouvertes, dit-on, de peaux de Danois". L'éditeur ajoute: "Selon une tradition locale, ces portes auraient été tendues de peaux de pirates danois."

L'époque des raids danois était passée depuis longtemps. Ceci montre au moins une chose: les Anglais sont des nazis qui devraient payer des compensations aux juifs danois qui en furent évidemment les victimes.

 

EXPERT ÈS SALOPERIE

Il faut regarder la saloperie en face


Entretien de L'Evénement du jeudi avec Bernard-Henri Lévy

L'EdJ: Vous avez détesté le livre de Renaud Camus...
 
Bernard-Henri Lévy: Je déteste absolument l'antisémitisme qu'on entend dans Campagne de France. Et je suis très en colère quand certains affectent de nier ou de minimiser le caractère odieux de ces pages.
 
Vous regrettez pourtant que ce livre ait été retiré de la vente...
 
C'est vrai. Parce que je suis contre la censure. Et parce que ce retrait n'a rien arrangé, bien au contraire. On a évacué le problème en enlevant le livre des librairies. On a retiré l'objet du scandale et empêché qu'on aille au bout de la question. Aujourd'hui, de bons et beaux esprits pétitionnent en faveur de Renaud Camus, se contentent d'émettre des "réserves" sur des pages, des propos, absolument pestilentiels! Des réserves? Mais c'est ici que je suis effaré. Il ne devrait pas s'agir de réserves, mais d'horreur, de répulsion, d'urgence à dénoncer! Bref, il faut penser à la fois les deux choses, même si c'est compliqué. Premièrement, les pages en question du livre de Renaud Camus sont antisémites -- donc Renaud Camus est antisémite: on est antisémite pour ce qu'on fait, pour ce qu'on écrit, et seulement pour cela. Renaud Camus pratique un très vieil antisémitisme français, empreint de maurrassisme, qui considère qu'un juif -- un étranger, un métèque -- est incapable d'entendre les subtilités de la culture française. C'est stupide, c'est abject, il n'y a aucun débat là-dessus. Pour autant, et deuxièmement, ce livre ne devrait pas être retiré ou censuré. Je ne crois pas qu'on puisse combattre la haine par la censure ou par la loi. je ne crois pas qu'on puisse efficacement "interdire" le mal. C'est ma conviction depuis toujours. A l'époque de SOS Racisme, j'étais contre l'interdiction du Front national. Quand j'entendais des antiracistes se faire fort d'"éradiquer le racisme", j'étais épouvanté. La morale et la politique ne relèvent pas de la médecine. Croire qu'on peut, qu'on doit "guérir" une société, c'est déjà adopter le vocabulaire, le point de vue de l'ennemi... Donc on n'interdit pas. On répond, on désigne, on fustige, on argumente, on dénonce, on démonte, sans faire la politique de l'autruche.
 
Ce refus de la censure est-il simplement d'ordre pragmatique, politique? Ou y a-t-il également dans votre position un choix d'écrivain, un acte de soumission envers la littérature?
 
Bien sûr! On ne "caviarde" pas l'oeuvre d'un écrivain -- et Renaud Camus est, hélas, un écrivain. Il faut la prendre telle quelle, avec sa part d'ombre, son ignominie parfois. Sinon on triche. On joue. On fait semblant. Amputer un auteur, blanchir son oeuvre, l'expurger, c'est trahir la vérité... On ne peut pas faire comme si Céline n'avait pas écrit Bagatelles pour un massacre. Par ailleurs, où s'arrêtera-t-on? Où est la "maxime", au sens kantien, qui permettra de ne censurer "que" l'antisémitisme d'un écrivain? Quand, et où, bloquera-t-on le couperet? J'ajoute enfin que, à censurer, on s'arrange, on se masque la réalité. Je ne me fais pas d'illusions sur mon pays. La tradition antisémite fait partie de l'histoire de la France. Je la combats. Mais je sais que ce combat ne sera jamais tout à fait gagné... Quand Paul Thibaud, ancien directeur de la revue Esprit, dit, en parlant de moi: «Quand j'entends le mot "Lévy", je sors mon revolver», je sens bien que tout n'est pas réglé, que c'est un combat qui durera au-delà de nos vies... Mais revenons à Renaud Camus. Ce qu'il écrit me rappelle cette réalité française. Si j'interdis son texte, si je l'efface, je me donne bonne conscience à peu de frais. J'efface ce Camus? J'efface le mal? La bête immonde est morte? Trop facile. On proclame Renaud Camus le salaud unique. Et, en même temps qu'il est pointé du doigt, on communie dans la réhabilitation glauque de Chardonne.
 
Quand avez-vous découvert que des maîtres de la littérature étaient racistes, antisémites?
 
Je l'ai toujours su. Adolescent, j'ai lu, comme tout le monde, Paul Morand, Bernanos, Giraudoux... C'était déprimant de voir que l'activité humaine que je plaçais le plus haut pouvait aller de concert avec la haine de ce que j'étais, moi, jeune juif épris de textes. [Note de l'AAARGH: BHL est un vantard: il n'est pas juif; seul son père l'était. C'est donc un "prétendu juif".] Cette sensation s'est prolongée à l'âge adulte quand j'ai lu l'Histoire de l'antisémitisme de Léon Poliakov, alors que je préparais Le Testament de Dieu. Pour quelqu'un comme moi, lire Poliakov est d'une tristesse absolue: si peu d'écrivains avaient donc échappé à cette haine? Même Zola, parfois, s'était laissé corrompre? Et puis, enfin, j'ai lu Céline. J'ai lu Céline, et je l'ai aimé. Plus que ça, il a transformé, autant que Proust, ma vision de la littérature. Le Céline que, jusqu'à l'âge de 30 ans, je refusais de lire! Le Céline d'après-guerre, Rigodon, Nord, D'un Château l'autre. Le cas Céline, voilà. J'ai appris que je pouvais aimer des écrivains qui étaient aussi des canailles. [Note de l'AAARGH: mais on peut, comme BH Lévy être une canaille et ne pas être un véritable écrivain.]
 
Comment vous êtes-vous arrangé avec cette contradiction ?
 
En l'acceptant. En résistant à la double tentation contraire de ne pas les lire du tout, ou d'oublier leur face noire. Premier risque, première imbécillité: brûler Céline, ou étudier la philosophie en occultant Hegel et Heidegger, comme l'a fait, par exemple, Jankélévitch. Deuxième écueil: la complaisance, l'empathie, la sympathie malsaine: Pierre Assouline et sa façon de nous dire, dans Le Fleuve Combelle: "Je veux faire partie du club même s'il ne veut pas de moi. "

Propos recueillis par Claude Askolovitch, L'Evénement du jeudi, 25 mai 2000.


LA DOULEUR DE L'AMPUTÉ

Lettre de Stéphane Zagdanski sur le site de Renaud Camus:


"Primo, quoi que vous ayez écrit, vous serez toujours moins antisémite que le fameux Général de Gaulle ou le non moins fameux Mitterrand (je fais toutes les citations et les commentaires qu'il faut dans mon petit opuscule, publié chez Pauvert-Fayard; demandez à Durand de vous le faire parvenir si vous ne l'avez pas...), et toujours moins lâche sur la question des expurgations que l'autre Camus, tant admiré de Jean Daniel, qui pour ne pas déplaire à la Gestapo publia en 1942 L'homme révolté amputé de son chapitre sur le juif Kafka...

Ces humanistes nous feront toujours pleurer.

SOUS L'OMBRE, LA PLAGE

Le Soir, Bruxelles, 15 juin 2000

L'ombre du nazisme assombrit les plages de Normandie
 
 
En Normandie, deux lieux dédiés à la mémoire du débarquement, deux musées symboles de la lutte contre le nazisme et le fascisme, suscitent la polémique. En avril dernier, trois étudiants mettent la main, dans les rayonnages de la boutique du Mémorial pour la paix, à Caen, sur une quarantaine d'ouvrages d'auteurs connus pour leurs idées d'extrême droite, notamment David Irving et Roger Garaudy. Le premier, spécialiste britannique de la Seconde Guerre mondiale, a été jugé antisémite, raciste et négationniste de l'holocauste par la Haute Cour de Londres le 11 avril 2000. Le second a été reconnu coupable en France, en 1998, de contestation de crimes contre l'humanité.
Les étudiants soulignent la contradiction: ces auteurs ont-ils leur place dans un lieu de mémoire à vocation pédagogique?
La découverte fait en tout cas assez de bruit pour que les livres incriminés soient retirés de la librairie et de la médiathèque. Définitivement. La décision a été prise par le conseil scientifique du Mémorial, qui réunit une vingtaine d'historiens, chercheurs, universitaires et bibliothécaires, et elle a été entérinée par son conseil d'administra tion. [LES SCIENTIFIQUES RECONNAISSENT AINSI QUE CE MUSÉE DE CAEN EST BIEN CE QU'IL NOUS APPARAÎT LORSQU'ON LE VISITE: UNE PROPAGANDE EFFRÉNÉE POUR LA POLITIQUE DES ALLIÉS. LE RIDICULE CROBARD QUI "ILLUSTRE" L'AFFAIRE DES CHAMBRES À GAZ TÉMOIGNE D'UN BESOIN DÉSEPÉRÉ DE NE PAS SE POSER DE QUESTION, MALGRÉ L'ABSURDITÉ DE LA REPRÉSENTATION ET DU SPECTACLE. C'EST À PEU PRÈS AU NIVEAU DU MEMORIAL MUSEUM DE WASHINGTON, QUI N'EST UN CHEF D'OEUVRE QUE DANS LE DOMAINE DE LA FUMISTERIE; SAISISSONS L'OCCASION DE FÉLICITER POUR SA PARTICIPATION À CETTE OPÉRATION DE CENSURE L'HISTORIENNE ANNETTE WIEWORKA, MEMBRE DE CE CONSEIL NOMMÉ "SCI ENTIFIQUE" SANS DOUTE PAR UNE DE CES ANTIPHRASES DONT LES NORMANDS ONT LE SECRET.] Je ne voulais pas que quelques ouvrages jettent le trouble sur la vocation du Mémorial , insiste Jacques Belin, directeur du musée. Son président, le maire de Caen Jean-Marie Girault (UDF), considère, quant à lui, que s'il y a eu ce conflit mondial, c'est parce qu'il y a eu "Mein Kampf". [LE MAIRE DE CAEN EST ÉVIDEMMENT UN EXPERT. CE SONT BIEN POURTANT LES COUARDS DE L'ARMÉE BRITANNIQUE QUI ONT DÉTRUIT CAEN, SANS LA MOINDRE JUSTIFICATION, EN 1944: on le dit dans l'album sur la ville que vend la librairie dudit Mémorial. IL FAUDRAIT CHERCHER SI CHURCHILL N'AURAIT PAS ÉCRIT "MY FIGHT -- AGAINST CAEN ".] Les visiteurs doivent aussi avoir connaissance des thèses qui se développent, cela fait partie de l'information.
Au musée de la Bataille de Normandie, à Bayeux, le débat se focalise depuis deux ans sur un homme: Philippe Chapron, nommé par la Mairie en 1981 pour organiser le musée, et par ailleurs élu du Front national. Depuis son élection en 1998 au Conseil régional, trois associations -- Ras l'Front, l'Association liberté et tolérance (ALT) [TOUJOURS LES ANTIPHRASES NORMANDES!!!] et la Ligue des droits de l'homme -- distribuent régulièrement des tracts réclamant son départ. Qu'un tel lieu soit dirigé par un élu d'un parti qui prône des idées xénophobes et racistes est une injure à la mémoire de ceux qui ont sacrifié ici leur vie, s'insurge Michel Hérard, président de l'ALT. Tandis que Philippe Chapron regrette l'amalgame entre des activités politiques et un poste aux fonctions techniques, le maire de Bayeux, Jean-Léonce Dupont (UDF), s'oppose à une chasse aux sorcières.
Un comité scientifique constitué d'historiens et de témoins de l'époque devrait néanmoins voir le jour, pour apporter une réflexion sur les collections et l'évolution du musée et représenter une autorité morale . Une garantie contre les aberrations?
Caroline GOURDIN

[EST-CE NOTRE FAUTE SI CETTE CONNE S'APPELLE "GOURDIN"; FAUT PAS SE MOQUER DES INFIRMES, C'EST VRAI, MAIS QUAND MÊME...]


SUR ALAPAGE

sur Les chiffonniers de l'histoire
"L'affaire Garaudy-abbé Pierre a ramené sur le devant de la scène les négateurs de l'histoire, ceux qui avec acharnement s'emploient à nier la politique nazie d'extermination des Juifs et des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, à mettre en doute le génocide, à banaliser l'horreur, afin de mieux distiller les vieux fantasmes de l'antisémitisme et du racisme. Qui sont-ils? D'où viennent-ils? De quels soutiens et de quelles complaisances bénéficient-ils? De quels errements de la société se nourrissent-ils? Documents à l'appui, ce livre aborde la trajectoire et les réseaux du négationnisme, des rescapés de la défaite nazie jusqu'à La Vieille Taupe, Garaudy et l'usage spectaculaire de l'abbé Pierre, en passant par Faurisson et ses "fantassins de La Guerre sociale". Il présente leurs thèmes, leurs méthodes, la pratique éprouvée du coup médiatique, l'analyse de leurs publications et constitue la somme attendue sur les nouveaux fossoyeurs de l'histoire, les antisémitismes de toujours.
ISBN 2907993461, Paru en décembre 1996
Poids 1 grammes


1 gramme, c'est bien tout ce que ça pèse.


L'AUTRE TÊTARD


Les Lanzmann sont-ils tous des judéocentristes berlurés?

N'oublie jamais qui nous sommes, de Jacques Lanzmann, le frère aîné, vient de paraître aux aux éditions Plon. En voici le résumé produit par l'éditeur:


LA TRIBU PERDUE: Aux confins de l'Inde et de la Birmanie, au pied de l'Himalaya, quelques centaines d'hommes et de femmes se disent les derniers héritiers d'une tribu perdue. Ils ont traversé trois mille ans d'Histoire en gardant intacts leur foi en Dieu et leur espoir en Israël. Ce sont les Manassés, des Juifs légendaires. [C'est un pur baratin. ces Indiens ne sont pas plus juifs que les pingouins du Pôle Sud.] De la prise de Samarie par Salmanassar l'Assyrien à celle de Jérusalem par Nabuchodonosor. De leur exil babylonien à leur odyssée derrière Cyrus et les autres rois perses. De leur épopée avec Alexandre le Grand qui les mènera au coeur de l'Inde et de la Chine à leurs pérégrinations le long de la Route de la Soie. Des royaumes qu'ils ont fondés chez les Kirghizes, les Khazars et dans la Péninsule arabique, et qui n'appartiennent plus qu'aux vents, à leur rencontre avec Gengis Khan puis Tamerlan. Des croisades à l'Inquisition, de la découverte du Nouveau Monde à celle des hauts plateaux tibétains. De l'islam au bouddhisme, de l'hindouisme au christianisme anglican, ils sont passés partout là où le monde se faisait et se défaisait, ils ont tremblé, payé de leur sang, clamé leur soif de liberté jusqu'à la fin du XXe siècle. [Tout ce baratin est le produit de fantasmes ridicules. Il n' y a pas un mot de vrai. Demandez à Vidal-Paquet] La saga de tous ces exodes où se mêlent les bonheurs les plus grands comme les plus terribles drames, les amours les plus célestes comme les plus interdits, nous est racontée aujourd'hui par ces hommes que l'on croyait disparus. Telle une immense palpitation, elle est vécue à travers un seul et unique héros, un juif éternel prénommé Saül. [Il a dû piquer l'idée à cet autre luminaire, Marek Halter]. Génération après génération, il accomplira la mission sacrée ordonnée par le premier des Manassés agonisant sur les remparts de Samarie, plus de sept cents ans avant l'ère chrétienne: "N'oublie jamais qui nous sommes." Saül, métamorphosé à l'infini, est devenu pour l'éternité le bras et l'esprit qui venge Israël de ses malheurs passés. Dans les pires tragédies comme les plus belles victoires. Et jusqu'au bord du néant.


Commentaire de l'aaargh: Dans Tintin, il y a longtemps, il y avait déjà un héros transgénérationnel nommé Timour... Ce Lanzmann-là, qui a fait pas mal de petits boulots nous a vendu d'abord sa salade de cul: il était le directeur-fontadeur de Lui. Il a pondu des romans de gare. Les histoires de cul n'ont qu'un temps. Rangé des voitures, il nous a vendu la marche à pied, le voyage sac au dos. Arrivé au bord du gâtisme, impuissant à triquer comme à marcher, il nous vend maintenant l'Eternel juif. Son frère et lui ne peuvent pas se pifer mais, finalement, après tous ces méandres, ils en arrivent à la seule bonne recette: l'éternelle, adorable, incompressible supériorité des juifs sur tous les autres tarés qui n'ont pas la chance d'être juifs... Merveilleux, non?


LE PORC N'EST PAS CASHER

A Rosenwiller, dans le Bas-Rhin, une famille d'agriculteurs a voulu installer une petite porcherie. Ces pauvres égarés avaient oublié que leurs locaux se trouvent à 400 mètres d'un cimetière juif. Le vice-président du consistoire départemental, Rolf Baer, a aussitôt protesté contre cette atteinte à la loi juive: "Pour nous, [les juifs], le porc est doublement abject. C'est non seulement une bête interdite [parmi beaucoup d'autres...] mais elle est aussi souvent utilisée dans les caricatures antisémites." Il compte s'opposer par tous les moyens à l'installation de la porcherie.

Cet homme a raison. Le porc est antisémite par nature. C'est prouvé par le fait que les sémites ne le mangent pas. Donc, pour ne pas offenser nos frères juifs, il faut supprimer les porcs, "doublement abjects". Fermer les charcuteries, retirer des rayons les tranches de jambon et les saucissons, génocider les verrats et les ouvriers des usines de salaison, complices, censurer l'histoire des trois petits cochons, fermer les journaux cochons, interdir le jeu de boules et restaurer le sabbat. Au moins. Parce qu'au fond, la seule chose à faire, c'est de proclamer la fréquentation du porc, sous quelque forme que ce soit, crime contre l'humanité.

ARTICLE ANTISÉMITE


Mondher Sfar: un négationniste tunisien "de gauche"

 
"Les très respectables éditions du Cerf ont ajouté l'an dernier à la liste des éditeurs dont elles assurent la diffusion un nouveau nom: les éditions Sfar. Au catalogue, quatre ouvrages intitulés respectivement "Le Coran est-il authentique?", "Le Coran, !a Bible et l'Orient ancien", "Lettre à Yamina sur le Coran" et "L'autre Marx". Ces livres ont un seul et même auteur: Mondher Sfar, que la fiche de l'éditeur nous présente en ces termes: "Chercheur tunisien, est docteur en philosophie de la Sorhonne et diplômé en histoire. Il est spécialisé dans l'étude des systèmes de pensée et dans l'anthropologie religieuse". M. Sfar est aussi un militant: adversaire du régime tunisien actuel, il anime un "Collectif de la communauté tunisienne en Europe" qui participe à des campagnes pour les droits de l'homme en Tunisie.
Une impossibilité idéologique
Mais la bibliographie de Mondher Sfar ne se limite pas à ses livres diffusés par les éditions du Cerf. Il y a dix ans exactement paraissait le premier numéro de la "Revue d'histoire révisionniste". Cette revue, qui faisait suite aux "Annales d' histoire révisionniste" publiées par Pierre Guillaume, était placée sous la direction d'un vieux fasciste nommé Henri Roques (auteur d'une thèse négationniste, soutenue devant un auditoire complaisant ou complice, et annulée ensuite par le ministère de l'Education nationale). Daté de mai-juin-juillet 1990, le premier numéro de la revue comportait des articles de tout le gratin négationniste: outre Henri Roques, il y avait au sommaire l'"antisioniste" français Serge Thion, le néo-nazi germano-canadien Ernst Zündel, le pseudo-ingénieur américain Fred Leuchter, l'incontournable Robert Faurisson et... Mondher Sfar. L'éditorial de la revue salue ainsi l'arrivée de cette nouvelle recrue dans le camp négationniste: "Depuis longtemps, les intellectuels du monde arabo-musulman s'intéressaient au révisionnisme. Aujourd'hui, Mondher Sfar, d'origine tunisienne, franchit le pas et entre de plein pied dans un domaine où il devient indispensable que s'exprime, à son tour, la subtilité d'esprit des intellectuels de la double culture, islamique et européenne." Plus prosaïque, Valérie Igounet explicite ce message, dans son "Histoire du négationnisme en France", en indiquant que Mondher Sfar "se donne pour tâche la diffusion du message négationniste dans les pays arabes". Le premier article de M. Sfar dans la "Revue d'histoire révisionniste" est intitulé "Chambre à gaz, enfer sacré de Faust". II y attaque "les tenants de la thèse du Génocide, terrorisés à l'idée d'un débat historique public sur la véracité ou la plausibilité du Génocide", et qui seraient désormais contraints "d'élever le Génocide à la dignité d'un mythe reconnu et revendiqué comme tel le plus officiellement du monde". Or, dit M. Sfar, "le révisionnisme rejette à la fois l'idée et le fait du Génocide comme impossibilités matérielles parce que le Génocide est surtout une impossibilité idéologique, et il est une impossibilité idéologique parce que la race est un concept mythique qui n'a de réalité que pour un esprit mythique, non pour un esprit positif et scientifique". Ayant ainsi décrété la non-existence idéologique de la Shoah, notre auteur expose la véritable identité des auteurs de ce mythe: "L'idée du Génocide a été inventée par le mouvement juif racial dans le but de vaincre le judaïsme européen émancipé et assimilé". Ce "mouvement juif racial" n'a pas seulement inventé le Génocide: il a inventé le nazisme lui-même, car "il est difficile de dire qui des Allemands ou des Juifs -- à supposer que cette distinction ait eu un sens -- ont contribué le plus à l'élaboration de ce qui s'appellera génériquement le national-socialisme". Ces thèmes seront développés par Mondher Sfar dans un autre article, paru dans le deuxième numéro de la "Revue d'histoire révisionniste", daté d'août-septembre-octobre 1990. Il y revient sur l'argument de la parenté entre "le nazisme juif" et l'hitlérisme, ceux-ci ayant tous deux pour objectif "la séparation radicale des Juifs et des Aryens sur une base purement raciale". De ces considérations historiques il passe ensuite à la période contemporaine: "La logique juive nazie est entièrement accomplie de nos jours avec l'avènement d'une race juive distincte de l'humanité et régie par des pratiques spécifiques, des exceptions et des privilèges entrés dans les moeurs républicaines et démocratiques "universalistes", sans que personne y trouve à redire. (...) Le judaïsme contemporain apparaît comme un nazisme égocentrique qui rejette violemment, après l'avoir acceptée et justifiée, toute tentative de reconstruction raciale aryenne comme étant l'incarnation du mal absolu, mais qui tolère et encourage même la racialisation des autres cultures humaines dans le but évident de normaliser son propre statut racial exceptionnel." C'est pourquoi "la revendication humaniste du judaïsme contemporain est une imposture historique et idéologique". Plus loin dans le même article, M. Sfar nous livre son interprétation non plus seulement de "l'invention du Génocide" mais des causes de la seconde guerre mondiale. Cette interprétation est conforme aux thèses les plus radicales des néonazis: ce sont les Juifs qui ont voulu la guerre. "En avril 1933, les nazis, par représailles contre la déclaration de guerre économique lancée pur des instances juives mondiales, décidèrent une fournée de boycottage des magasins juifs d'Allemagne (un jour de sabbat !). Le Quartier général du judaïsme mondial misa alors sur une carte jugée autrement plus rentable à moyen terme et plus capable d'accélérer l'avènement de l'Etal juif: la carte de la guerre mondiale, celle-là même qui avait montré son efficacité durant la première guerre mondiale avec la Déclaration Balfour, laquelle avait donné pour la première fois ses lettres de noblesse aux idées sionistes." C'est ainsi, selon Mondher Sfar, que "le judaïsme sioniste mondial" a déclaré la guerre à l'Allemagne. Et cette guerre, il l'a gagnée." Le combat racial qui a opposé les deux Titans du racisme s'est simplement achevé par la victoire du judaïsme sur l'aryanisme. Désormais, toute expression de l' "identité" aryenne est frappée d'interdit, et tout questionnement à son sujet est devenu tabou. Seule l'expression, musclée ou non, de l' "identité" juive est permise. Simple victoire d'une "race" sur une autre." La conclusion est un morceau d'anthologie, une synthèse entre le négationnisme, l'antisémitisme classique, l'antisionisme moderne et le discours néo-nazi: "Aujourd'hui, cette victoire de la "race" juive sur la "race" aryenne s'est transmuée en une victoire sur l'humanité entière. C'est l'humanité entière qui est rendue, grâce à cette paranoïa raciale, responsable collectivement et pour l'éternité d'un crime génocidaire hallucinant produit d'un esprit racial. Tel est le nouveau visage de "la menace du fascisme juif" en 1990, une menace qui n'a peut-être jamais été aussi actuelle et aussi grave qu'aujourd'hui. (...) Le plus important péril mondial qui menace de nos jours la paix dans le monde est bien le fascisme juif qui exerce aujourd'hui son influence délétère et insidieuse sous couvert des principes mêmes qu'il combat: la liberté, l'humanisme et l'universalisme."
"Pas Antisémite"
Dans le sixième numéro de la Revue d'histoire révisionniste, daté de mai 1992, Mondher Sfar publie un nouvel article attaquant "les prêtres de l'Holocauste" qui "ont élevé la Mémoire d'Auschwitz au rang d'une religion dont l'universalité est loin d'être atteinte par les trois religions monothéistes réunies". II dénonce le "combat des croyants dans la chambre à gaz" comme " une aventure tragi-comique, pathétique mais non moins maléfique et dangereuse", et va un pas plus loin encore dans la négation de la Shoah en expliquant que les camps nazis n'étaient, après tout, pas si terribles que ça: "Les camps étaient une institution de concentration et d'internement de certaines catégories de populations civiles à risque. Ils étaient soumis à une discipline quasi militaire et devaient assurer plus ou moins leur auto-suffisance matérielle. En outre l'obligation de fournir de la main-d'uvre pour l'industrie militaire ou civile. Rien dans cela ne dénote une volonté particulière d'homicide ou d'extermination de masse." Mais le sixième numéro de la Revue d'histoire révisionniste fut aussi le dernier: la revue se saborda en raison des poursuites dont ses rédacteurs étaient victimes au titre de la loi Gayssot. Nous ne savons pas dans quelle mesure M. Sfar a poursuivi son activité visant, selon les termes de Valérie Igounet, à "la diffusion du message négationniste dans les pays arabes". Interrogé par L'Arche, il a déclaré ne plus avoir rien écrit depuis lors sur ce sujet: mais il ne renie pas ses textes négationnistes de 1990-92, et considère qu'ils ne sont en rien antisémites. Ses livres publiés en France portent, on l'a vu, sur le Coran. Il se définit par ailleurs comme "un homme de gauche" et son activité militante consiste surtout à signer et faire signer des pétitions pour le respect des droits de l'homme en Tunisie. Des "droits de l'homme" à géométrie variable: ils ne concernent pas ces "populations civiles à risque" -- pour reprendre l'élégante expression employée jadis par M. Sfar -- qui ont disparu dans la Shoah.

Henri Pasternak
L'Arche, n* 507, mai 2000, p. 42-44.


VISEUR RÉTRO

Comme on ne lit pas l'Huma très souvent, on avait raté ça:


L'incitation au meurtre d'un " chercheur " négationniste
Racisme.
Un sociologue du CNRS appelle, sur Internet, à lapider Lionel Jospin et Jean-Claude Gayssot.

 
Le texte, capté sur Internet, est un tissu d'injures, d'antisémitisme et de menace. Le titre? " Des caillasses pour sa gueule ". La cible? Le premier ministre, Lionel Jospin. L'auteur de cet appel à l'agression? Un "chercheur en sciences humaines" au CNRS, dénommé Serge Thion. Lequel n'est pas un inconnu. Activiste négationniste notoire, Thion pollue le Web avec le site négationniste français qu'il a créé, "AAARGH" (Association des anciens amateurs de récits de guerre et d'holocauste) sur lequel se retrouvent et s'organisent tout ce que la France compte de néo-nazis, de frontistes et de faussaires "contestant" l'existence des camps de concentration.
Le texte en question, daté du 27 février 2000, commente le récent voyage du Premier ministre en Israël en ces termes: "On sait que nous sommes gouvernés par des imbéciles. On les choisit pour... L'irrépressible besoin des socialistes de se mettre à plat ventre devant tout ce qui pourrait avoir l'air juif est également bien connu et très documenté. Jospin en était à son sixième voyage en Israël, le premier en tant que premier ministre..."
Appartenant à cette frange de l'extrême droite qui s'affirme propalestinienne par haine antisémite, Serge Thion qualifie d'assassin Ehoud Barak, le premier ministre israélien, et ajoute: "Jospin mouille quand il serre sur son coeur ce genre de meurtrier. Il s'enflamme pour de si parfaites répliques de l'élite nazie..." La phrase suivante s'apparente à un véritable appel au lynchage: "Alors ils [des extrémistes palestiniens - NDLR] lui ont caillassé la gueule à Bir Zeit. Et ce crétin liberticide de Gayssot en a pris plein la gueule aussi. Ils ont bien fait. Merci à nos camarades palestiniens. Le nazisme a duré 12 ans. Le sionisme dure depuis 100 ans.".
Faut-il que Serge Thion se sente protégé par sa hiérarchie, pour oser revendiquer une telle prose. Car cette fois-ci, il a signé son texte, ce qui n'est guère dans son habitude. On retrouve ici un nouvel exemple de la haine que les négationnistes vouent à Jean-Claude Gayssot, initiateur, en tant que député et au nom du groupe communiste, de la loi du 30 juin 1990 qui permet de sanctionner la négation publique des crimes contre l'humanité. Cette loi, tant redoutée par l'extrême droite, complète celle de 1972, adoptée à une époque où personne n'imaginait qu'on puisse nier l'existence des camps d'extermination nazis.
Le site AAARGH est coutumier du fait raciste et de l'incitation au meurtre. En 1997, il accueillait un communiqué d'un soit disant Comité franco-islamique de libération qui accusait "les organisations sionistes -- sous les noms desquelles se camoufle la mafia juive -- telle la LICRA, le MRAP et la Ligue des droits de l'homme" d'oeuvrer "depuis plusieurs années pour détruire la liberté d'expression en France, dans le seul but d'assurer la domination sioniste en France par la préservation des mythes fondateurs de l'Etat d'Israël et d'obtenir la censure des recherches et la répression des historiens révisionnistes..." Dans le même texte, Mouloud Aounit, président du MRAP, est directement menacé d'une pseudo justice divine, en ces termes: "Qu'Allah réserve aux ''musulmans'' qui le trahissent et se soumettent à ceux qui s'opposent à Lui, tel la marionnette juive Mouloud Aounit, et à tous ceux qui usurpent la défense de l'Islam, le sort des moutons à l'Aïd". Qui devait fournir le couteau?. Jusqu'à présent, les activités de Serge Thion n'ont jamais ému la direction du CNRS. Pourtant, ce sociologue chargé de recherche sur l'Indochine et le Cambodge (1) a l'habitude de rendre inséparables ses activités professionnelles et négationnistes. Il utilise régulièrement son titre de chercheur pour cautionner ses élucubrations et n'hésite pas à utiliser son e-mail professionnel à des fins de propagande. Une situation qui perdure et qu'il appartiendra à Roger-Gérard Schwartzenberg, le tout nouveau ministre de la Recherche, d'apprécier à sa juste valeur.

Serge Garde.
(1) Serge Thion est affecté au CACSPI, UPR nø 413, au CNRS.

L'Humanité, 29 Avril 2000 - rubrique SOCIÉTÉ.


Note de l'AAARGH: On voit bien que les attaques particulièrement violentes qui visent depuis deux ans Serge Thion, auteur de divers écrits révisionnistes depuis vingt ans, proviennent, pour l'essentiel, d'éléments de l'appareil de pouvoir du parti communiste, solidement implanté, grâce aux socialistes, dans les organes de l'Etat. On y trouve ainsi une confluence des filières néo-staliniennes dont Didier Daeninckx est la partie émergée, avec les brigadistes repliés en France, L'Huma, le MRAP, la CGT et ses affiliés dans le domaine syndical de la recherche, et tout un tas de d'individus satellisés par le PC. Ils essaient de montrer leur force en s'attaquant à une cible isolée mais, pour l'instant, ils n'ont pas eu le moindre succès.


METS TON PSYCHOSE

Le rabbin israélien Ovadia Joseph a fait la une des journaux mondiaux en disant que les victimes de "l'Holocauste", c'était bien fait pour leur gueule, ils avaient péché, eux ou ceux qu'ils réincarnaient. Il a ajouté que les Palestiniens n'étaient pas des humains, mais des sortes d'animaux; propos déjà connus dans la bouche des principaux chefs du Likoud, tous disciples du révisionniste Jabotinski.

Il s'est trouvé des hordes de commentateurs juifs, en Europe et en Amérique, pour traiter cet excellent rabbin de vieux con réactionaire, de relique du passé et de menteur, non pas d'ailleurs, pour ses réflexions sur les Palestiniens, généralement oubliées ou pardonnées, que pour ses remarques sur les "victimes" zolo. On ne voit pas bien pourquoi on reprocherait à un religieux de croire que les victimes des affaires humaines ont été sélectionnées (sur la rampe?) par le dieu irascible dont les Livres nous font le portrait effrayant à chaque page. C'est un truc que les croyants de toutes les boutiques théomaniaques ont utilisé depuis la nuit des temps.

On a souligné parfois le fait que le saint homme était le gourou du parti Shas (peut-on dire "Shas, péché nature"?) qui possède une vingtaine de lascars à la Knesset et qui est donc en mesure de faire et de défaire les cabinets, ce qui oblige les autorités à lui parler poliment.

Mais deux faits ont été généralement passé sous silence par les éminents commentateurs judéocentristes parce qu'ils les gênent aux entounures. D'abord, Ovadia Joseph est le rabbin le plus respecté, le plus écouté et le plus influent d'Israël. C'est le contraire d'un marginal. C'est une très haute autorité morale, dans le pays.

Deuxièmement, la croyance en la métempsychose n'a rien d'étranger au judaïsme réel. Il faut bien dire que l'écrasante majorité des juifs, ou prétendus juifs, ne connaissent à peu près rien à la religion qui est censée être la leur. Ils ont lu quelques pages de la Thora, quelques paragraphes du Talmud, quelques décoctions lyophilisées des Targums; on fait quelques rites en vitesse, et en voiture Simonne.

La religion est le seul lien qui puisse passer pour un principe reliant les juifs les uns aux autres mais il reste très effacé, presque virtuel, remplacé, au cours du XXe siècle, successivement, par le sionisme (un nationalisme abstrait) puis par la religion zolocaustiquienne, un dolorisme élaboré dans les années 60.

Les juifs, et ceux qu'ils appellent parfois "les Autres", peuvent donc ignorer en toute bonne foi que la religion de leurs ancêtres proches, ceux qui sont sortis des ghettos au XIXe siècle, est une concoction médiévale, où se mélangent des approches scholastiques de fragments de textes entièrement détournés de leur sens originel, des méthodes de computation, dites cabbalistiques, qui relèvent de logiques symboliques échevelées, le tout mélangé, assaisonné, d'une forte dose de magie. La métempsychose juive est fortement teintée de magie, ainsi que de nombreux rituels. On voit évidemment des courants dits "modernes" ou "réformés" qui se piquent de rationalisme et s'efforcent d'épurer le discours et la pratique synagoguales de ce qui peut être perçu comme des archaïsmes. De nombreuses sectes, comme les Loubavitchi et toutes celles qui ont encore un lien avec le hassidisme, en revanche, conservent une place, large mais discrète, aux pratiques proprement magiques, que les gens convenables préfèrent appeler "ésotériques".

Ovadia Joseph est l'ancien grand rabbin sépharade. C'est à ce titre qu'il a "légalisé" l'admission des Falashas éthiopiens, en croyant -- ou en feignant de croire -- à la fable des Dix tribus perdues, qui permet tous les tours de passe-passe. (On sait que les Falashas ne sont pas du tout juifs, quelle que soit la définition qu'on donne de ce mot).

La métempsychose ou transmigration des âmes s'appelle, en hébreu, gilgul nishamot. On ne la trouvera pas dans le Talmud. C'est une invention relativement tardive, peut-être un sous-produit du cabbalisme, de l'époque de la Renaissance, quoi qu'en disent certains. On trouvera quelques références supplémentaires dans l'essai de Gershom Scholem, "Gilgul: The Transmigration of Souls", repris dans son ouvrage On the Mystical Shape of the Godhead: Basic Concepts in the Kabbalah. Pour quelques détails, voir les explications de l'éminent rabbin Brandwein qui vous donneront une idée de la semoule dans laquelle ces pauvres mecs sont en train de pédaler.


TALMUD OU TAS DE BOUE

Lisez et faites lire cette tentative de cerner ce qu'est réellement la religion des gens qui se disent juifs, et que l'on pourrait appeler "rabbinisme": un livre du révisionniste catholique et américain Michael Hoffman:

Judaism's Strange Gods peut s'acheter en ligne à:

<http://www.hoffman-info.com/cgi-bin/store/commerce.cgi?item=83>

ou: Independent History and Research

PO Box 849, Coeur d'Alene, Idaho 83816, USA.


LE DROIT C'EST LA FORCE

Loi 2000-719

Voici vingt pages serrées pour décrire tout ce que vous n'avez pas le droit de faire dans le cadre de la modification apportée à la loi du 30 septembre 1986 génialement qualifiée de "relative à la liberté de communication". Ouch!!! Elle parle beaucoup du Conseil supérieur de l'Audiovisuel, un dinosaure que nos voisins ne nous envient pas. Tout ça est assez monstrueux, mais ce qui nous intéresse, à savoir les galipettes sur Internet, n'occupe que l'article premier. En France, on mélange toujours tout; le reste des 19 autres pages est consacré à la télévision. Que les amateurs aillent voir eux-mêmes. Voici ce qui nous intéresse:

 

Article 1er
Le titre II de la loi no 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication est complété par un chapitre VI ainsi rédigé:
« Chapitre VI
« Dispositions relatives aux services de communication en ligne autres que de correspondance privée
« Art. 43-7. - Les personnes physiques ou morales dont l'activité est d'offrir un accès à des services de communication en ligne autres que de correspondance privée sont tenues, d'une part, d'informer leurs abonnés de l'existence de moyens techniques permettant de restreindre l'accès à certains services ou de les sélectionner, d'autre part, de leur proposer au moins un de ces moyens.
« Art. 43-8. - Les personnes physiques ou morales qui assurent, à titre gratuit ou onéreux, le stockage direct et permanent pour mise à disposition du public de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature accessibles par ces services, ne sont pénalement ou civilement responsables du fait du contenu de ces services que:
« - si, ayant été saisies par une autorité judiciaire, elles n'ont pas agi promptement pour empêcher l'accès à ce contenu;
 
Dispositions déclarées non conformes à la Constitution par décision du Conseil constitutionnel no 2000-433 DC du 27 juillet 2000.
« Art. 43-9. - Les prestataires mentionnés aux articles 43-7 et 43-8 sont tenus de détenir et de conserver les données de nature à permettre l'identification de toute personne ayant contribué à la création d'un contenu des services dont elles sont prestataires.
« Ils sont également tenus de fournir aux personnes qui éditent un service de communication en ligne autre que de correspondance privée des moyens techniques permettant à celles-ci de satisfaire aux conditions d'identification prévues à l'article 43-10.
« Les autorités judiciaires peuvent requérir communication auprès des prestataires mentionnés aux articles 43-7 et 43-8 des données mentionnées au premier alinéa. Les dispositions des articles 226-17, 226-21 et 226-22 du code pénal sont applicables au traitement de ces données.
« Un décret en Conseil d'Etat, pris après avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, définit les données mentionnées au premier alinéa et détermine la durée et les modalités de leur conservation.
« Art. 43-10. - I. - Les personnes dont l'activité est d'éditer un service de communication en ligne autre que de correspondance privée tiennent à la disposition du public:
« - s'il s'agit de personnes physiques, leurs nom, prénom et domicile;
« - s'il s'agit de personnes morales, leur dénomination ou leur raison sociale et leur siège social;
« - le nom du directeur ou du codirecteur de la publication et, le cas échéant, celui du responsable de la rédaction au sens de l'article 93-2 de la loi no 82-652 du 29 juillet 1982 sur la communication audiovisuelle;
« - le nom, la dénomination ou la raison sociale et l'adresse du prestataire mentionné à l'article 43-8.
« II. - Les personnes éditant à titre non professionnel un service de communication en ligne autre que de correspondance privée peuvent ne tenir à la disposition du public, pour préserver leur anonymat, que le nom, la dénomination ou la raison sociale et l'adresse du prestataire mentionné à l'article 43-8, sous réserve de lui avoir communiqué les éléments d'identification personnelle prévus au I. »


Autrement dit, si vous voulez ouvrir un site en France, vous serez fliqués à mort. Si vous voulez être peinards, vous allez vous greffer sur un serveur à l'étranger. C'est simple, fallait y penser. La liberté de communication, dans la France de l'année 2000, ça leur donne des boutons à ceux qui nous gouvernent. Ils veulent pouvoir faire le big brother et trier nos idées eux-mêmes parce que nous, disent-ils, on serait pas capables et on pourrait en garder qui ne seraient pas convenables. Autrement dit, la liberté, dans ce beau pays de France, c'est de faire ce qu'on vous dit de faire. Sinon, le trou. Capito?

 

voir dossier IRIS:

http://www.iris.sgdg.org/actions/loi-comm/

décision conseil constitutionnel:

http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2000/2000433/2000433dc.htm

Texte final de la loi du 1 er août 2000:

http://www.legifrance.gouv.fr/citoyen/jorf_nor.ow?numjo=MCCX9800149L

Voir aussi l' article de Marie-Anne Frison-Roche, Le Monde, 5 septembre 2000


POST CONNERIE

pomo=post modernism
From: Marty Kelley <[email protected]>

I don't know whether you were planning on having your students read Pomo theory as well as lit, but you might also consider Jean Lyotard's Le Différend, which uses the Faurisson Holocaust-denial case as a springboard for discussing pomo and how we know whether something happened (Lyotard, of course, does recognize the historicity of the Holocaust). It might be too much of a digression, however, to go into the fracas over whether Paul DeMan was a tacit collaborator during the Occupation.

Marty Kelley
Faculty of Language and Culture, Osaka University


CO-TRAVAIL?

 

Lettre de Serge THION

à Page deux, éditeur de Lausanne <[email protected]>
Le 11 août 2000

Messieurs,
J'ai pris connaissance hier de l'ensemble du dossier que vous avez placé sur Internet sous le titre "Débat sur «le Nouvel humanisme militaire»".
J'y suis mis en cause à plusieurs reprises et à plusieurs comptes. Il me semble à vous lire que je puis compter sur votre probité, que vous revendiquez hautement, et vous demander de bien vouloir intégrer dans votre page la mise au point qui me semble s'imposer.
En effet, je remarque que les parties prenantes de ce débat cherchent, pour la millième fois, à déterminer exactement quelle sorte de connivence, ou de complicité Noam Chomsky aurait manifesté, il y a bientôt vingt ans, avec le révisonnisme, appelé grotesquement par certains "négationnisme". Plusieurs fois par semaine, Noam Chomsky prend la parole dans des réunions publiques à thème politique. A chaque fois, il se trouve une ou plusieurs personnes pour accuser Chomsky de s'être commis avec des révisionnistes en laissant publier un texte comme avant-propos au Mémoire en défense du professeur Faurisson. Il lui faut donc, depuis vingt ans, une grande constance pour répondre aux attaques imbéciles de ceux qui cherchent, par ce biais, usé jusqu'à la corde, à disqualifier son discours politique. Le personnage qui a déclenché ce pseudo "débat" est typique: partisan des massacres américains, jouisseur de bombardements, il trouve insupportable la critique que fait Chomsky de la politique américaine. C'est son droit. Le reste, c'est-à-dire les insinuations de collusion avec les "bruns" relève de la pure malveillance et doit être traité, à mon, avis, par le mépris.
Vous avez cru bon de les prendre au sérieux et de discuter sur divers points de détails d'événements passés il y a vingt ans, dont vous n'avez pas cherché à savoir ce que j'en ai dit, alors que je suis toujours cité comme la cheville ouvrière. J'en ai donné une version détaillée dans un livre paru en 1993, Une allumette sur la banquise, qui se trouve sur Internet.
En revanche, vous semblez attribuer une importance aux propos de Pierre Vidal-Naquet sur le sujet. Pourtant, à maintes reprises, Noam Chomsky a affirmé catégoriquement que Vidal-Naquet était un menteur et qu'il fournissait une version fausse de cette affaire, comme d'ailleurs l'ensemble de l'intelligentsia et de la presse française, ce qui explique pourquoi Chomsky se refuse à venir en France et à parler avec les journalistes. Quand il a voulu faire des mises au point, elles ont été jetées aux oubliettes. Quelques années plus tard, elles ont été publiés dans une brochure de Spartacus, par les bons soins de Pierre Guillaume, Réponses inédites à mes détracteurs parisiens, disponible également sur Internet. Vous qui faites références à vos soigneuses diligences dans cette affaire, vous avez négligé de recourir à ces éléments de source, qui sont faciles à trouver. De même, vous avez posé des questions à Chomsky mais vous avez négligé de m'en poser sur ce sujet.
La question, après plusieurs séances de raffinage et de dilution, revient à savoir si Chomsky et moi-même avons "travaillé ensemble" -- ce qui serait à imputé à crime à Chomsky -- ou seulement "été en liaison", ce qui serait nettement plus véniel.
Je trouve cette discussion oiseuse, byzantine et absurde. Vous avez interrogé Chomsky qui se souvient vaguement qu'il aurait pu me citer dans son travail récapitulatif sur le Cambodge, paru dans le volume II de The Political Economy of the Human Rights (paru en 1979). Il n'a rien trouvé dans l'index et dit qu'il n'a pas regardé les notes. Il se souvient vaguement d'un reportage sur le Laos que j'aurais écrit dans Le Monde et qu'il aurait pu citer.
Sa mémoire le trompe. Je n'ai pratiquement jamais rien écrit sur le Laos, et surtout pas dans Le Monde, où j'ai, en revanche, publié le récit d'une enquête sur le terrain dans les zones khmères rouges, en avril 1972. Il doit confondre avec les reportages de Jacques Decornoy sur les "zones libérées" du Laos, parus dans Le Monde vers la même époque, et qu'il a cités dans des textes antérieurs à celui de 1979. Ces reportages ont d'ailleurs été traduits en anglais (McCoy, Adams & Shurman, Laos Reader, Harper & Row, 1970).
Quant à savoir si nous avons ou non "travaillé" ensemble, il suffit de se reporter à la première note du chapitre sur le Cambodge, note qui se trouve p. 343, et qui commence par la phrase suivante:
"We would like [le livre est écrit avec E. S. Herman] to thank Stephen Heder, Ben Kiernan, Torben Retboll, Laura Summers, Serge Thion and Michael Vickery for important information and very helpful comments on an earlier draft of this chapter".
Je vous laisserai le soin de disséquer cette phrase que vous pourrez certainement "contrôler dans votre bibliothèque" , de mesurer finement ce qu'elle contient de "travail"et d'en établir une interprétation qui confirmerait que vous êtes bien "politiquement corrects" au moment où vous publiez Chomsky, ce dont je vous félicite, car je partage entièrement son point de vue sur le Kossovo et sur beaucoup d'autres sujets politiques, depuis très longtemps. Je signale, parce que c'est assez révélateur, que ce volume sur l'Indochine, traduit en français, n'a pas pu être publié par Albin Michel, comme il était prévu, à cause des campagnes de presse contre Chomsky, attaqué -- déjà -- pour les même motifs qui poussent M. Laplace à chercher à vous mordre.
De surcroît, je constate que vos prétentions affirmées de connaître le Cambodge sont rendues très fragiles par votre référence à l'ouvrage de Kiernan, comme étant le "meilleur" sur la question. (Le Génocide au Cambodge 1975-1979, Gallimard 1998, 1996 pour l'édition américaine qui s'intitulait de façon moins oppportuniste: The Pol Pot Regime, Race, Power, and Genocide in Cambodia under the Khmer Rouge, 1975-1979). Tous les spécialistes de la question vous diront que c'est au contraire le plus mauvais de ses livres, un vieux fond de tiroir qu'il a ressorti pour des questions de carrière à Yale, où il a dû abandonner le Cambodge au profit d'une sorte de lugubre "spécialisation" dans le génocide tous azimuts. Le fait qu'il a invité récemment Chomsky à parler (du Kossovo) dans une réunion publique n'ajoute rien à l'affaire.
Il y aurait encore beaucoup à dire sur un "débat" qui fait partie, en réalité, d'une procédure inquisitoriale, à laquelle vous avez fini, librement, par vous rallier. Votre gloire n'augmentera pas du fait que vous avez voulu plier Chomsky aux exigences puériles d'un contradicteur qui exprime le désir latent de l'establishement de faire taire les empêcheurs de massacrer en rond, comme Chomsky et une petite bande de complices anarchisants dont je fais partie depuis 40 ans, que cela plaise ou non, à vous ou à d'autres.
Croyez, Messieurs, à mes sentiments les meilleurs.

L'ARROGANCE DE L'IGNORANCE CRASSE

La question, sur H-Holocauste est le plus souvent de se décerner la médaille du "bon génocide" ou de la "singularité unique". Exemple:

From: John Fox <[email protected]>
I would suggest that Ed Behrendt and others who think like him make themselves thoroughly familiar with the documented histories of the Ottoman genocide of the Armenians in 1915 and the Rwanda genocide of 1994 before pontificating about the German government [sic] organising the "only" pre-planned genocide in the twentieth century.
There is, by now, no excuse whatsoever for further ignorance about all other genocides of the twentieth century and the mechanics of their formulation and implementation.

Riposte:
Neither the Turks nor the Rwandans had a Wannsee conference to plan the genocide. They built no killing centers like Treblinka, or Belzec. They had no "Roads to Heaven" as at the Ninth Fort and Ponary. I am quite aware of the genocide of the Armenians and of the Tutsis. I challenge John Fox to name the killing grounds, or the official in charge of genocide (read Adolf Eichmann).
Ed Behrendt is absolutely correct. Only the Germans set up the machinery, built the gas chambers, set up the system of obfuscation (Nacht und Nebel) that called a gas chamber a shower and said "relocation to labor in the east" instead of "murder."
I am aghast at the continuing presence here of people who want to compare the Holocaust to other genocides. I simply cannot see the relevance.
Stephen G. Esrati, P.O. Box 20130, Shaker Heights, OH 44120

TRAVAILLEURS DU CASQUE

On se souvient de ce qu'un long pinaillage digne des Plaideurs avait abouti à déclarer la thèse soutenue à Nantes par Henri Roques nulle et non avenue, ce qui sauvait l'Université, digne héritière des fanatiques de la Sorbonne, de reconnaître que la recherche n'avait pas de tabous.

On se souvient moins qu'un ministricule d'occasion, valet de chambre toutes mains de Chirac, nommé Alain Devaquet, se faisait passer pour le ministre de la recherche et qu'il prononça l'anathème ex-cathedra, lors d'une conférence de presse tenue sur les pentes de la Montagne Sainte Geneviève, dans les locaux de l'ancienne Ecole polytechnique.

Mais on ignore généralement que l'abominable chercheur au CNRS Serge Thion était présent ce jour-là, avec quelques autres. Ce fait semble avoir échappé à la meute de limiers attachés à ses basques, sous la haute autorité morale du commissaire Denainxxx, connu aussi sous le sobriquet de "Pol Pot d'Aubervilliers". Ces fins limiers reprochent, entre mille maux exposés sur leur site <amnistia.org>, à Thion d'exciper de sa qualité (si c'est une qualité) de "chercheur au CNRS". Malgré le soin porté à leurs recherches, ils ne produisent que quelques bien maigres occurences. Peut-être ces fins limiers étaient-ils en train de conchier leurs couches, le 2 juillet 1986, quand Serge Thion, fort désireux d'assister à la conférence de presse du ministre, c'est-à-dire de son supérieur hiérarchique en ligne directe, se présenta à l'entrée en excipant de sa qualité de chercheur au CNRS. La gent poulaga, un peu éberluée, comme il convient, s'en alla rapporter ce fait étrange au ministre lui-même, qui, après en avoir délibéré in petto, donna un ordre d'expulsion manu militari.

Aux dires des témoins, Thion était ravi d'avoir ainsi éxplicité la véritable nature de la politique ministérielle et de son rapport avec les finesses du droit: le ministricule ne voulait aucune contestation ni discussion et employait les matraques pour s'assurer une solitaire et dérisoire tranquilité d'âme.

Tout cela, connu des révisionnistes, méritait d'être porté à la connaissance, sans doute, de la meute qui semble manquer d'exemples concrêts à l'appui de ses divagations.

Mais ce que l'on ne savait pas publiquement, c'est ce que Le Monde révèle le 9 septembre 2000, en dernière page, par une sorte d'inadvertance: Devaquet est un frère du Grand Orient. Lorsqu'il fut pris à partie par les manifestations étudiantes, il négocia en douce avec le vice-président de l'UNEF-ID, Alain Bauer, récemment élu "grand maître" (on ne dira pas assez le grotesque des appellations mégalomanes chez les francs-macs). On croit avoir affaire à un penseur casqué du RPR et, sous ce masque, on a un type aux idées et aux allégeances secrètes et inconnues.

Aujourd'hui on fait des lois -- liberticides -- contre les "sectes". Et rien contre les francs-macs? Etrange contradiction.

EL HOLOCAUSTO Y SUS DETRACTORES

Para los que no sepan de qué va el tema de esta página les informaremos que el Revisionismo histórico trata de examinar los datos y los hechos acontecidos bajo el gobierno nacionalsocialista de los campos de concentración bajo una perspectiva aséptica, no tendenciosa y científica. No se trata de exculpar por completo de responsabilidades en atrocidades cometidas por el bando alemán en el campo de batalla (en ambos lados los hubo) sino de limpiar falseamientos, mentiras atroces, hechos tergiversados, personas y pruebas manipuladas, que han dado la ocasión perfecta para el aniquilamiento de la ética de supervivencia del pueblo alemán y más tarde todo el europeo.
Suceso histórico, este el del Holocausto, que por lo demás sirve de maná inagotable a un pueblo como el israelita que sobrevive gracias a las aportaciones del estado alemán por víctimas de guerra.
Esta no será una página más sobre revisionismo, no. Servirá tan sólo como referencia para la entrada a webs con mucha mayor capacidad de ofrecer información y en los cuales decenas de investigadores revisionistas, muchos de ellos judíos o que forman parte del mundo de la izquierda política, han arriesgado la vida en muchos de los casos (tres atentados con bomba al IHR, incendios, sabotajes, y palizas a otros) por defender su derecho a la libertad de expresión y a pensar como quieran.
Lo dicho: hay tanta información disponible que es estéril duplicar esfuerzos, por lo que os ofrecemos la posibilidad de hacer un pequeño tour para que juzguéis y saquéis conclusiones por vosotros mismos.

El primero de ellos es una web creada por los fundadores del revisionismo moderno y traducida al español (generalmente todo lo relacionado con revisionismo se encuentra redactado al inglés)
http://aaargh-international.org/espa/solavaya.html
El segundo es un enlace a una página donde podrás encontrar toda la información sobre Holocausto convenientemente ordenada, así como enlaces a otros sites de innegable interés (también antinazis)
http://www.codoh.com/index.html
Continuemos con la web de Ernst Zundel, historiador canadiense, que ofrece la mejor información actualizada de la temática revisionista.
http://www.lebensraum.org/index.html
Aquí te ofrecemos un site con importante información y videos de David Irving, Fred Leuchter y otros realmente interesantes.
Revisionismo.com
Y por último visitemos la web del experto en documentos fotográficos John Ball, donde dispones también de vídeos diversos en Real Player, y que sirven para ilustrar sus teorías ya de por sí muy fáciles de entender y ver.
Air photo evidence
Esperamos vuestros comentarios de estos enlaces en nuestro Libro de Visitas
http://members.nbci.com/hiperboreano/hiperboreano/asgard.htm


RETOUR DU RETOURNEMENT

Voir le magazine de l'establishment juif intellectuel conservateur Commentary de septembre 2000: ces porte-voix du lobby commencent à sentir le roussi. Ils traitent Finkelstein par le mépris et le prennent seulement pour un symptome: ils se sentent obligés de reconnaître qu'il y a eu des abus et que tout cet extraordinaire battage médiatique pourrait bien, finalement, se retourner contre les juifs. Ce que nous disons depuis des années, soit dit en passant. Voir cette extraordinaire série d'aveux dans Holocaust Reparations -- A Growing Scandal, de Gabriel Schoenfeld, rédacteur en chef de ce mensuel très lu aux Etats-Unis.

http://www.commentary.org/about.html


KUND K COMPANY

L'un des rares avocats qui n'ait pas, au cours des ans, abandonné le dossier des poursuites contre les révisionnistes, à Paris, s'appelle Maître Charles Korman. Il plaide toujours pour la LICRA, c'est un avocat brillant, la mauvaise foi soudée au corps, qui nous donne régulièrement des plaidoiries habilement indignées. Cependant qu'à New York, plus exactement à Brooklyn, le juge qui s'occupe du juteux dossier de la poursuite par les organisations juives des banques suisses s'appelle le Judge Edward R. Korman. Et puis, dans nos références bibliographiques, nous trouvons ceci: Korman, G., "The Holocaust in American Historical Writing", Societas 2, Summer 1972, p. 251-270. Doit-on en conclure que tous les Korman pensent et font la même chose? A quoi cela tient-il? Ces coïncidences sont certainement dues au hasard.

 

TRAINTRAIN & BIG MONEY

Dear Members ( H-Hol),
I have just attached my grandfather to a lawsuit against the SNCF (French Railway). I don't know if anyone has heard of it, but if you think you qualify , please get in touch with me and I'll give you the details. The qualifications are that you or your relatives were arrested in France and deported to any holding camp in France by the SNCF first and /or then , to any German concentration camp by SNCF (French Railway. For example , my grandfather was arrested in Nice on D-Day June 6,1944 and transported to Camp Noe and then by SNCF to Buchenwald on Convoy#81 on July 30,1944.) This is a civil suit originating in New York. Anyone interested with suspicion of , or especially proof to show that the SNCF was involved in the transportation of you or your relatives during the war to any holding camps or German Concentration camps,please contact me at:
[email protected] , Cassandra Kirby-Conahay Freund
Sat, 9 Sep 2000


LE GROS FLOUZE

Finkelstein sérénade: les documents sont trouvables.

Rapport Volcker en francais, intitulé Rapport sur les comptes dormants des victimes des persécutions nazies dans les banques suisses, 27 pages, est disponible sur le Net:

http://www.icep-iaep.org/final_report/ICEP_Report_french.pdf

Voir http://www.icep-iaep.org/final_report/

pour les annexes (112 pages) et

http://www.icep-iaep.org/final_report/ICEP_Report_Appendices_A-W.pdf

pour les appendices (217 pages), y compris le "memorandum of understanding" entre les groupes juifs et les banques suisses

ICEP, 6 December 1999 -- The Independent Committee of Eminent Persons, 20 rue de Candolle (3rd Floor), 1205 Genève, SUISSE

email: [email protected] & www.icep-iaep.org


PRESQU'OBSCÈNE

Comte rendu d'un livre d'Omer Bartov, auteur israélien, par Michael Marrus, historien juif canadien (Extrait ) :

To his credit, Bartov rejects the mystifications that one often finds in writing on the Holocaust -- for instance, the notion that it is fundamentally inexplicable, or that only survivors can grasp its deeper significance. At the same time, he seems humbled by the enormity of the crime, confessing that ''the event as a whole defies the imaginative capacities of the human mind.'' A searcher rather than a finder, Bartov seems perpetually dissatisfied with the banalized representations of the Holocaust in the academy and in popular culture. He levels withering criticism at those who seek to establish a moral equivalence between Soviet and Nazi crimes. He finds something ''almost obscene'' in the ''constant rehashing'' of arguments in Germany about how to commemorate the Holocaust. In his reckoning, nobody, except a few anguished survivors like the Israeli writer Ka-Tzetnik, gets it quite right.

[Alors pouquoi les autres en parlent tant ?]

Mirrors of destruction, War, Genocide, and Modern Identity, OUP, 302 p.

New York Times, 10 septembre 2000. Nous avons l'article complet.


SERFS OLYMPIQUES

Il a vraiment l'air gêné, le Daniel Vernet, qui fait gros tas international au journal Le Monde (1er septembre 2000). Il rend compte d'un livre écrit par un confrère, un grand reporter, Michel Meyer, qui a été onze ans correspondant de la télévision français à Bonn, a fait l'interprête pour Willi Brandt, est devenu directeur de l'information à Radio France, et manitou du nouveau gadget, Radio Bleue. Une pointure dans la profession. Il écrit Le Démon est-il allemand ?(Grasset, 418 p.) C'est un bouquin sur les Allemands. On devrait dire les Boches, tant le livre ressemble aux pires productions des années 14-18... On y parle des "cerveaux limbiques et reptiliens de l'Alemagne", d'une "pensée sauvage" qui va inonder le néocortex germanique, de la "fureur teutonique" au réveil inéluctable, de l'hostilité constantes aux Lumières, de "vieux fonds animistes" des tribus "barbares" qui composent l'Allemagne, bref, un salmigondis imbécile de tous les clichés racistes que véhiculaient les canards merdiques de la Grande Guerre. Et on trouve aujourd'hui un "grand journaliste" pour reproduire ce tissu d'inepties! Daniel Vernet , ennuyé, trémoussant, lui tapote gentiment sur les doigts, mais en évitant de fâcher le puissant collègue. Si un quidam s'avisait d'écrire dans un livre le quart de la moitié des âneries racistes de ce Meyer sur le sujet des juifs, il aurait la LICRA et le MRAP sur son paillasson le lendemain. Il irait droit en cabane. Qu'est-ce qui donne à ce Meyer cette impunité-là? Pourquoi sommes-nous entourés d'imbéciles toxiques pareils?

A GOGO

Le sport est bien le plus répugnant opium de notre époque. Depuis qu'on l'a laissé envahir par l'argent, la mort rôde. Interrogé à la radio, le directeur d'une clinique de la région lyonnaise où aboutissent nombre de "sportifs de haut niveau" rangés des voitures, a volontiers cassé le morceau: 90 à 95 % de ces "sportifs de haut niveau" sont gavés de dopants variés. Le dopage intensif descend de plus en plus bas, jusqu'aux compétitions régionales, où les sportifs sont plutôt de bas niveau. Une bonne partie devient toxico. La moyenne de durée de vie de ces gens là dépasse peu la cinquantaine. Les jeunes connards que nous voyons sur les pistes vont donc faire très rapidement des petits vieux précoces, qui peineront à promener leur chien, et qui, bourrés de rhumatisme et de thromboses, claqueront comme des papillons brûlés par les lampes. On ne s'en réjouira pas. Le sport tue énormément (accidents de toutes sortes), rend bancal ou idiot ceux qui le font à fond, d'abord pour la gloriole, ensuite pour le fric. Une Marie-Josée Perec touche dans les quatre millions par an; ça fait rêver pas mal de ploucs. Et puis faire de vieux os, ils s'en foutent, ils sont jeunes. C'est la glorieuse certitude du sport: vainqueurs, médaillés, exaltés, puis dépassés, oubliés, estropiés et, toujours plus vite, enterrés. Bientôt, les jeux Olympiques des cadavres avec courses de macchabées, sauts de squelettes, marathon des ossements . Médailles de granit, de béton, de plastoc.


DÉBOULONNER LE RÉVISIONNISME


Debunking the Deniers

By Michael Aushenker, Staff Writer
 
 
Michael Shermer's quest to probe the psyches of Holocaust deniers culminates in a new book.
All evil, to crazy Ahab, were visibly personified, and made practically assailable in Moby Dick. He piled upon the whale's white hump the sum of all the general rage and hate felt by his whole race from Adam down. -"Moby Dick"
Before a rapt audience, author Michael Shermer read a passage from Herman Melville's metaphor-laden classic, but this was not a discourse on classic literature. The venue was the Los Angeles Museum of the Holocaust, and Shermer was using the excerpt to illustrate the psychology of the anti-Semite, as he does in his new book, co-written with Alex Grobman: "Denying History: Who Says the Holocaust Never Happened and Why Do They Say It?" (University of California Press).
"The deniers need the Jews as much as Captain Ahab needed the white whale," the authors write. Published with grants channeled through the Holocaust Museum, a beneficiary agency of The Jewish Federation of Greater Los Angeles, "Denying History" strives to debunk Holocaust revisionists such as the Institute for Historical Review (IHR) and acolytes Mark Weber, David Irving, Robert Faurisson, Ernst Zudel and David Cole, the last Holocaust denier of Jewish descent.
"Denying History" explores the motivations of men perpetrating manipulative and erroneous information; a tradition going back to the influential revisionist Paul Rassinier, a French socialist who made the transition from helping World War II Jews to refuting death-toll numbers. In the process, the book dismantles the arguments of "historians" who would like people to believe that no organized policy resembling the Endlosung ("Final Solution of the Jewish Question") existed among the Nazis; that gas chambers and crematoria were not employed in genocide but were used for delousing clothing and the disposal of bodies felled by disease, respectively; and that the well-corroborated estimate of 6 million Jewish deaths has been inflated from a figure closer to 300,000 to 2 million.
From the Pasadena offices of Skeptic magazine, which he edits, Shermer told The Journal that "people like David Irving, they're not fringe nuts. They know their stuff. They've studied the Holocaust, they're very bright, they know how to make their arguments." And that kind of command over information makes them especially dangerous, as they are equally convincing when manipulating facts.
Perhaps the most edifying part of co-writing "Denying History" for Shermer has been learning "how ideologues operate. How they distort, how you can take one little factoid and subvert the truth." The author admits that he doesn't believe "Denying History" will convert any Holocaust deniers. But it's "that vast middle ground" of people unarmed with knowledge of the Holocaust and susceptible to gullibility that Shermer is worried about. And "the Internet feeds that like crazy," he says.
"The deeper message of our book is that history can be a science," says Shermer. "It should be conducted vigorously."

Le type qui faisait profession de "scepticisme" se fait payer par le rabbin Marvin Hier, l'un des plus riches et des plus grossiers propagandistes qui soit, directeur du Simon Wiesenthal Museum of Intolerance.

On le connaît ce Shermer, il a fait des discussions publiques et privées avec Mark Weber, Robert Faurisson et d'autres. Et maintenant cette basse propagande. On verra son livre; s'il n'est pas trop con, on en rendra compte.

The Jewish Journal of Greater Los Angeles, 8 September 2000

http://www.jewishjournal.com/art2.09.08.00.html


MOTS CASHERS

Ressource on line de termonologie juive, de plus en plus utile à la compréhension de notre époque (en anglais)

http://www.rrz.uni-hamburg.de/rz3a035/jew_term.html


DISCUSSION AVEC ZIMMERMANN

Voir notre "dossier technique". Zimmermann est une grenouille qui cherche à se faire aussi grosse que le boeuf. Ce type n'est pas historien, n'a pas de formation technique et ne lit pas l'allemand. Mais il veut donner des leçons. Voici sa dernière arrogance, la fin de sa "réponse à Mattogno":

Over the years Mattogno has emerged as the top gun of Holocaust denial. His research is far more sophisticated than Robert Faurisson's and method of argumentation and writing ability far superior to Arthur Butz. However, look beneath the veneer and one will see the same bag of tricks employed by all deniers going back to Paul Rassinier -- the godfather of modern Holocaust denial -- and his successors: the absurd conspiracy theories of forgery and evidence manipulation when there are no longer any implausible rationalizations, and the stretching of some evidence and ignoring of other evidence. Mattogno assures us that he has more works on the way, so we can look forward to the familiar pattern. However, in the final analysis, he will be no more successful than in the past.

Voir la d ernière version: 9 septembre 2000

http://www.holocaust-history.org/auschwitz/response-to-mattogno/

Zimmermann annonce toujours son bouquin comme "à paraître prochainement".


CRASHER DANS LA SOUPE


La Shoah comme religion

Par ESTHER BENBASSA


 
Les juifs nord-africains, qui eurent la chance d'échapper à l'extermination sans avoir toujours mené la belle vie pendant les années noires, prennent en Israël le chemin de la religiosité radicale.
Deux livres récemment parus aux Etats-Unis font couler beaucoup d'encre, celui de Peter Novick, The Holocaust in American Life (éd. Houghton Misslin 1999) et, tout dernièrement, celui, fort provocateur, de Norman Finkelstein, The Holocaust Industry (éd.Verso 2000). Tous deux évoquent la place pathologique que la Shoah en est venue à occuper dans la vie américaine, identifiant, chacun à sa manière, ses perversions et ses distorsions. Plus proches de nous, quelques joutes littéraires de nos penseurs parisiens font écho à certaines des préoccupations de ces auteurs américains. Quelle est donc la fonction assignée aujourd'hui à la Shoah dans l'identité juive? Quel sens donner à une omniprésence allant bien au-delà de sa signification réelle comme événement historique et de ses répercussions tragiques sur le destin juif contemporain? Il ne s'agit pas, ici, de remettre en question ce que fut la Shoah, ni le nombre de ses victimes, ni le poids de ses souffrances, mais de mesurer les dangers que courent ceux qui en font l'élément majeur de leur identité, soit pour remplacer la tradition et la culture juives perdues, soit, tout simplement, pour se situer dans la différence.
Je suis une praticienne de l'histoire des juifs, qui écris cette histoire et l'enseigne. Quelle ne fut ma surprise le jour où, à ma sortie d'un amphithéâtre bondé, un étudiant me poursuivit pour me dire: «Comment est-il possible que vous enseigniez la Shoah sans pleurer, le sourire aux lèvres?» Pendant des semaines, cet auditeur me persécuta pour me rappeler sa vérité. Pour dispenser un savoir acceptable sur ce sujet, il convenait de se transformer en Sarah Bernhardt et de ressentir au plus fort l'émotion, pour la communiquer. En fait, on me renvoyait là à l'ineffabilité de la Shoah. Mais comment vivre avec ce poids? Il ne s'agit plus, ici, de partager les vicissitudes d'une histoire commune, mais de s'infliger fantasmatiquement les souffrances d'un peuple pour avoir le droit d'en faire partie. Le prix est plus qu'élevé.
La guerre des Six Jours, en 1967, a marqué un tournant pour nombre de juifs, suscitant un retour à différentes formes de judéité. Israël et la Shoah, qu'on appelait alors l'Holocauste et qu'on nomme encore ainsi aux Etats-Unis, s'entremêlent pour devenir des éléments essentiels de l'identité des ex-juifs imaginaires. Comme s'ils venaient combler une béance de judaïsme traditionnel. Au fil des années, la mémoire du passé, la mémoire de la Shoah se sont imposées jusqu'à parfois étouffer, aujourd'hui, la vie. Jusqu'à légitimer une étonnante tendance à la victimisation. C'est ainsi que, dans un Occident où l'antisémitisme est actuellement loin de représenter un quelconque danger pour le quotidien des juifs, on traque chaque mot suspect, chaque phrase, le moindre cyberdérapage. On n'a jamais revêtu les habits de la victime avec autant de complaisance que maintenant. Peut-on ouvrir un périodique juif sans y lire un article sur l'antisémitisme ou la Shoah?
La victimisation immunise le juif contre toute critique et immunise par là même Israël. Gare à ceux qui enfreignent cette règle, vite traités d'antisémites, même lorsqu'ils sont eux-mêmes juifs! Une attitude diasporique éloquente, lorsqu'on la compare à la distanciation avec laquelle certains Israéliens commencent à regarder leur passé, y compris la Shoah, et leur mythologie nationale. Ces derniers ont sans doute moins besoin d'une identité juive que les juifs de la diaspora, sur qui pèse l'épée de Damoclès d'une assimilation réelle ou imaginaire. Avec l'Intifada, la place d'Israël dans l'identité juive a cependant été quelque peu ébranlée. Restent l'antisémitisme et le souvenir de la Shoah, qui préservent la cohésion du groupe. La nouvelle religion séculière a besoin d'exégèses, comme l'ancienne. Livres, mémoires, témoignages, colloques, commémorations étoffent son contenu, lui donnent une assise. Ses entrepreneurs publics veillent sur son temple. A la pratique religieuse, aux devoirs du culte, se substitue l'incontournable devoir de mémoire. L'unicité de la Shoah est offensivement brandie, quitte à occulter d'autres génocides, âprement distingués de celui des juifs. Elle joue un peu le rôle, dans cette nouvelle religion séculière, de l'élection du peuple juif dans la religion traditionnelle.
De leur côté, face aux victimes et à leurs descendants, les bien-pensants expient en ranimant la flamme du souvenir. La presse non juive, les intellectuels, les politiciens, dans une sorte de désir de purification, s'immiscent dans un culte qui renforce la victimisation des adeptes de la nouvelle religion et leur confère, en dernière analyse, le statut de juifs. Le cercle est vicieux, on n'en sort pas. A cela s'ajoutent des intérêts divers, pas toujours des plus nobles, et qui ne concernent guère les rescapés ou le simple quidam juif. On croit que la Shoah rapporte, sous forme de papier ou de parole. On entre là de plain-pied dans ce que les Américains nomment le Shoah business. L'acharnement récent sur les banques suisses, au sujet des comptes en déshérence, a ainsi pris des proportions qui agacèrent plus d'un non-juif et plus d'un juif. Aujourd'hui, surtout aux Etats-Unis, la philanthropie juive s'exerce amplement au nom de la pérennisation de la mémoire de la Shoah. L'argent afflue pour créer des chaires sur l'antisémitisme et le génocide, pour financer des musées, des recherches. Comme si rien d'autre n'était important ou n'avait existé. Un exemple suffira: qui se penchera sur le sort des juifs dans les pays de l'Est après la chute du communisme rencontrera des dizaines de travaux subventionnés par des organismes de recherche juifs, et dans leur majorité consacrés à l'antisémitisme. A croire que, dans ces pays, l'anéantissement des juifs, déjà peu nombreux, est proche! Et pourtant il n'en est rien, ces travaux eux-mêmes le reconnaissent. Mais il est quasi impératif de voir ou de chercher à voir le mal partout, puisque les institutions donatrices vivent de ce mal. Peut-on sans risque écrire un livre ou prononcer une conférence sur les juifs ou sur le judaïsme où l'on n'aligne pas les expulsions et les persécutions? La réponse est non. L'histoire des juifs est appréhendée sur fond de l'expérience de la Shoah. On attend qu'elle soit écrite dans cette perspective, elle doit d'abord servir à expliquer le cataclysme. Par démagogie, certains ouvrages flattent cette vision téléologique des choses.
Cette récupération historique ne date pas d'aujourd'hui. Après l'indifférence à laquelle furent en butte, à leur arrivée en Israël, les survivants de la Shoah, vint le temps de la commémoration, instaurée en 1951. Le génocide est traditionnellement présenté comme la justification ultime du sionisme et de la fondation d'Israël, dans le cadre d'une reconstruction historiographique où cette fondation, en 1948, devient la fin heureuse de l'histoire des juifs. Les "nouveaux historiens" israéliens, ceux qu'on appelle aussi les "post-sionistes", ont, pour leur part, montré comment la Shoah fut utilisée pour renforcer les sentiments nationalistes et la mise en avant dans le conflit israélo-arabe. Arafat n'a-t-il pas souvent été comparé à Hitler? Cette division du monde entre bons et mauvais, victimes et bourreaux, juifs et antisémites brouille les pistes et masque les réalités. Dans cette vision manichéenne, les vraies victimes sont les ashkénazes. Comme ils ont été les seuls artisans du sionisme et les seules chevilles ouvrières de l'Etat d'Israël. On connaît les conséquences de cette mythologie au sein de la société israélienne, érigeant les séfarades, en l'occurrence les juifs originaires des terres d'islam, en "autres", comme les Palestiniens. Une exclusion qui continue à influer sur la vie politique du pays.
En 1977, les exclus d'hier firent venir au pouvoir le Likoud pour faire payer au Parti travailliste le traitement humiliant qu'il leur avait infligé. Aujourd'hui, le Shas exprime une sorte de retour du refoulé, avec les excès qu'on connaît et qui mettent en péril la paix future. Ces séfarades ne sont pas non plus en tête des victimes du génocide. Certes, on oublie que les séfarades des Balkans furent exterminés dans leur quasi-totalité et que des villes comme Salonique, Belgrade, Sarajevo, avec des populations juives considérables, se retrouvèrent, au lendemain de la guerre, Judenrein ("pures de juifs"). Morts une première fois dans les camps, une seconde fois dans la mémoire. Pas assez victimes, sont-ils des juifs? Oui, mais... Le bon juif, le vrai juif serait-il celui qui a le plus souffert? Et, pour cela, le passage par les camps serait-il nécessaire?
A défaut de pouvoir embrasser la religion séculière de la Shoah, les juifs nord-africains, qui eurent la chance d'échapper à l'extermination sans pour autant avoir toujours mené la belle vie pendant les années noires, prennent en Israël le chemin de la religiosité radicale. A défaut de devenir de bons Israéliens, parce que ni ashkénazes, ni d'origine européenne, ni pionniers sionistes, ni totalement laïques, les voilà au moins de bons juifs par la grâce du Shas. Tandis qu'en France, certains de leurs homologues, jeunes et moins jeunes, en sont plus ou moins réduits à la culpabilisation, faute d'ancêtres anéantis qui les justifieraient. Par-delà le lobby de la Shoah, ses récupérations politiques et intellectuelles, ses faiseurs larmoyants, ses compromissions financières, son centre Simon-Wiesenthal à Los Angeles, sorte de Disneyland du génocide, par-delà ses faussaires comme Jerzy Kosinski et Benjamin Wilkomirski, et par-delà son "industrie", qu'en est-il vraiment de la Shoah, de celle vécue dans la chair? Une définitive banalisation la guette, dans ce flot de paroles et d'images qui vouent les rescapés à la solitude. Et si, un jour, à son tour, comme Israël récemment, la Shoah perdait, elle aussi, en diaspora, sa force identitaire, avec quoi comblera-t-on le vide? Halte à l'instrumentalisation! N'est-il pas temps de transmettre ce qu'est, au vrai, le judaïsme: la vie, l'éthique et le respect des morts?


[C'est nous qui soulignons. Pour nous, spectateurs de cette nouvelle religion, le judaïsme évoque plutôt la mort (des Arabes), le cynisme absolu (des chantages sur lesquels Iraël se fonde), la mise en esclavage des morts et l'égocentrisme le plus débridé. Pour que des gens pareils passent aux aveux, il faut que le fond de leur calebasse soit percé d'une gros trou. aaargh]

Esther Benbassa est directrice d'études à l'Ecole pratique des hautes études, où elle est titulaire de la chaire d'histoire du judaïsme moderne, et auteur notamment d'Israël imaginaire (avec J.-C. Attias, Flammarion, 1998) et d'une Histoire des juifs de France (Seuil, 2e éd., 2000). Elle a des "amphithéâtres bondés", ce qui est rare à l'Ecole pratique...

Libération, lundi 11 septembre 2000

Il y a eu une réponse d'un ancien idiot de l'EdJ, Szafran, qui traite Benbassa d'anti-ashkénaze. Elle a répondu. Voir Libé. Outre cette haine irrémissible entre askhénazes et sépharades, on trouve, chez Finkelstein, l'expression du mépris traditionnel des juifs d'Europe centrale "civilisés" envers les juifs d'Europe de l'Est, "barbares". Le sectarisme et le particularisme, fondés sur la haine et le refus de l'autre, n'ont aucune limite. Vive la République, une et indivisble!


CASSOULET

Grâce à CRISPINIUS, qui est une archive allemande d'articles de presse consacrés à des sujets d'histoire, on a trouvé la recette de ce savoureux cassoulet de sciencepotiron aux saucisses de sartrouse


Mercredi 10 Mai 2000 TOULOUSE (31)
«Ombres blanches»: l'histoire du négationnisme en France
A la suite de la parution du livre de Valérie Igounet, titulaire d'un doctorat d'histoire de l'Institut d'études politiques de Paris: "L'Histoire du négationnisme en France" (Seuil) la librairie "Ombres blanches" organise une rencontre ce mercredi à 18 heures, dans ses locaux et a invité l'auteur.
Le débat sera animé par Robert Redecker, membre du comité de rédaction de la revue "Les Temps Modernes ".
Valérie Igounet démontre que le négationnisme -- c'est le terme appliqué aux historiens qui remettent en cause l'authenticité de la Shoah -- est une métamorphose moderne de l'antisémitisme. Derrière cette "apprente folie interprétative" il s'agit de nier les fondement shistoriques [sic] de l'Etat israélien. Le livre fait également une incursion du côté espagnol -- où l'un des plus importants centres de diffusion de propagande néonazie était la librairie Europa à Barcelone -- et en Italie où l'extrême droite et certaines fractions del a gauche ont été touchés par cette doctrine.
* Rencontre à 18 heures, Ombres blanches, rue Gambetta.

http://www.crispinius.com/nfh2/news/
La Dépêche du Midi


GLAS GLAS

Le film Mr Death sort le 11 octobre en France


Froid comme la mort

Lussier, Marc-André

 

Le sombre personnage auquel s'attarde le documentariste Errol Morris dans son plus récent film fait partie d'une catégorie bien particulière d'individus: ceux qui répondent à leur propre logique interne, prisonniers d'un monde où les fabulations mentales deviennent, dans leur esprit, pure vérité.
L'ennui, c'est qu'on sent le réalisateur de The Thin Blue Line fasciné par la démarche singulière de son "intervenant", tout autant que saisi d'un profond malaise face à des propos qui remettent en cause les faits historiques de l'un des plus sombres épisodes du XXe siècle.
L'Américain Fred A. Leuchter, Jr. se dit ingénieur. Dans les États où s'exerce la peine capitale, on a souvent fait appel à "l'expertise" de ce dernier afin de mettre au point divers instruments d'exécution, parmi lesquels des chaises électriques, des systèmes d'injection, et autres extraordinaires babioles. Cet "humble serviteur" s'enorgueillit même d'avoir trouvé des moyens plus "humains" de donner la mort.
La fréquence des exécutions au pays de George W. Bush ont bien sûr permis à Leuchter de se monter un commerce florissant. Sa prestigieuse carrière fut toutefois "assombrie" par un procès canadien.
En 1988, Ernst Zündel, un néo-nazi accusé d'avoir publié de la littérature haineuse au Canada, sollicite les services de Leuchter afin que ce dernier se rende à Auschwitz. Son rôle serait de trouver sur place des indices qui pourraient prouver que jamais de gaz mortels ne furent utilisés là, et que l'Holocauste ne serait, en fait, qu'une vue de l'esprit.
L'ingénieur, qui se dit alors plutôt neutre, accepte sa "mission", entraînant pour l'occasion sa nouvelle épouse dans un voyage de noces aussi insensé que morbide. Ne trouvant pas de traces significatives dans ses "indices" recueillis illégalement (Morris utilise alors de véritables scènes filmées à l'époque par une équipe envoyée par Zündel), Leuchter conclut qu'aucun gaz mortel n'a pu être employé. Pire, selon son inspection "personnelle" des ruines du camp, il estime impossible l'installation de chambres à gaz à cet endroit.
The Leuchter Report, document dans lequel il livre le compte rendu de sa visite, a bien sûr été rejeté par la Cour. Ce "rapport" a pourtant réussi à se faire connaître par des modes de distribution souterrains, à tel point qu'on estime aujourd'hui à quelques millions le nombre d'exemplaires distribués.
Véritable source d'inspiration pour les groupes d'extrême droite et néo-nazis, qui trouvent là-dedans une caution à leurs thèses révisionnistes, The Leuchter Report a entraîné la chute de son auteur qui, pourtant, croit toujours dur comme fer à ses conclusions.
Morris met l'accent sur les contradictions du personnage, tentant parfois, en juxtaposant certaines scènes, d'ajouter des pointes d'ironie ou d'humour noir. Au fur et à mesure que les bobines défilent, on sent toutefois le cinéaste de plus en plus intimidé par les propos outrageants de Leuchter. Comme s'il ne pouvait faire autrement que de laisser toute la place au discours de l'ingénieur. Bien sûr, le célèbre documentariste tente de tempérer le tout en donnant parfois la parole à des opposants, mais ses efforts restent bien modestes.
Mr. Death: The Rise and Fall of Fred A. Leuchter, Jr., qui, prévoient les observateurs, devrait décrocher une nomination pour l'oscar du meilleur documentaire, donne carrément froid dans le dos. (Samedi 12 février 2000)

MR. DEATH: THE RISE AND FALL OF FRED A. LEUCHTER, JR. de Errol Morris Images: Peter Donohue. Montage: Karen Schmeer. Musique: Caleb Sampson. 1 h30.


RICOEUR DE POULET

C'est la grande mode qui nous revient d'Outre-Atlantique où il fait figure de dieu français, à Chicago: les intellos américains, qui ont déjà dû se farcir Sartre, Lévi-Strauss, Foucauld, Todorov, Derrida, en sont maintenant à faire de l'herméneutique jusqu'au ricoeurement. Nous, nous n'avons pas à être à la mode, surtout celle de Santa Fé ou de Coca-Cola (Atlanta) . Nous connaissons les descendants de Mounier et nous savons que dans tous les coups durs, au pied de tous les murs, ils montrent toujours leur vraie nature: mi-chair mi-poisson. Ce sont des amphibies, parfaitement capables de lâcher quelques traits contre les orthodoxies et les establishements au pouvoir, mais tout en se faisant bien voir comme parfaitement récupérables et recyclables par le même susdit establishment. Il n'y a qu'à lire Esprit pour se faire une idée de dommages faits par leurs morsures de quenottes.

C'est pourquoi le nouveau livre de Ricoeur, annoncé au son de toutes les trompe, pour ne pas dire de tous les trompeurs, ne nous dit rien qui vaille. La Mémoire, l'histoire, l'oubli, Le Seuil, 676 p., c'est pourtant un programme qui nous concerne. Nous ne l'avons pas encore lu mais à voir les comptes rendus un peu embarrassés mais finalement très élogieux de personnages comme Alexandra Laignel-Lavastine, nouille judéolâtre molle (on préférait son oncle, un révisionniste pur et dur), Marc-Olivier Baruch, dépositaire au procès Papon, Annette Wieviorka, lugubre distilleuse de témoignages, on ne peut que se dire que ce gros livre doit être encore une de ces chèvrechouties dont la scène parisienne est friande.

En attendant mieux, voir les articles mentionnés. Notons le progrès que fait implicitement l'horrible notion de "communauté": l'article du Monde désigne sous ce nom les "témoins" et les "historiens", qu'il invite à se rencontrer. On avait toujours pensé que les témoins étaient le matériau sur lequel travaillent les historiens (ou la police). Eh bien non, ce sont deux communautés!

PARUTIONS

Signalons la sortie, aux presses de l'Instittue of Historical Review, d'une nouvelle traduction, révisée à fond, de l'ouvrage célèbre de Roger Garaudy, The Founding Myths of Modern Israel. Il existait déjà une traduction qui avait circulé sur le Net (http://codoh.com/zionweb/zionmythgar.html) et une autre réalisée par une groupe dont nous ne conniassions rien, UASR Publishing group (1997). Mais dans cette nouvelle traduction, augmentée d'une préface de Theodore O'Keefe, les citations ont été soigneusement vérifiées. Ce livre continue une carrière étonnante à travers le monde. ISBN 0-939484-75-7, 230 p.

Prix 13.95 $, PO Box 2739, Newport Beach, CA 92659, USA.

Voici un premier compte rendu canadien:

THE COLLINS COLUMN, September 26, 2000

GOD YES, HOLOCAUST NO
 
Doug Collins

This is a review of a book which, as far as I am aware, has never been reviewed in the mainstream North American press, even though it caused a sensation in Europe when it was published in France. Its title is "The Founding Myths of Modern Israel," and it was written by the French scholar Roger Garaudy.
The only reason we can read it now is that it has been put out in English by the Institute For Historical Review in California. (Assuming, that it isn't seized by the Canadian censors as "hate literature.")
[...]
As Garaudy states: "The only arguments that have been used against the [Holocaust] revisionists have been refusal to debate, physical attack, censorship, and repression". He should know. In 1998 a French court fined him $40,000 for having written Founding Myths, which he calls a "heresy history".
An Egyptian Nobel Laureate in literature wondered at the time why it is that you can deny the existence of God, but not the Holocaust as described by the ax-grinders. That applies also here in Wimpland, where you can find yourself up before a "human rights commission" for doing so.
Garaudy shows that it is not Judaism that is at fault but Zionism, and he expresses no hostility to Jews as such. Judaism is a humanitarian religion, he says, while Zionism can be, and has been, ruthless nationalism.That is what explains the brutal expulsion of Palestinians from what used to be their country, plus the outrageous attacks on Lebanon involving thousands of deaths, not to mention murderous actions like the one in 1948 on Deir Yassin, designed by Menachem Begin to terrify Palestinians into fleeing.
Begin became a prime minister of Israel, yet was described by the first prime minister, Ben Gurion, as "clearly a Hitlerian type. He is a racist willing to destroy all the Arabs for the sake of the completeness of the country, sanctifying all means for the sake of the sacred end...". Interestingly, too, Garaudy compares the view that the Jews are "God's chosen people" with Hitler's view of the superiority of the German race.
Yitzak Shamir, another terrorist who became a prime minister, tried to collaborate with the Nazis.The persecution of the Jews took second place to the creation of Israel.
"The [Zionist] preoccupation with building a strong Jewish state made them much more anti-British than anti-Nazi,"states Garaudy. It was in 1941 that the British arrested Shamir "for terrorism and collaboration with the Nazi enemy". He is at pains to point out, however, that the great majority of Jews were active in the fight against Hitler. Still, Shamir's early antics were not something we heard much about once Israel became a state.
Garaudy also deals with "myths on the Holocaust" that are put out daily by the propaganda machine, the main purpose of which is to make it dangerous to challenge Zionist policies.
There was, he states emphatically, no Hitler order for the extermination of the Jews (which is not to say that he thought that Hitler was some kind of Teutonic Boy Scout); Rudolf Hoess, the commandant at Auschwitz, was beaten to a pulp in order to make him say that he had overseen the killing of over two-and-a half million Jews; and no "final solution" was decided at the Wannsee Conference.
Others have been convincing on the same points. Robert Faurisson, Europe's leading revisionist, was run out of his university. He was also hauled before the French courts and nearly killed by Jewish thugs. Deny God, yes, deny the six million of the Holocaust, no.
Unfortunately for his critics, Garaudy's whole background is anti-Nazi. He fought in the French Army in 1940, joined the Resistance after the defeat of France, became a prominent Communist deputy in the French National Assembly, rejected Communism in 1968 and converted to Islam, but, it is stated in the Foreword, "has never ceased to proclaim his anti-racialist, internationalist, and socialist beliefs".
"Founding Myths: has been denounced by the Zionist Organization of America and other Jewish groups as "the number one threat to Israel". Which is a confession that what Garaudy has to say must have some substance to it. It is also a proclamation that revisionists must be silenced and ruined.

La tenue d'une conférence internationale en mai et la sortie d'un livre sont les signes d'une renouveau des activités de l'IHR, que nous attendions depuis quelques années. Les déboires du procès avec Willis Carto appartiennent donc au passé.

Cependant, l'équipe Reynouard travaille en Belgique et vient de produire plusieurs brochures:

Les fanatiques de la "Mémoire" ou les nouveaux pharisiens, 71 p., avec au sommaire:

-- nouvelles du front du révsionnisme (tracts à Bayeux)

-- Les juifs vont-ils eux-mêmes susciter l'antisémitisme?

-- Du côté des imprudents, des impudents et des faussaires

-- Le procès en appel de Jean-Louis Berger

-- Les oublis de la "Mémoire": récits des bombardements de Hambourg, Hiroshima et Bruxelles.

On relèvera le passage suivant, décrivant la fin de l'audience du procès Berger:

"Dans la salle, des antirévisionnistes interpellent le prévenu: "Au bûcher!", lança, sans rire, l'un d'entre eux. "Il faudrait le pendre haut et court", vociféra un second; "Il n'en vaut même pas la peine" ajouta un troisième. S'adressant à Mme Berger qui, en compagnie de sa fille, allait rejoindre son mari, une femme déclara: "Je plains votre fille. D'ailleurs, vous ne devriez pas avoir le droit d'avoir des enfants"."

Il paraît que la haine serait de notre côté...

Deuxième brochure: Non à la contre religion de l'holocauste, 48 p. Le titre rend compte du sujet.

Les dernières pages comportent un entretien avec Vincent Reynouard, qui s'intitule "Peut-on être catholique et révisionniste?" Ce problème n'est pas le nôtre mais nous avons noté deux pages (42-43) portant sur l'affaire Galilée. Saisissons ce mince prétexte pour dire que les révisionnistes, en général, sont prompts à citer Galilée comme une sorte de précédent, comme un modèle de leur propre situation de persécutés. Cela ne s'applique, en réalité, qu'aux caricatures grossières de l'affaire Galilée qui ont circulé dans les milieux progressistes ou laïques, dont le plus beau parangon est la pièce de Brecht, Galileo Galilei. Seulement, dans cette circonstances, les révisionnistes, y compris Philippe Delcourt dans son livre Les vérités indésirables, publié par la Vieille Taupe, n'ont pas fait leur travail de révisionnistes. Ils ne sont pas allés aux sources. Faurisson en parle également comme d'une fait connu par une sorte de "judicial notice" implicite. C'est là une grave erreur. Il existe pourtant tout un corpus de recherches que l'on peut consulter et dont on peut tirer profit si, au prélable, on veut bien se frotter de théologie, de latin d'église, de philospohie grecque et scolastique, de cosmographie et de mathématiques, et d'histoire des sciences de la Renaissance. Les révisionnistes ne connaissent pas le dossier et Reynouard, en tant que catholique, a tendance à dire moins de bêtises que les autres. Mais il est encore loin de saisir même les concepts qui sont au centre de cette querelle.

L'article de Maria Schmidt dans le numéro 4/2 de Vierteljahreshefte für freie Geschichtsforschung, qui porte justement le titre de la pièce de Brecht, ne vaut pas beaucoup mieux. Comme beaucoup d'amateurs, elle a lu un livre sur le sujet et se croit autorisée à nous décrire l'affaire. Pourquoi ne pas s'adresser à ceux qui savent, et non à ceux qui font semblant? Pourquoi être pointilleux dans un domaine et laxiste dans un autre? Révisionnistes, ne tombez pas dans un sommeil dogmatique!

Troisième brochure, datée du 23 septembre 2000, sous le titre général de Big Brother étend son empire. Il semble que Reynouard évite d'afficher un nom générique à ses brochures, qui en ferait un périodique que le ministère de l'intérieur français se hâterait d'interdire, comme étant de provenance belge, donc étrangère. Chaque livraison est indépendante ce qui prend de court, à chaque fois, les censeurs attitrés.

Dans ces 52 pages, on trouve surtout de la politique, concernant la reculade autrichienne des totors de l'Europe unie et une at taque contre S alvatore Allende pour rebriquer le malheureux Pinochet. Reynouard fait là ce que l'on peut reprocher à l'intellectuel parisien: parler de ce qu'il ne connaît pas parce qu'il a lu UN livre. C'est assez désolant.

C'est dans cette brochure qu'on apprend, p. 32, quel est le verdict qui touche Lewkowicz; voir la partie suivante: BACK TO USSR

Pas de prix indiqué. Diffusion: VHO, BP 60, B-2600 Berchem 2, Belgique.

 

Nos amis suisses de Vérité et Justice ont également compilé une brochure, intitulée Le Procès Amaudruz, une parodie de justice, contenant un compte rendu du procès de Gaston-Armand Amaudruz tenu les 3, 4 et 5 avril 2000 à Lausanne, une critique du jugement par le jugé, un commentaire de Jürgen Graf et un texte de Robert Faurisson, intitulé "Ce que j'aurais dit à la barre, sous serment" s'il avait été autorisé à parler.

On constate avec effarement que le procureur et les avocats helvètes sont d'une ignorance et d'une bêtise absolument bovines. En outre, ils sont manifestement nourris de ragots par la police politique suisse qui doit être particulièrement basse de plafond. La brochure reprend donc quelques arguments du procès pour faire des mises au point. Elle reproduit aussi les âneries racistes d'Amaudruz, qui n'est pas un méchant bougre mais qui a des idées pour le moins simplettes. Enfin, on notera que le tribunal a prononcé la destruction des livres saisis en 1995 chez Amaudruz. Nous, quand on voit les "antinazis" qui brûlent des bouquins, ça nous fait toujours marrer. Notez que c'est une pratiquement courante, aujourd'hui même, en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse... Ceux-là mêmes, les sinistres, qui viennent nous donner des leçons de"tolérance" se réjouissent en brûlant des livres!!!

Pas de prix. Case postale 355, CH-1618 Châtel-Saint-Denis, Suisse.

"Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie". Nous aimons cet aphorisme. Le proque suisse dit qu'il est de Prévert. Il en a bien l'air.

 

Signalons la livraison de juin 2000 des "cahiers trimestriels pour une libre recherche historique", car tel est la traduction du titre de la revue dirigée par Germar Rudolf, Vierteljahreshefte für freie Geschichtsforschung. Les 60 premières pages tournent autour du procès Irving et sont particulièrement sévères pour le principal témoin de la Lipstadt, le pseudo-architecte Van Pelt. On trouvera ensuite des articles techniques sur les gazages et sur Treblinka, des articles sur l'Angleterre dans la guerre, sur Vlassov, sur l'unité 731 de l'armée impériale japonaise, sur le procès de Töben en Allemagne, sur la tempête anti-révisionniste qui a agité le petit monde des historiens danois et les rubriques habituelles. 120 grandes pages.

Notons également la deuxième livraison de l'année 2000 de la même revue, qui parle de l'Allemagne et des martyrs de la bienpensance, de ce qui est arrivés aux juifs déportés à Auschwitz et qui n'ont pas été immatriculés (Jürgen Graf), et des textes de Beaulieu sur Lanzmann, de Rolf-Joseph Eibicht, de Robert Countess, de cet Anglais bizarre qui s'appelle Alexander Baron, avec le tract de Faurisson contre Elie Wiesel, un grand faux témoin. 120 grandes pages.

C'est de loin la meilleure publication périodique sur le révisionnisme. ISSN 1370-7507 disponible à Castle Hill Publishers, PO Box 118, Hastings TN34 3ZQ, Royaume Uni, ou sur Internet à

<www.vho.org>

 

Signalons la parution de The Encyclopedia of the Holocaust, éditée par Robert Rozett, 528 p., une publication de Yad Vashem, Israel' s national Holocaust memorial authority, avec Facts On File Inc. de New York.

 

Signalons enfin un livre qui dérange: QUI A TUE YITZHAK RABIN ? de Barry Chamish, traduit de l'anglais par Pierre Lurçat, paru chez OEIL / Francois-Xavier de Guibert éd., 1999. Sous-titre: Une scandaleuse manipulation pour changer le cours de l'histoire.Il analyse toutes les incohérences de l'histoire officielle. Il montre que des éléments des services secrets ont manipulé toutes cette histoire. Le livre est encore trouvable pour 120 F. On y apprend aussi, incidemment, que Itzak Rabin, à 71 ans, portait un implant pénien. On attribuera donc aux gémissements voyants de sa veuve Léah un aspect quelque peu mécanique.

Depuis, l'auteur, journaliste israélien dissident, a eu la surprise de voir l'axe de direction de sa voiture scié par des malveillants.


UN JUIF EN COLÈRE

C'est un professeur en retraite qui veut s'expliquer: il pense que ceux qu'il appelle ses "congénères" se mettent en danger en répandant toutes sortes de mensonges. Il entreprend donc d'adjurer ses coreligionnaires de cesser toutes ces propagandes, dans leur prore intérêt. Il entend donc faire acte de philosémitisme. Et pour ce faire, il écrit -- par exemple, au MRAP. Une lettre privée. Strictement privée. Il donne même à sa lettre un caractère "secret". Mal lui en prend. Les Mrapistes, qui sont le produit de la fermentation d'un éjaculat de stalinozoïdes dans une enceinte confinée post-communiste, se sont dépéchés d'aller porter la missive secrète au bureau des sergents de ville. Le malheureux scripteur ignorait tout du nouveau code pénal et de son article R 624-3 qui dit: "La diffamation non publique, commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine... contravention de la 4e classe". Ce qui compte c'est le caractère "non public", rajouté par les badintériens et autres amateurs de l'étouffement des libertés publiques (et non publiques). En foi de quoi, Roger Dommergue Polacco de Ménasce a été condamné par le tribunal. Il proteste, il donne une interview et nous donnons évidemment un écho à sa protestation.


BACK IN USSR

La dix-septième chambre vient de se signaler par un spectaculaire retour aux méthodes de la justice soviétique de l'ère brejnévienne qui avait développé l'habitude d'envoyer les dissidents, non plus dans les camps de l'est, mais dans les hôpitaux psychiatriques où leurs pensées dissidentes faisaient l'objet d'une normalisation chimique forcée .

En effet, le 8 septembre 2000, Henri Lewkowicz, dénoncé à la police par le journaliste-donneur Stéphane Paoli, de France-Inter, pour avoir dit dans son téléphone que "les chambres à gaz, ce n'est pas un détail, c'est un bobard" a été condamné à trois mois de prison avec sursis (deux ans de mise à l'épreuve), 500 F d'amende (il est au RMI), 1 F de dommages et intérêts aux ligues avides et donc désappointées, et à l'obligation de se soumettre à des examens psychiatriques avec devoir de suivre le traitement qui pourra être décidé par les médecins, pouvant aller jusqu'à l'hospitalisation.

Voilà un homme qui vit comme les euphémismes modernes le désignent, c'est-à-dire comme un "marginal". Ils sont quelques millions dans ce pays et quelques centaines de millions, ou plus, dans le monde. En tant que tel, on peut dire qu'il est oublié de tout le monde. Mais le jour où il prononce le mot absolument sacrilège de "bobard", les autorités entreprennent aussitôt de le détruire en tant qiu'être humain. Comme il vit du RMI, on ne peut pas lui prendre ses possessions terrestres. Comme il n'a pas de profession, on ne peut pas le faire mettre à la porte. Comme il a la réputation d'être juif, ce qu'il n'est d'aucune façon, bien qu'ayant des ancêtres paternels juifs, on ne peut pas le convaincre d'antisémitisme. Mais il faut l'empêcher de nuire. Il faut le discréditer. Donc, s'il est juif, il est un juif fou, ou plus simplement, un fou -- que l'on va faire enfermer. La preuve qu'il est fou est justement qu'il croit que les chambres à gaz sont un bobard, ce qui est bien plus grave que de se prendre pour Napoléon.

Nous avions rendu compte de l'audience qui a eu lieu en mars.[cf tous nos documents sur l'affaire] C'est à une grande première en France que nous venons d'assister. Un nouvelle ère néo-brejné vienne a débuté. Hosannah.


DOCTEUR ÈS ZOLO

On peut enfin passer des doctorats ès zolocauste!!!

Il y a des coins, comme le New Jersey où l'enseignement zolocaustique est obligatoire au collège et au lycée; il faut donc former des profs de zolo et 10.000 profs sont déjà en recyclage. Ce qui se fait dans le New Jersey a toutes chances de s'étendre au reste des Etats-Unis. Déjà dix états, dont la Pennsylvanie ont voté dans ce sens. Et si ça se fait en Amérique, cinq ans plus tard, ça se fera chez nous. Va falloir recruter.

 

West Chester University plans to offer a master's degree in Holocaust and genocide studies in the fall, making it the second public university in the country and the only one in the state to offer the degree. The other, Richard Stockton College in New Jersey, began offering a master's degree in 1998. Five states, including New Jersey, have mandated the teaching of the Holocaust in middle and high schools. Ten states, including Pennsylvania, have passed resolutions recommending that it be taught. Ten thousand teachers were sent to workshops and training programs at Holocaust resource cen ters at colleges in the state.

Justement au moment où on se demande si la violence doit être montrée aux jeunes ????


DES BOULONS DANS LE MUESSLI

Suisse, septembre 2000
Non au micro-goulag!

 
"Plusieurs événements survenus dernièrement nous indiquent qu'un régime dit démocratique ne craint plus de montrer ouvertement son véritable visage. Derrière le masque du libéralisme, une dictature met en place la réprssion en criminalisant l'opposition nationale sous couvert d'appliquer une loi dite antiraciste. Depuis 1995, date de l'instauration de cette loi, la répression a frappé surtout des personnes isolées: condamnés pénalement, embastillés, drappés d'ostracisme, discriminés socialement et professionnellement par les prétendus apôtres de la "tolérance", les "racistes", marqués du sceau de l'infamie, devaient jouer le rôle d'épouvantail afin de dissuader quiconque aurait la tentation d'utiliser activement sa matière grise. Pourquoi réfléchir, quand une société "tolérante" et "généreuse" permet à chacun de s'éclater en participant à une "Street Parade" du genre de celle qui a réuni le dimanche 13 août dernier à Zürich près de 500.000 microcéphales lobotomisés au son des tam-tam électroniques et des petites pillules roses? Les esclaves -- nouveaux ou anciens -- n'ont ni faille, ni patrie, ni histoire, mais il faut bien laisser les plus dociles se défouler après le travail. Pour les autres, il suffira de resserrer d'un cran la muselière, en saisissant le prétexte du chahutage du conseiller fédéral Kaspar Villiger par des skinheads à l'occasion de la Fête nationale du Premier Août au Grütli. Cet incident a été monté en épingle par les médias afin de désigner publiquement les cibles à abattre: skinheads, groupes de réflexion, partis politiques et autres associations infréquentables. Tous sont désignés à la vindicte populaire et à l'extermination virtuelle, car la répression veut s'en prendre maintenant aux collectivités dissidentes. Mais quand le conseiller national écologiste Patrice Mugny incite à la haine et à la violence en suscitant l'agression physique des représentants de l'UDC réunis en congrès à Genève le 19 août dernier, on devine qui sera la prochaine cible: rien de moins que le premier parti politique de Suisse! Concrètement, cela signifie que le Département fédéral de justice et police est mis sous pression afin d'étendre le champ d'application de la norme pénale antiraciste à la sphère privée. C'est pourquoi la conseillère fédérale Ruth Metzler vient de mandater l'Office fédéral de la police afin qu'il examine dans quelle mesure la loi-muselière permettrait de réprimer certains actes qui sont encore protégés par le droit de réunion ou le droit à la propriété privée. Une telle extension signifierait tout simplement la fin des libertés individuelles et la porte oiuverte à tous les dérapages. Les procès Amaudruz et Graf, dont V&J (Vérité et Justice ) a publié les comptes rendus détaillés, nous donnent un avant goût de ce qui attend la dissidence. Ces événements confirment la nécessité d'une association comme V&J, car les témoignages et les informations que nous collectons constituent une base documentaire indipensable pour organiser la riposte. Cette évolution montre que V&Javait vu juste, car le combat s'est déplacé du terrain politique au terrain juridique. La norme pénale antiraciste offre une base légale pour asseoir la répression politique, mais les leçons de l'Histoire nous montrent que les lois d'exception sont surtout le symptome d'une faiblesse endémique du système dominant, lequel se montrant incapable de convaincre, en est réduit à contraindre et à réprimer pour s'imposer. Il n'en reste pas moins que dans l'immédiat la situation s'agrave dangereusement et nécessite le regroupement de ceux qui sont conscients de l'inquiétante dérive totalitaire de notre Etat de droit. C'est pourquoi V&J lance un appel aux victimes de cette répression afin qu'ils participent à une "Table ronde" en vue d'organiser un front de défense uni. Il faut à tout prix sortir du piège juridique dans lequel on veut enfermer l'oppos ition et porter le débat sur la place publque et le terrain politique. Il y va de la survie de nos libert és et, comme toujours dans notre pays, face à un danger commun, l'union fait la force!

Bulletin d'information de l'Association Vérité et Justice, Case postale 355, CH-1618 Châtel Saint denis, Suisse.


AMNISTIE POUR LES CRIMINELS

Les assassins et les plagiaires réunis dans le site amnistia ont décidé de passer sur papier. Voici leur pub:


Il y a déjà deux ans que amnistia.net s'est évadée sur le Web. Maintenant, notre rédaction a décidé de s'évader aussi sur le papier. Nous allons "amnistier" les enquêtes "interdites": par tous les moyens!
Voici notre revue. Richement illustrée, trimestrielle, 96 pages d'informations sans concessions. Dans notre premier numéro, un dossier minutieux qui démasque des réseaux négationnistes infiltrés dans des institutions prestigieuses. Et, en exclusivité, la nouvelle enquête de Didier Daeninckx: Les réécritures de l'Histoire à la fac de Toulouse - Waffen-SS français, collaborateurs en tous genres, pèlerinage d'extrême droite.
amnisti a.net/Les enquêtes interdites n* 1 - septembre 2000
sommaire
Amnistiez vos préjugés, laissez respirer vos pensées
Les assassins de l'Histoire: une enquête de Didier Daeninckx et Enrico Porsia
Serge Thion, le chercheur négationniste habite au CNRS
Yahoo.fr et les sites négationnistes
Négation des camps et promotion de la pédophilie
Ethique en toc au CNRS
Quand le négationnisme s'invite à l'université
L'affaire Goulven Pennaod, le druide nazi de Lyon III
L'affaire Lumière noire sur Marc Bloch
L'affaire Alexis Carrel, un Prix Nobel précurseur des chambres à gaz
L'affaire Bernard Notin, l'antisémite suspendu
L'affaire Abdelhamid Bdioui, un doctorat antisémite à Lyon III
L'affaire Jean Plantin, le bébé éprouvette du négationnisme
Exclusif
Les réécritures de l'Histoire à la fac de Toulouse:
Waffen-SS français, collaborateurs en tous genres, pèlerinage d'extrême droite - par Didier Daeninckx
En direct de la rédaction
Dossier Corse, par Enrico Porsia:
Coalitions contre nature
Quand deux anciens du Flnc se débarrassent de leurs responsabilités
Panoramiques... ta mère, par Didier Daeninckx
Soudan: la faim comme arme de guerre, un reportage de Ettore Malanca
Ras l'front et le béret français, par Valère Staraselski
Les ateliers d'écriture de la DST, par Didier Daeninckx


Ce qu'on voudrait savoir c'est d'où vient le pognon.


122 MOIS

[Suivent des extraits de "groupes de discussion" auxquels il est constant que nous ne participons pas.]

Subject: Loi Gayssot : 122 mois d'infamie
From: "jmlallau" <[email protected]>
Date: Wed, 13 Sep 2000 23:11:19 +0200
Newsgroups: fr.soc.politique,fr.soc.histoire
Il y a cent vingt-deux mois ce jour, était promulguée la loi dite loi Gayssot du 13 juillet 1990 qui stipule en son article 24 bis les énormités ci-après :
"Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l'article 24
(emprisonnement d'un an et amende de 300 000 francs, augmentés de diverses peines annexes) ceux qui auront contesté [.....] l'existence d'un ou de plusieurs crimes contre l'humanité tels que définis par l'article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l'accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d'une organisation déclarée criminelle en application de l'article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou
internationale". Amen.
Subrepticement, le droit français est ainsi devenu tributaire des "statuts" d'un tribunal militaire, prétendu international, institué par une coalition d'Etats sortis victorieux d'une guerre implacable, dont tous les membres ont été choisis parmi les seuls vainqueurs et avaient mission de juger [....] les seuls vaincus,...ce qui réduit singulièrement le caractère d'universalité qu'on voudrait lui attribuer maintenant, et auquel ce tribunal lui-même n'avait pas osé prétendre lorsque Robert H. Jackson, président du tribunal déclarait à l'audience du 26 juillet 1946 : "Les Alliés se trouvent encore techniquement en état de guerre avec l'Allemagne...En tant que tribunal militaire, ce tribunal représente une continuation des efforts de guerre des nations alliées".
Un tel tribunal, appelé à juger sans appel des "criminels" désignés, ne possédait aucune vocation particulière pour établir la véracité définitive et irrévocable des faits et évènements auxquels avaient été mêlées les personnes dont il s'était fait juge. Il ne pouvait interdire sans ridicule toute recherche historique ultérieure sur des évènements controversés. Il y a 122 mois, la loi Gayssot comblait cette lacune.
D'après : Supplément à la "Tribune des Athées" (03330 BELLENAVES) intitulé : Pour la liberté d'expression : abrogation de la loi Gayssot ! Adaptation libre : Jean-Marie Lallau, civis Regni Francorum

Suit un énorme paquet de messages, y compris le professionnel Karmazyn. Il est intéressant de noter que les gayssolâtres ont cru bon de changer le nom du fil, de la suite des messages sur un thème déterminé. On va voir le niveau! Exemple :

Subject: Negationnisme : Des dizaines d'annees d'infamie (Etait : "Loi Gayssot : 122 mois d'infamie")
From: "Opinion" <[email protected]>
Date: Thu, 14 Sep 2000 00:21:41 +0200
Newsgroups: fr.soc.politique,fr.soc.histoire

"jmlallau" <[email protected]> a dégueulé dans le message news:
[email protected]
> Il y a cent vingt-deux mois ce jour, était promulguée la loi dite loi
> Gayssot du 13 juillet 1990 qui stipule en son article 24 bis les >vérités ci-après :
Régulièrement, les ordures négationnistes vomissent leurs discours de haine, et essaient de faire passer leur antisémitisme dans les faits. Mais ces merdes ne se rendent pas comptes qu'ils ne font que s'autocongratuler et que leur discours ordurier est extrêmement minoritaire. Ces nostalgiques du nazisme aimeraient bien faire revivre un certain passé, et pour eux le meilleur moyen serait de le nier. Mais ces moins que rien n'y arriveront heureusement pas.

A <http://nooz.org/fr.soc.histoire/ > vous trouverez le reste des interventions.

Dans un autre groupe, d eux pauvres sont en train de "chatter":

Vous avez écrit que les centres de rétention hollandais, c'était "Auschwitz sans les chambres à gaz", non ? Vu votre niveau intellectuel je pense que vous devez pouvoir facilement vous renseigner sur les conditions de détention à Auschwitz. Au passage, meurt-on de typhus dans les centres de rétention hollandais? Quel y est le taux de mortalité? Combien d'exécution sommaires y sont-elles pratiquées chaque année ?
En ce qui concerne les accusations de "négationnisme", en ayant moi-même été victime je sais à quel point ça peut être énervant, mais logiquement elles viennent de gens qui ne savent pas lire, ou qui sont dressés à identifier certains mots dans des écrits sans avoir la capacité d'en comprendre le sens général, et donc vous ne devriez pas trop vous inquiéter. Et puis si vous suivez l'actualité française vous savez sans doute que l'émergence d'une certaine force politique soucieuse de "désacraliser" la shoah (comme vous l'écrivez dans votre post de justification initial) dans une optique de récupération au profit d'une idéologie particulièrement nauséabonde tend à rendre parfois difficilement supportable tout discours allant, même marginalement, dans le même sens.
(PAUVRE CHOCHOTTE)

A 04:26 23/07/98 +0200, Christine Prat a écrit :
(...)>Enfin, je demanderais a ceux qui rejoignent le debat en cours de route de ne pas citer mon nom s'ils ne prennent pas la peine de lire mes messages et de les citer correctement et se contentent de reagir a ce que d'autres en ont dit. Ainsi, ceux qui pretendent que j'ai "assimile" les camps de detentions pour demandeurs d'asile aux camps d'exterminations sont des menteurs et ceux qui souhaitent commenter leurs messages sont pries soit de relire les miens, soit de ne pas me nommer.
Christine
P.S. Je me demande combien de gens, parmi ceux qui m'accusent de negationisme, ont consacre autant de temps que moi a prendre contact avec des gens et des associations, un peu partout dans le monde (de la Californie a Jerusalem en passant par l'Europe) pour les avertir des agissements de Thion et Cie et les prevenir de ce que le livre de Garaudy etait une cochonnerie, avant qu'il ne soit traduit dans leurs langues. (Je pense que quelques personnes, sur cette liste, s'en souviendront...)
>Christine Prat
>Fax : (+31 20) 623 65 22) POB 16545, 1001 RA Amsterdam
>E-mail: [email protected] University of Amsterdam
[ Elle a pas de bol. Depuis, Garaudy se vend partout. ..]
http://atlas.bok.net/zpajol/archive/199807/msg00162.html


POL POT: LE RETOUR

On a trouvé, sur le site http://www.amnistia.net/news/enquetes/harmatt/harmatt.htm

un texte qui attaque les éditions de l'Harmattan parce qu'elles ont publié un livre portant la signature de Garaudy! Ces gens sont pour qu'on détruise les livres qui ne leur plaisent pas. Ce sont des fascistes, au sens banal du terme.

Voir Sciences inhumaines à l'Harmattan -- Les éditions tiers-mondistes vont-elles passer sous la botte des négationnistes du groupe Garaudy? par Didier Daeninckx , 18 septembre 2000


Cette réaction saloperie a suscité une réaction immédiate:

Synergies Européennes
Le 18 septembre 2000

Solidarité avec les éditions L'Harmattan (Paris)

 
On le sait: la France est le pays le plus inquisitorial d'Europe.
Aujourd'hui, dans le collimateur: les éditions L'Harmattan, dont le caractère scientifique est absolument indéniable, dont le combat pour la revalorisation des héritages du Tiers-Monde est légendaire, dont l'esprit de liberté mérite d'être souligné et encouragé, tant le nombre de thèses originales et peu commercialisables ont trouvé dans cette maison un éditeur bienveillant et courageux.
L'inquisiteur Didier Daeninckx vient de publier un ignoble pamphlet contre cette maison d'édition, qui nous a profondément révulsés et que nous avons lu avec dégoût et mépris (sur le site: http://www.amnistia.net/news/enquetes/harmatt/harmatt.htm ).
Notre humanisme de l'ouverture à l'Autre, hérité de Herder, notre volonté de préserver intactes les cultures et les religiosités qui structurent les sociétés humaines dans le monde, nous amènent aujourd'hui à manifester notre solidarité avec cet éditeur parisien, victime d'un complot particulièrement abject.
Notre solidarité va également aux intellectuels ignominieusement diffamés par Didier Daeninckx, un de ces journalistes haineux qui fait la honte de son pays et qui n'apporte rien ni débat ni à la science. Notre soutien et nos encouragements vont donc à Roger Garaudy, impitoyablement persécuté, à Madame Isabelle Coutant-Peyre, directrice de la revue "A Contre-Nuit", dont nous avons maintes fois souligné l'excellence, à Madame Maria Poumier, professeur d'espagnol à Paris VIII/Saint-Denis, à Madame Geneviève Clancy, professeur d'esthétique, et au R.P. Michel Lelong.
Nous appelons nos amis, dans le monde entier à envoyer leur soutien à cet éditeur injustement diffamé, en envoyant un message de sympathie: [email protected] .
Daeninckx demande d'envoyer des "protestations". Faisons diamétralement le contraire.
Que vive la liberté d'expression! Que périsse la nouvelle inquisition! Que vivent les différences qui font la richesse de notre monde! Que périsse la haine envers cette splendide multiplicité!


ON N'EST PAS À UNE GUERRE PRÈS

Le candidat démocrate à la vice présidence américaine, Joe Liberman, a une épouse en secondes noces, Hadassah. Elle était récemment invitée à l'inauguration d'un monument à la mémoire des soldats du Tennessee tombés en Europe au cours de la Première Guerre mondiale. Elle a proclamé sa gratitude à ces soldats "qui ont libéré ma mère à Dachau et Auschwitz"... [ "... who actually liberated my mother in Dachau and Auschwitz." (Salon Magazine)]


EMPRUNT?

Finkelstein, dans son livre sur L'Industrie de l'Holocauste utilise abondamment le mot shakedown, qui veut dire "secouer quelqu'un pour faire tomber l'argent de ses poches et le lui piquer". Mais est-il possible qu'il ait de mauvaises lectures? Nous retrouvons dans nos vastes archives un texte du publiciste d'extrême droite américain, William Pierce, qui s'intitule " The Holocaust Shakedown " ( American Dissident Voices Broadcast of January 2, 1999 -- http://www.natvan.com or http://natall.com ).

William Pierce est l'auteur d'un livre interdit en France, The Turner Diaries , dont on a dit qu'il était une sorte de bible pour les milices américaines qui veulent défendre "les Blancs" ou "les Aryens". Il décrit une insurrection contre le pouvoir fédéral, vendu au multiculturalisme. C'est un roman et Chevènement à l'air d'un con qui supprime les romans. Mais faut-il rendre à César ?


LES PSYCHOTIQUES VOUS SALUENT BIEN

Le 20 septembre, Pierre Guillaume, de la Vielle Taupe, passait encore une fois en jugement, à la XVIIe Chambre, à Paris, toujours pour un fameux tract, dit de Brigitte Bardot, datant de 1996 qui lui a déjà valu des condamnations (jugement du 2 avril 1999) au mépris de la règle non bis in idem, pour des morceaux de phrases différents. Bref, le truc habituel, avec, au surplus, cette fois, dans les parties civiles, les Etudiants juifs. Les avocats ne firent pas mystère du fait que les officines qu'ils représentent sont assez nécessiteuses et qu'elles comptaient bien, pour stipendier leurs maigres permanents, renflouer leurs caisses qui sonnent le creux aux dépens de la richissime Vieille Taupe. Pour la plus grande gloire de l'étique professionnel.

Vint le moment amusant, celui des temps modernes. La cour voulut voir de visu l'énorme méfait que représ entait le tract sur Brigitte Bardot sur le site de Radio Islam, puisqu'Ahmed Rami, gestionnaire de ce site, était co-inculpé. Le bon peuple ignore peut-être que pour déterminer l'appartenance exacte de ce tract, la police française a subventionné le déplacement à Stockholm d'une escouade de policiers parisiens dirigée par une sémillante fliquesse antillaise et a payé au prix de l'or des traducteurs officiels pour fournir à la police suèdoise des traductions en suèdois de centaines de pages en français placées sur le site de Radio Islam en Suède . Ces flics suédois, probablement abrutis par l'aquavit, ne parvinrent pas à distinguer l'objet d'une délit, aux termes de la loi suédoise. La fliquesse put néanmoins interroger Rami, en présence de ses collègues suédois, mais il ne put fournir aucun renseignement utile. Songeons aux frais de séjour, aux gueuletons des poulets, tout ça aux frais de la princesse. Et on dit que le budget de la Justice est insuffisant!!!

Donc, il fallait que la cour et les partie voient de leur yeux. Dans une salle derrière celle de l'audie nce, on arrima un ordinateur qui voulut bien se brancher sur le site de cette diabolique entreprise: au grand désespoir des personnes présentes, on apprit alors que le site avait reçu, en quinze jours, plus d'un million de visites. Un avocat parla aussi du site des "psychotiques antisémites de l'AAARGH". Un autre avocat fit remarquer aigrement qu'il ne s'agissait plus de la distribution de quelques tracts autour de l'antre de Pierre Guillaume, mais bien d'un fait établi à l'échelle mondiale... On a senti poindre comme une humidité sous certaines robes...

Jugement le mois prochain.


PHOTOMONTAGES

Nous avons la chance de disposer enfin sur le Net d'un article "classique" d'Udo Walendy sur les truquages photos dans les publications sur la deuxième guerre mondiale. Il a même été traduit en français par cet excellent Jean-François Beaulieu, un informaticien canadien qui contribue aux travaux révisionnistes depuis longtemps. Le Canada, c'est loin, PPDA ne pourra pas lui faire perdre son boulot...


Que prouvent les photographies montrant les persécutions subies par les juifs?

par

UDO WALENDY

Traduit de l'anglais par J.-F. Beaulieu


Ce document, agrémenté de nombreuses photos sera plus facile à télécharger si vous allez directement sur le site VHO où il se trouve: http://vho.org/F/c/WalendyPhoto.html


CHIGAGO STYLE

We had some excitement here last night. David Irving was in town (19 sept.). A dinner was organized for him and about 15 people in a nice Italian restaurant. No sooner did we get there than a bunch of demonstrators, some hooded, barged into the room throwing chairs at the guests, turning tables, shouting insults... It was a very ugly scene. I was afraid that it might turn into a typical American shooting affair. Fortunately, the police arrived very fast and when we left about a couple of hours later, the hoodlums were gone but a police van was still stationed at the door.


ESPIONS SAGES

The Iranian Appeals Court today reduced the sentences meted out to some of the ten Iranian Jews convicted of spying for Israel. Two 13-year sentences were lowered to 9 and 7 years, respectively, while an 11-year sentence was reduced to 7 years, and another 10-year sentence was reduced to 8 years.

The ten men received prison terms ranging from 4-13 years on July 1.


GRATITUDE JUIVE

MK Hendel appreciates brotherhood

MK (Member of Knesset) Tzvi Hendel (National Union-Yisrael Beiteinu) and his wife, were seriously injured in a car accident in Glasgow, Scotland two weeks ago. Recovering from an eight-hour operation that was performed last week, the Knesset Member spoke to Arutz-7 today and lavished praise on the Jewish communities in Israel and in Glasgow for all the help they had offered him and his wife:
"Thank G-d, we are doing well, but I have to say that the most important thing you learn from an experience such as this is the true significance of the phrases you hear all your life, such as 'All of Israel is responsible for one another,' and 'All of Israel are brothers...' You cannot imagine the extent of the great help that was extended to us - starting with the Israeli Embassy, and the consulate, the Knesset, and the doctor, and the Jewish community here, and the family that adopted us, and the shaliach (emissary from Israel), and the rabbis - truly great people. Not only Jews, but everyone - we truly see that G-d created everyone in His image..." When asked about his eight-hour operation, Hendel answered, "I knew nothing about it. When I woke up, I asked if the operation had started, and they told me it had ended yesterday..."

Les Ecossais là-dedans ? Macach oualou.

Arutz-7


VICTIME DU RÉVISIONNISME

La déesse de Baltimore est tombée. Deli Strummer, survivante des camps, qui tirait un innocent bénéfice de ses concférences dans les écoles, de ses livres et de son apparition dans les manifestations de la communuaté juive de Baltimore. Elle faisait ses conférences depuis vingt ans.

Celle qui s'était appelée Adele Aufrichtig a sans doute bien été déportée. Mais à force de raconter ses aventures à des enfants, amateurs de suspense, elle a en rajouté des tonnes et des tonnes. Et ça a fini par se voir. Le judenrat local a fait appel aux experts, dont notre ami Raul H., viennois lui aussi. Et ensuite, patatras. Le Washington Post raconte cette lamentable histoire. Et la chute de Deli. Dans un monde patrouillé par les révisionistes, a dit Abramson de Baltimore, on ne peut pas laisser des gens raconter n'importe. Ça ne fait pas les affaires du rabbin Gavriel Neumann: peu importent les faits et les détails, ce qui compte, pour lui, c'est l'émotion personnelle du témoin survivant. Le reste, on s'en fout...

Mais pourquoi pas un mot sur un baratineur enjoliveur professionnel comme Elie Wiesel??? Finkelstein a pointé ses canons sur lui.

Il n'y en a plus pour longtemps. Sale temps pour les menteurs et les mythomanes. On voit la sueur perler sur le front de Vidal-Criquet.


http://washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A54092-2000Sep21.html


Où VA SE NICHER LA TRANSCENDANCE?


Life-size anti-semitism in Cleveland

A large anti-Semitic mural, painted on a building in Cleveland, Ohio, has raised the ire of local Jews. The mural quotes a "prophecy of [18th century American statesman] Benjamin Franklin" with the words, "Jews Appreciate Nothing and Expect Everything." The pictures amidst the words show a series of Jews "squeezing" the world for dollars. Atop the pictures appears a phone number for contributions, and the words "In Loving Memory of Pvt. Esmiel M. Ayad." The local Jewish Defense League chapter ([email protected]), which reported on the pictures, stated that the building is owned by Cleveland Arab businessman Abe Ayad. The mural also depicts a Jewish Holocaust survivor walking around with a back-pack of dollars.
"This is more than an outrage," writes the JDL, "and this abomination cannot be allowed to remain in public view. The message sent by this public painting transcends any principle or spirit of freedom of speech."


SOAP OPERA

Les révisionnistes sont décidémment partout, et en particulier dans le crâne creux des conservateurs du Médusé mémorial de l'Holocauste à Washington. Un pauvre type d'Atlanta qui, comme beaucoup de jeunes juifs ayant fui l'Europe s'était retrouvé dans l'armée américaine occupant l'Allemagne, avait rapporté en souvenir trois barres de savon "humain", pour tout dire réputé juif. On connaît cet épouvantable baratin. Il l'oublie dans son sous-sol. En 1970, il s'aperçoit que sa femme fait la lessive avec. Affolé, il téléphone au rabin du coin et ils inhument pieusement le savon au pied d'un "mémorial" idoine. Un certain Hirsch participe à la cérémonie. Trente ans plus tard, il écrit un bouquin, probablement pour se lamenter du terrible sort des juifs, et il consacre quelques pages à ce souvenir détergent. Tout ça est normal, mille fois catalogué, pas de quoi en faire un plat, à chacun ses rituels bizarres et si les juifs préfèrent enterrer des savonnettes plutôt que de les utiliser dans leurs salles de bain, c'est bien leur droit, il n'y a qu'à respecter ce petit particularisme culturel.

Mais ce pauvre Hirsch, qui ne se mouche pas du pied, veut faire une petite séance de signature au Médusé Mémorial, d'ici (DC).

Et le Médusé Mémorial lui refuse. Que cette histoire de savon, elle est pas vraie, qu'on lui tuyaute à ce Hirsch, cette andouille avec ses andouillers. Que c'est prouvé, et tout, et que ça va encore faire jaser les vilains négationnistes qui nous surveillent. Pas de ça, lisette.

Nous avons un petit dossier de presse croquignolet avec le passage du livre de Hirsch, le récit de sa mésaventure méduséenne par l'Atlanta Constitution et et le lien avec la page de nos petits ennemis de Nizkor, qui critiquent les révisionnistes qui se marrent comme des baleines. Chez Nizkor et chez Deborah Lipstad, on se veut "prudents": évidemment, disent-ils, il n'y a pas de preuves. Mais attendons. Ne portons pas de jugements -- qui pourraient fâcher des "survivants"... C'est toujours comme ça chez ces gens-là: quand y a pas de preuves, il faut attendre. Nous, on attend depuis 55 ans... Faut pas être à un siècle près, ça fait mesquin.

http://www.nizkor.org/features/techniques-of-denial/soap-01.html


LE TEUTON REMONTE

"Germany's Jewish leader Paul Spiegel said anti-Semitic views have become increasingly common among the political, industrial and cultural elite since German writer Martin Walser's 1998 speech expressing frustration that images of the Holocaust were used against Germans."
Colleen Barry, Associated Press, September 21, 2000

http://www.newsday .com/ap/international/ap873.htm


Switzerland's finance minister fired an official from his ministry because of anti-Semitic articles he wrote for an Internet site. Last week, Swiss media joined the nation's Jewish leaders in calling for the dismissal of Hanspeter Sutter, who wrote that if Hitler had "killed all the Jews, Switzerland would not have to pay billions to Holocaust survivors."
Jewish telegraphic Agency, September 26, 2000.

Pourtant, c'est logique.


DELIRIUM TRÈS MINCE

Voici la dernière déjection du Pol Pot d'Aubervilliers:

"Il y a un peu plus d'un an, la bibliothèque interuniversitaire de Lyon était détruite par les flammes. Quatre cent mille livres, dont des dizaines de milliers de textes originaux partaient en fumée.
Les enquêteurs ne tardèrent pas à découvrir des traces d'hydrocarbures dans les décombres, signe évident d'un acte criminel. Depuis, on se pose des questions entre Rhône et Saône, sur ce que les incendiaires voulaient détruire. L'une des hypothèses les plus fréquemment évoquées concerne la secte négationniste, implantée à Lyon 2 et à Lyon III, qui aurait voulu effacer les traces trop voyantes de ses forfaits. "

 

Ce n'est pas Aubervilliers, mais Charenton.


ROCK AROUND AUSCHWITZ

La discothèque System accueille les jeunes garçons et filles qui se défoncent aux sonorités des musiques fabriquées pour cette fonction. Le fait que cette discothèque accueille des Polonais dont la réputation d'ivrognerie n'est plus à faire ne pose pas de problème particulier. Mais la presse s'est déchaînée lorsqu'on s'est avisé que cette discothèque était sise "rue des Légions" à deux pas du camp d'Auschwitz. "Nous aussi, nous avons le droit de nous amuser" a déclaré une fille en minijupe. (Le Point, 22 septembre 2000, p. 30). C'est vraiment trop fort. Vouloir s'amuser sans la permission du congrès juif mondial!!! Un responsable polonais demande: "Doit-on fermer toute la ville (43.000 hab.) et la transformer en lieu de mémoire". Je veux, mon neveu. On ne comprend d'ailleurs pas que les Polonais continuent à exister, eux dont le pays est nulle part.

POULETS BARBIE

On lit dans la revue Histoire d'octobre:

"C'est l'événement télévisuel de l'automne. Du 29 octobre au 2 décembre, Histoire (accessible sur le cable et le bouquet TPS) propose, en clair, 60 des 175 heures du procès de Klaus Barbie. Soit deux heures de diffusion quotidienne, de 18h15 à 20h15, avec rediffusion le soir même à 23h. (...) Celle-ci présentera également les images sur son site Internet (www.histoire.fr). Histoire s'est engagée auprès du tribunal à diffuser de facon chronologique les moments sélectionnés, à les expliquer et à les mettre en perspective. [Y'A BON EXPLICATION POUR CRÉTIN SPECTATEUR!!! PEUT PAS COMPRENDRE TOUT SEUL] Mais aussi à ne pratiquer aucun "remontage" des extraits. (...) En outre, Histoire programmera, la veille de la première diffusion et le lendemain de la dernière, deux émissions spéciales présentées par Anne Sinclair [LA TRÈS COMPÉTENTE MADAME STRAUSS-KAHN, çA VA ÊTRE CROQUIGNOLET]. La première reviendra sur les raisons de ce procès, son contexte historique, les notions de crime contre l'humanité et d'imprescribilité. La seconde traitera du devoir de mémoire, mais aussi de l'avenir du Tribunal pénal international [QUE L'ARMÉE FRANçAISE NE GOÛTE QUE MODÉRÉMENT...]."

 

SITUATION INTERIEURE FRANÇAISE
L'AAARGH ne pouvait rester silencieuse en ces temps de grondements sociaux. Nous n'avons aucune idée de ce qui pourrait se passer en France, aujourd'hui, pour mettre fin à l'atmosphère épouvantable qui règne sur le pays depuis quelques années mais nous ne pouvons nous empêcher d'attendre LA REVOLUTION. Et, en atttendant, la sagesse chinoise nous a inspiré ce texte sur la clique qui nous mène à la baguette: voleuse, menteuse, servile et contente d'elle-même ("Je refuse de négocier", disent-ils depuis vingt ans, ces ministres qui ne sont élus par personne et qui prétendent tirer de cette vacuité une légitimité sans pareil, un pouvoir personnel qui ne parle qu'à la première personne du singulier). A rapprocher de nos commentaires sur le livre de Finkelstein, dont nous donnons la traduction française.

 





Tous les mois, la page actualité est archivée.

| Juin 1997 | Juillet 1997 | Août 1997 | Septembre 1997 | | Octobre 1997 | Novembre 1997 | Janvier 1998 | Février 1998 | Avril 1998 | Juin 1998 | Juillet 1998 | Septembre 1998 | Octobre 1998 | Novembre 1998 | Janvier 1999 | Février 1999 | Mars 1999 | Avril 1999 | Mai 1999 | Juin 1999 | Juillet 1999 | Août 1999 | Septembre 1999 | Octobre 1999 | Novembre 1999 | Décembre 1999 | Janvier 2000 I février 2000 I mars 2000 I avril 2000 I mai 2000 | Juin 1999 | Juillet 2000 | Août 2000 | Septembre 2000 | Octobre 2000 |


Ce texte a été affiché sur Internet à des fins purement éducatives, pour encourager la recherche, sur une base non-commerciale et pour une utilisation mesurée par le Secrétariat international de l'Association des Anciens Amateurs de Récits de Guerre et d'Holocauste (AAARGH). L'adresse électronique du Secrétariat est <[email protected]>. L'adresse postale est: PO Box 81475, Chicago, IL 60681-0475, USA.

Afficher un texte sur le Web équivaut à mettre un document sur le rayonnage d'une bibliothèque publique. Cela nous coûte un peu d'argent et de travail. Nous pensons que c'est le lecteur volontaire qui en profite et nous le supposons capable de penser par lui-même. Un lecteur qui va chercher un document sur le Web le fait toujours à ses risques et périls. Quant à l'auteur, il n'y a pas lieu de supposer qu'il partage la responsabilité des autres textes consultables sur ce site. En raison des lois qui instituent une censure spécifique dans certains pays (Allemagne, France, Israël, Suisse, Canada, et d'autres), nous ne demandons pas l'agrément des auteurs qui y vivent car ils ne sont pas libres de consentir.

Nous nous plaçons sous la protection de l'article 19 de la Déclaration des Droits de l'homme, qui stipule:
ARTICLE 19 <Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit>
Déclaration internationale des droits de l'homme, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU à Paris, le 10 décembre 1948.


[email protected]